Log In

Bon rot, bonne digestion… Malraux, indigestion ?

Je suis très fatigué, je vais même aller jusqu’à exténué, d’entendre les fadaises que racontent nos journalistes qui ne font que répéter, comme des complices qu’ils sont, les mensonges et les arguties de nos dirigeants. Cependant, je dois avouer que lorsque j’écoute les Français moyens de ma connaissance parler des événements qui nous entourent et qui réjouissent nos vies de lobotomisés, je ne peux être qu’encore plus persuadé du fait que nous avons les gouvernants que nous méritons.

 

Spiritualité


Aucune réflexion, uniquement l’exacerbation de leur égo semble motiver les mouvements de leurs bouches (dégoût ou d’égout, en fonction de vos choix personnels) et l’articulation de sons discordants, stupides et stériles sur leurs propres conditions de vie. Personne ne prend le recul nécessaire à la compréhension de son propre environnement, humain ou matériel, social ou politique. Il est indéniable que ce n’est pas totalement de la faute des gens, que l’école aurait dû les former à apprendre à apprendre et non pas à apprendre à convenir au moule du parfait petit consommateur. L’école, et encore plus les universités et les écoles supérieures, le top étant atteint par l’éna, ne forment pas mais formatent les pauvres hères qui passent entre ses mains et ce de façon obligatoire. Je ne crois pas que la scolarité obligatoire soit une bonne chose si l’enseignement reste ce qu’il est. Cela étant, les gens n’ont pas beaucoup d’excuses, arrivés à un âge un peu plus avancé, ils auraient dû prendre conscience de leur humanité et de leurs différences au regard des autres membres de la société dans laquelle ils vivent. Mais, par paresse, par confort, nous préférons vivre une vie de misérable consommateur non respecté, plutôt qu’une vie faite de liberté et de dureté, qui demande à la fois spontanéité, adaptation et courage. Oui, je suis sévère avec mes frères humains parce que je ne suis rien de mieux ni de plus qu’eux et je vois les incuries, les mensonges, les trahisons, les manipulations dont ils sont victimes consentantes et cela m’insupporte. Cela me répugne de voir nos marketing managers s’occuper de trouver tous les moyens de nous vendre des produits qu’ils savent pourris, dangereux, grâce à des campagnes de publicité qui ne font qu’abêtir ceux qui les regardent ou les écoutent. Hier j’entendais un chef de petite entreprise parler de cette sombre affaire Léonarda et son langage n’était que l’amoncellement des propos insipides des vedettes de la droite décomposée. Aucune réflexion personnelle, aucune analyse ne serait-ce que superficielle, tout n’était que rabâchage des mêmes mots insupportables dits par d’autres qui ont souvent fait pire. Aucune personnalité, aucun caractère, aucun cerveau, rien, le vide intersidéral… Bonjour tristesse…

 

Je me suis entendu dire hier que je n’étais pas fait pour ce monde, que je suis né trop tard dans un monde trop moderne, que seule la mort pouvait me soulager de tant de souffrance intérieure à force de voir mes proches, mes amis, mes voisins, souffrir aussi, mais dans leur chair, de tout ce que la société leur a donné et leur reprend. Après quelques instants, il est clair que mes pensées se corrigeaient d’elles-mêmes et que le triste constat que le monde n’a pas changé et ne changera jamais, m’a fait cogiter. Le résultat de ces cogitations, de cette agitation intellectuelle sans conséquence, fut que rien ne peut évoluer sans une évolution de l’espèce humaine. Les Romains avaient les mêmes problèmes que nous, les Egyptiens aussi, toutes les peuplades du petit monde qui est le nôtre, tous continents confondus,  ont toujours connu les perversités de leurs membres les uns envers les autres. Il n’y a pas d’époque merveilleuse depuis que notre univers existe. Tout est comme cela a toujours été. Pourquoi ? Parce que le point commun à toutes ces époques passées et présente, c’est l’homme. Si l’homme ne devient pas meilleur, nous resterons dans le triste état où nous sommes, comblés de biens matériels mais toujours ignorants du bonheur, du vrai. Tout ça me renforce dans ma position de toujours tenter de réveiller mes frères et sœurs humains, de les pousser à redevenir des roseaux pensants et ne pas être seulement des zombies lobotomisés qui courent d’un centre commercial à un autre, de regarder avec de nouveaux yeux, d’écouter avec des oreilles fraîches et non sélectives tout ce qui se dit et se fait avec une ouverture totale. Personne ne détient la Vérité. Personne n’a donc raison et personne n’a tort. Nous avons des opinions différentes et ce ne sont pas nos divergences d’opinions qui nous séparent mais seulement notre volonté égotique de vouloir toujours surpasser l’autre et prendre le pas sur lui.

 

Je rejoins ce que je disais hier, la force qui contrebalance le matérialisme exacerbé de notre ère est un surcroit de spiritualité que je sens, que je vois naître autour de moi, chez des jeunes et des moins jeunes, mais ça vient. Malraux disait le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas, il avait raison et cela est en marche… Il ne s’agit pas de mysticisme ou autre exercice mental extraordinaire, il s’agit simplement de la prise de conscience de l’omniprésence de notre esprit et de sa cohabitation avec notre matière, nous sommes l’association des deux et pas uniquement la seconde comme essaient de nous le faire croire les marchands de tous les temples.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com