Log In

Bienvenue à la Valls qui rit !

Un nouveau gouvernement qui ne se montrera pas avant le 2 avril pour éviter les lazzis et les quolibets des putatifs poissons d’avril, voilà une première décision sage de la part d’un opportuniste premier ministre. L’opportunisme n’étant pas dans ma bouche autre chose qu’un compliment pour un homme politique, il s’avère de toutes les manières que l’opportunisme est la pierre angulaire de la fabrication de tout politicien. S’il nous en fallait la preuve nous l’avons eue hier soir avec l’allocution de notre bon roi joufflu, Culbuto 1er en personne. Changer un ectoplasme pour un guerrier tout en s’assurant que celui-ci ne lui piquera pas sa place en 2017, il fallait le faire, il l’a fait.

 

Vals.jpg

 

Encore une fois, nous avons l’impression que notre Culbuto vient de prendre sa charge et qu’il découvre que la situation n’est pas aussi brillante qu’il aurait pu l’espérer. Non seulement, il devrait le savoir depuis qu’il a pris ses fonctions il y a maintenant vingt-deux mois, mais il aurait même dû le savoir avant de se présenter à des élections qui pouvaient le propulser aux commandes d’un navire à la dérive après les excès sarkoziens. Donc, lorsqu’il nous fait le coup de son nouveau jouet le « pacte de solidarité », il sait bien qu’il ment et que les décisions qu’il a prises depuis sa prise de pouvoir sont toutes à l’inverse de ce qu’il avait promis faire à ses électeurs, qui voyaient en lui le sauveur d’une décadence programmée promise, elle, par son prédécesseur. Il est temps d’être solidaire après avoir été assassin et traître à sa cause. Le plus dramatique est ce moment pathétique où il a, les yeux dans les objectifs des caméras, confirmé qu’il tiendrait ses engagements. Il ment, il a fait jusqu’à maintenant l’inverse et en particulier pour la finance, l’écologie, le versant social, et les retraites, pourquoi, en choisissant une personnalité qui est à l’extrême droite du PS qui est lui-même déjà bien ancré légèrement à gauche de l’UMP qui est elle-même distraitement et avec souplesse à l’extrême gauche du FN. Il n’a tenu aucun engagement de poids et est passé à côté de ses promesses comme il passe négligemment du germanophone Ayrault à l’hispanophone Valls. Il sait, notre Culbuto chéri, qu’aucun premier ministre n’a réussi à s’imposer à des présidentielles et c’est en fait un double avantage de faire tourner la Valls. Dans un premier temps il profite de l’énergie et de la popularité de ce jeune loup aux dents longues, dans un second il l’empêche de passer en 2017 dans le camp des candidats potentiels à son remplacement. Ceci est d’autant plus vrai que si le cap est conservé, le changement de premier sinistre ne s’imposait pas et si le cap est changé où allons-nous nous retrouver, encore plus à droite, aux confins du néolibéralisme sauvage ??? Mais que sont devenus les électeurs qui souhaitaient voir les banques payer pour leurs sottises ? Les a-t-on oubliés ou se moque-t-on d’eux ? Culbuto 1er est un mauvais roi et un excellent traître à sa cause et aux siens, le PS n’a été qu’une rampe de lancement utile à sa carrière et à l’aboutissement de sa vie, la présidence de la république bananière de France.

 

Valls.jpg

Pour ce qui est de notre adorateur de Chopin, de Strauss et de leurs Vallses, ainsi que d’une violoniste qui lui rappelle ses airs préférés lors de ses fins de journées difficiles, celles qu’il connait et va encore développer. C’est un homme de caractère parait-il notre Valls, Culbuto est un homme de synthèse, ça ne va pas être facile. Quand on sait que Valls avait prévu le coup et s’est déjà entendu avec ses complices Hamon et Montebourg pour noyer et noyauter la gauche du PS qui se trouve maintenant à droite, on peut se faire une idée un peu plus précise du machiavélisme de cet ancien premier flic de France. Quant aux écolos qui se pavanent en arguant du fait qu’ils ne veulent pas apporter un blanc-seing à un gouvernement qui n’a pas fixé sa feuille de route, ils sont tellement inefficaces et incapables que nous sommes en droit de saluer bien bas leur succès aux municipales. Ils ne doivent d’ailleurs ce succès qu’à Culbuto et certes pas à leur courage et leur ténacité dans l’accomplissement des promesses faites par celui qu’ils ont soutenu et qui les a abandonnés au milieu du gué. Le drame de tout cela est que nous allons nous précipiter dans le mur à force de vouloir rétablir une croissance qui n’a plus d’essence, qui n’a plus de sens et qu’on veut à tout prix et qui sera financée par la spoliation des plus pauvres afin d’assurer une compétitivité qui ne vise que les coûts salariaux alors que la définition des prix de revient contient bien plus que cela dans un pays où la production industrielle est inexistante. Tout n’est qu’apparence, tout est factice, tout est tromperie, consciente et inconsciente, volontaire et instinctive, tout est gesticulations inutiles si ce n’est aux carrières des uns et des autres, ceux qui détiennent les clés du pouvoir depuis trop longtemps.

 

Comme à l’accoutumée les promesses ne seront pas plus tenues que précédemment. Ce nouveau gouvernement, dit de combat, pourquoi n’a-t-il pas été fait dès le premier jour, quels sont les changements de l’environnement économique et social qui motivent qu’on ne l’ait pas fait ? Aucune évolution ne justifie cela, juste des considérations politiciennes et dignes du jeu de go ou d’échecs.

 

Mais je ne veux plus jouer, je n’en ai d’ailleurs pas le temps vu qu’il faut que je travaille plus pour gagner moins… Pas vous ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com