Log In

Alouette, gentille alouette…

A chanter sur l’air de « Alouette, alouette gentille alouette, alouette je te plumerai » :

Un président, un président, et un 1er ministre, et un 1er ministre, et un gouvernement, et un gouvernement, ahahahahah, Français, sacrés Français, sacrés Français je vous plumerai… Et oui, après avoir été rançonnés par les riches et leurs esclaves sarkozistes, nous allons être ponctionnés par les pauvres et leurs serfs hollandiens…

 

alouette.jpgComme je l’ai maintes fois répété, ne remettant pas en cause le système financier et ses caciques, ne mettant pas à mal un ensemble de mécanismes bancaires qui ne visent que ses intérêts propres, il sera très difficile de passer outre une suite ininterrompue de cures d’austérité et de sacrifices. Le nouveau gouvernement, que je salue et à qui je souhaite toute la réussite possible, ne serait-ce que pour le bien-être des Français, ne fera pas autrement qu’aurait fait le perdant de la présidentielle, à la différence près que les bénéficiaires des avantages ne seront plus les « délocalisateurs » et les nantis mais les classes inférieures et moyennes, enfin je l’espère. Puisque nous parlons du gouvernement, je peux dire mon opinion, n’est-ce pas ? Je trouve cet ensemble de ministres et sous-ministres pitoyable, bien sur je suis enchanté de voir que seul Fabius a réussi à sauver un maroquin. J’aurais été déçu de revoir les anciens pachydermes du PS réapparaître en masse. Mais même lui n’aurait pas dû être là. Ce qui rend ce gouvernement aussi ridicule c’est la quantité toujours plus grande d’énarques en son sein. Tous ces gaillards et gaillardes qui sont passés dans le moule qui fabriquent des fonctionnaires professionnels de la politique, si étrangers à la vraie vie, à la vie des gens qui prennent des risques et qui doivent les assumer. Cette usine à ersatz d’êtres humains, à robots programmés à appliquer les mêmes recettes surannées qui ne veulent pas être vues comme telles par les adeptes du sans risque, de l’irresponsabilité et de la gloire sur compte d’autrui, cette usine donc ne peut engendrer quoi que ce soit de bon. On leur apprend à mentir et à manipuler et qu’ils soient de droite ou de gauche, la plupart du temps par opportunisme du moment, ils ont les mêmes cours et donc les mêmes outils.

 

En élisant un énarque lobotomisé, on ne pouvait avoir autre chose que des énarques lobotomisés, mais… Ces lobotomisés ne le sont pas comme nous, on leur a laissé de quoi lobotomiser les autres, en fait ce sont des lobotomisés lobotomiseurs, là est leur principal danger. J’ai rêvé un moment de voir Hollande différent et non, il est comme les autres mais avec un tout petit peu de sensibilité que ses copains de classe n’ont pas. Je ne crois pas que la Vème République puisse durer, elle est à bout de souffle et ne sert plus que les patentés du pouvoir que sont les sbires des partis politiques les plus puissants au grand dam de la démocratie. Sans une refonte totale de notre Etat, la démocratie ira décroissant, comme elle le fait déjà depuis la chute du mur de Berlin qui marque la fin de la seule période social-démocrate depuis la fin de la Monarchie et qui ne dura qu’entre 1945 et 1989. Le socialisme à la Hollande n’est qu’une étape nécessaire, voire obligatoire, vers un monde qui tend vers un retour à l’autorité, un retour à la force vulgaire et brutale, qui a besoin d’arguments supplémentaires pour assoir son pouvoir à venir. Seuls les aveugles ne voient pas ce qui nous attend, les aveugles et les énarques qui tireront toujours leurs épingles du jeu en bons maîtres à penser professionnels.

 

Ne me dites pas que je suis pessimiste, depuis le scandale et la crise de 2008, tout s’est passé comme je l’avais imaginé, non pas parce que je suis un devin doué de pouvoirs magiques, mais simplement parce que j’essaie de réfléchir par moi-même sans m’encombrer de théories fumeuses établies par des politiciens qui sont déconnectés de toute réalité. Il suffit de regarder le plus objectivement possible les actions des uns et des autres sur notre petite planète pour comprendre ce qui se passe, et c’est encore plus simple dans un minuscule pays comme le nôtre. Je discutais encore hier soir avec des socialistes heureux de leur prise de pouvoir. Ils étaient et sont toujours convaincus que leurs ennemis de droite sont plus odieux, moins « gentils », etc, etc… qu’eux… Et en face, ils pensent du pareil au même. Que les gens sont faciles à manipuler, c’en est écœurant de simplicité. Que vous soyez en Chine ou ailleurs, les hommes sont les mêmes, les cultures changent les moyens mais jamais les buts des hommes dont les mœurs sont identiques à toutes les nations, tous les continents.

 

Lorsque j’étais jeune, je pensais que l’homme naissait naturellement bon et que la société l’avilissait, le salissait, le rendait moins humain. Maintenant que j’ai vécu plus qu’il ne me reste à vivre, je me rends compte de mon erreur. L’homme est un animal sauvage et violent et c’est la société, celle qu’il a créée par nécessité, qui l’oblige à socialiser sa bestialité innée. Et ceci est réconfortant car cela sous-entend que c’est par nos choix que nous changerons les choses.

 

Ce sont donc nos choix qui feront de notre petit monde un paradis ou un enfer… Et qui feront de nos énarques les angelots ou les diablotins qui nous choient pour mieux nous piller.

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com