Log In

Bienvenue à la violence à Bangui…

Bienvenue à la violence en Centrafrique, depuis jeudi les milices, toujours armées, font parler la poudre et c’est avec un nombre de 29 morts que la journée de vendredi s’est terminée. Ce nombre est encore partiel selon la Croix Rouge qui n’a pas pu recenser encore dans tous les quartiers touchés. Les Centrafricains commencent à rejeter la France et les militaires qu’elle a envoyés soi-disant pour les aider et éviter une bain de sang… Apparemment, le courant ne passe pas entre les victimes putatives et leur bienfaiteur putatif aussi…

 

Violence-a-Bangui.jpg

 

Des soldats tchadiens de la MISCA ont été victimes d’attaques en règle de la part de miliciens anti-balaka… Pour les Centrafricains les ex-Sélékas et les Tchadiens de sont qu’un seul et même ennemi. Cela devrait se comprendre puisque les Tchadiens sont majoritairement musulmans et que leur mission est de défendre, en l’occurrence, les musulmans contre des agressions de la part de chrétiens. Je ne crois pas être grand druide en disant que les troupes d’un pays voisin, dont les ingérences sont notoires dans les affaires centrafricaines, qui, de plus, cultive une religion différente à celle de la majorité de la population centrafricaine, ne pourront jamais juguler une violence qu’ils attisent par leur présence. L’ONU comme la France, toujours aussi nuls qu’à l’accoutumée en matière de réelle pacification, n’avaient peut-être pas pris conscience de ce petit détail. Comme nous pouvons le voir, la guerre qui est mise en place par nous possède un support religieux que nous avons exacerbé. Mais le vrai débat est-il là ?

 

Et non ! Comme d’habitude, on nous enfume avec des histoires à faire pâlir d’effroi le plus courageux d’entre nous, on nous montre des images qui rendent les Africains, de façon générale, beaucoup plus barbares qu’ils ne seraient si on les avait laissé tranquilles. De plus, en matière de barbarie, je ne crois pas que les Européens aient des leçons à donner à quiconque, les millions de morts dont nous sommes responsables, aussi bien chez nous qu’ailleurs, ne nous mettent pas à l’abri des critiques. La réelle cause de tous ces maux est bien notre manière de vouloir régenter le monde en fonction de nos intérêts propres. Le fait que nous soyons tantôt ennemis tantôt amis des musulmans intégristes ne nous donne pas bonne presse dans les foyers religieux chrétiens encore fort bien établis en Afrique. On ne peut pas chasser les « terroristes » du Mali avec l’aide d’alliés qatari qui financent ces mêmes terroristes et les arment jusqu’aux dents. Quel message voulons-nous transmettre à ces gens qui nous voient venir chez eux pour les spolier d’abord, et ensuite pour y générer suffisamment de désordre pour y rester définitivement et piller toujours plus les biens de ces malheureux autochtones ? Le message de paix que nous véhiculons n’en est pas un ou sinon il va falloir m’expliquer… De plus, tout cela ne trompe personne, même le plus naïf d’entre nous voit bien, si tant est qu’il ne soit pas aveuglé par la haine et la bêtise, que les scénarii qu’on nous montre ne sont là que pour les benêts que nos gouvernants croient que nous sommes.

 

Cela m’amène sur le terrain de la religion. Quand on sait quel est le message de Jésus Christ, quand on a lu le Coran, on ne peut comprendre ces attitudes aussi belliqueuses qu’opposées aux enseignements de ces confessions qui sont toutes deux basées sur la croyance en un seul et même Dieu. Quand un chrétien est capable de dire ceci : « Nous faisons ça car nous n’avons plus besoin des musulmans. Ils ont la culture de la haine, pas nous car nous sommes des chrétiens. Si les Tchadiens restent, il y aura un génocide. Pourquoi Idriss Déby s’ingère dans nos affaires en contradiction avec la charte des Nations unies ? Il faut que la France fasse comme en Libye, qu’elle chasse Djotodia comme Kadhafi. Sinon on se retournera contre eux. On ne veut plus de l’islam dans ce pays. Nous sommes prêts à faire couler des rivières de sang. » Quand les musulmans, en réponse à ces propos, utilisent la même rhétorique, où sont les messages de ces religions basées sur l’amour du prochain et le pardon à ses ennemis.

 

Nous nous apercevons donc que, dans la religion comme dans la politique qui étaient et sont toujours très étroitement imbriquées dans tous les coins du monde, les promesses et les harangues sur le bonheur à venir dans le partage de l’amour n’est qu’un message de rassemblement, pour mieux utiliser ceux qui se regroupent à faire le contraire de ce qui est dit et écrit.

 

Politique et religion, même combat… La manipulation des êtres ! Je ne vais plus ni à la mosquée ni à l’église, je parle à Dieu en direct et sans intermédiaire pour lui dire qu’il nous a mit dans un beau bazar. Je ne vote plus et je vous parle en direct sans intermédiaire pour vous dire que nous avons créé un beau bazar.

 

Quand déciderons-nous de nous en sortir, là est la question…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com