Log In

Bon vent obamien à la Chine…

Après avoir livré leurs continents et leurs populations aux Chinois, les Etatsuniens et les Européens, n’ont toujours pas compris qu’il n’est jamais bon d’être trop lié à ses créanciers. Apparemment, Obama vient peut-être de saisir le sens du mot soumission et bien sur, persécuté par Mitt Romney, il est obligé de faire celui qui ne peut accepter pareille insulte à la puissance étatsunienne…

 

eolienne.jpg

 

Obama Ier, empereur des USA, vient de bloquer, par décret, la vente de fermes éoliennes, en Oregon, à une entreprise chinoise qui s’occupe aussi de vent en tout genre et d’éolienne en particulier. En voilà une réaction qu’elle est bonne, enfin une devrait-on dire… Malheureusement le prétexte choisi pour réaliser ce « blocage » est « une atteinte à la sureté nationale » du fait de la présence d’une base de la marine dans les parages. J’aurais plutôt imaginé une raison moins formelle et plus compréhensible pour les chômeurs américains, victimes comme leurs confrères européens, des délocalisations industrielles de leurs entreprises respectives en Chine. J’aurais dit clairement que les acquisitions chinoises de sociétés technologiques aux USA ne seront autorisées qu’à partir du moment où les charges sociales, les salaires, les avantages salariaux des esclaves chinois seront du même ordre que ceux attribués aux salariés américains. Là tout aurait été clair, pour les Chinois comme pour les Américains, non ? Mais on ne peut pas faire ça, mais non, mais non ! L’OMC, organisation mondiale du commerce, l’interdit, on ne peut pas, ce n’est pas gentil, ça ! Cette organisation, qui jouait depuis sa création, un rôle bienfaiteur pour les pays riches, vient de montrer combien nous étions stupides et sans aucune vision à long terme de notre avenir et encore moins de nos modèles économiques. L’arroseur arrosé a donc dû trouver une autre excuse pour bouter les Chinois hors d’Oregon.

 

Regarder comme c’est étrange, la Chine, parée de toutes les qualités pendant deux décennies se retrouve au banc des accusés et des « personae non grata » des bonnes sociétés qui se croient meilleures qu’elle parce que riches depuis plus longtemps. Depuis les années 80-90 tous les industriels vont se faire voir en Chine, pour y produire, à meilleur compte et nous vendre aux meilleures marges, des produits qui ne valent pas le dixième de ceux que nous fabriquions nous-mêmes dans nos usines. Le marché chinois, en absorbant nos productions par la maîtrise de ses coûts salariaux au bord de l’esclavage, a non seulement récupéré toutes nos productions industrielles mais a fait glisser le marché d’un positionnement qualitatif à une orientation plus destructrice qu’il n’y parait, le positionnement quantitatif. Il ne s’agit plus de bien consommer mais de beaucoup consommer. Il est vrai que l’élan était déjà pris en ce sens, mais, la présence de pays en constant « dumping » salariaux n’a fait qu’accélérer les choses.

Ceci a permis d’enrichir la Chine, d’appauvrir les pays occidentaux, de créer un chômage qui arrange les entreprises car il limite la hausse des salaires et nivelle le marché du travail et du social par le bas. En récompense de cela la Chine prête de l’argent, beaucoup d’argent, aux Américains et aux Européens pour survivre et continuer de lui acheter ses produits de mer…

Résultat : notre créancier principal est celui qui nous fournit plus de 50 % de ce que nous consommons et donc nous tient par les … sous. Si nous arrêtons de lui acheter, il demande le remboursement de ce que nous lui devons et si nous ne le payons pas de ses intérêts il est en mesure de réduire à zéro notre monnaie et notre crédibilité internationale. Donc, on continue de faire nos emplettes chez lui et nous lui payons nos intérêts rubis sur ongle pour ne pas être mis en faillite.

 

Conclusion : Obama leur a mis un sacré vent aux Chinois, non ? Il est quand même un peu courageux de les bananer car ils peuvent le lui faire payer. Mais, c’est sans compter la ruse de ces renards américains. Obama et sa bande pensent que la Chine ne mettra jamais les USA en faillite car c’est elle qui a le plus de dollars dans ses banques, même plus que les USA eux-mêmes. Un dollar à zéro et la Chine n’aura plus que du sable dans ses coffres. Enfin, tout ça pour dire que ce jeu de chat et de souris ne vole pas bien haut et que ce qu’on oublie complètement dans ce mélimélo, c’est qu’au bout du compte on parle d’êtres humains, mais ça tout le monde s’en fout, n’est-ce pas ?

 

Il serait intéressant de savoir ce que le gouvernement français pense de la même situation qui risque de nous arriver avec le Qatar, qui, non content d’être notre créancier, présente en plus l’inconvénient d’être le financier de tous les extrémistes sunnites de par le monde, au Mali, en Syrie, en Tunisie, en Libye et plus si affinité.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com