Log In

Aux nues… Oups… ONU !

J’avais fait, il y a déjà quelques temps, mais que le temps passe vite ne trouvez-vous pas ? Où en étais-je ? Ah oui ! J’avais proposé, à vos yeux émerveillés par tant de bêtise, un article sur les bienfaits de l’OTAN, filiale de l’ONU, si je puis me permettre en parlant d’organisation non gouvernementale. Aujourd’hui, j’ai envie, j’ai besoin, j’ai trouvé nécessaire de vous toucher un mot de la société mère, l’ONU justement et de son Conseil des Droits de l’Homme…

 

408131-rights.jpg

 

Commençons par le commencement, que veulent dire ces trois lettres magiques qui ouvrent tant de portes et qui sèment la joie ou la terreur de par le monde. Opportunistes des Nations Usurpées est la réelle transcription officielle de cet organe, aussi dangereux qu’inutile dans sa conception actuelle, qui n’est ni plus ni moins qu’une filiale, à son tour, de l’entreprise USA. Son but inavoué est de satisfaire les rêves les plus fous de l’empire de la consommation à outrance, de protéger les adeptes de son système de gestion pour peu qu’ils partagent avec lui cette irrépressible volonté de tout régenter au nom du profit roi, de toujours préférer les puissants aux peuples qui les nourrissent.

Cette organisation est devenue le bras séculier des Etats-Unis, comme l’est le Secours Catholique à l’église ou les Rotary et Lions Clubs à la Franc-maçonnerie, seules les finalités sont différentes mais le principe est le même. Les petits boulots qui doivent être faits, mais qu’on ne veut ou ne peut assurer directement, sont délégués à ce grand machin et à sa cohorte de filiales et commensaux. S’il est certain que l’idéal qui généra la création de la Société des Nations et la nécessité irréfragable, au lendemain de la dernière guerre mondiale, de la développer et de lui donner la puissance obligatoire pour maîtriser tous les états et leur éviter de quelconques débordements, est le meilleur possible, il n’en est pas moins vrai que nous n’avions pas vu les plans dans les plans. Quelques petits malandrins, du type de ceux qui sont dans des officines troubles comme la CIA, l’ex KGB, les services d’espionnage et de contre-espionnage (je n’ai jamais compris pourquoi nous disions contre-espionnage puisque ce sont des espions et non pas des contre-espions qui luttent entre eux quels que soient les endroits où ils se trouvent mais bon…), avaient vu quelss bénéfice ils pouvaient tirer de telles organisations en les finançant pour permettre leur manipulation.

Mais à quelque chose malheur est bon, ces groupes de nations sont positifs parce qu’ils les obligent à parler entre elles, à négocier au lieu de s’opposer stérilement et toujours aux frais de leurs peuples. Il faut juste retirer aux politiciens professionnels la possibilité de les conserver à leur profit exclusif et à ceux de leurs bailleurs de fonds. Ce n’est pas gagné mais rien n’empêche d’essayer.

 

Regardez bien l’histoire de l’ONU ? Y a-t-il une seule de ses opérations qui se soit soldée par un résultat franchement et objectivement positif. Sa belliqueuse filiale, spécialisée en interventions guerrières, baptisée OTAN, Officine des Tout A Nous, n’a, elle non plus, pas beaucoup de réussite réelle à faire valoir. Que ce soit en Afghanistan, en Irak, en Lybie, en Europe de l’est dans l’ex Yougoslavie, j’en passe et des plus sanglantes, les points communs sont toujours les mêmes, les innocents meurent par centaines de milliers, les problèmes ne sont pas résolus mais les matières premières et les intérêts des riches américains sont toujours parfaitement défendus. Prochaine étape la Syrie… N’oubliez pas que c’est dans le désordre que l’on gagne le plus d’argent, que la guerre rapporte plus que la paix, que les foyers de guerre ou de troubles sont toujours des endroits riches en matières premières, de la drogue à l’uranium. Tout ce qui permet de s’enrichir aux dépens des populations des pays qui les détiennent et s’en font déposséder par les voyous qui les gouvernent et qui les mettent à la disposition de ceux qui les corrompent.

 

A une époque où les services secrets sont capables de compter, grâce à leurs satellites, les cheveux qui couvrent nos crânes lobotomisés, expliquez-moi comment un tyran comme le Soudanais Omar Al Bachir, qui comptent ses victimes par centaines de milliers (au moins trois cent mille) au Darfour, s’est fait adoubé par les pays d’Afrique pour les représenter au Conseil des Droits de l’Homme. A titre d’exemple, en 2003, la Lybie prit la présidence de cet organe plus qu’inutile, dangereux. C’est vous dire combien ce « truc » est louable et quel grandiose intérêt il représente pour le monde dans son entier. Et malgré ces satellites, aux pouvoirs inconnus du public qui les finance, il est impossible de mettre la main sur ce dictateur, seul président en exercice recherché par la Cour Pénale Internationale, elle-même parfaitement inutile et coûteuse.

 

Peuples du monde, dormez tranquilles, l’ONU s’occupe de tout. Faites en sorte qu’elle ne s’occupe jamais de vous sinon il pourrait vous en cuire.

 

A bon entendeur, devenez sourd.

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com