Log In

Courage fuyons !

Le projet de loi sur la famille a été remis sine die par nos lampistes du gouvernement fantôme qui anime le spectacle et dépense nos impôts. Je ne sais si je dois me laisser aller à l’admiration de tant de lâcheté ou si je dois, au contraire, rejeter d‘emblée leur manque de ténacité en le changeant en un opportunisme débridé mais retardataire. Dans un cas comme dans l’autre la gloire de nos chers sinistres et de leur roi, Culbuto 1er, est totale mais négative. Ils arrivent à dégouter leurs affidés tout en ne réjouissant pas leurs opposants. Quel talent !

 

loi-famille.jpg

 

Nous disons bien que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis… Mais entre changer d’avis et se comporter comme une girouette, il y a tout de même une petite différence. Edgar Faure disait « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent » et il avait raison, lui qui était le mètre étalon de la girouette comme de la création de vents inutiles et dispendieux par ses flots de paroles incessants. Nous avons tous le droit et le devoir d’évoluer dans nos valeurs, dans nos comportements, cela est évident. Le monde n’est pas figé, il vit, devient en apparence de plus en plus complexe du fait de l’homme alors qu’il est simple et majestueux par essence. Oui, les socialistes, oups, les sociaux-hypocrites ont donc le droit d’abandonner un projet qui semble refusé par une infime partie de notre peuple, qui reste souverain mais dans notre imaginaire collectif. Cependant, la manière n’est pas là, elle brille par l’absence de toute réflexion préventive et politique, d’une analyse moins doctrinaire et plus ouverte, de présentation préalable et d’explication éclairante sur les buts et objectifs du projet en question. Or, force est de constater, que la gestion de notre pays, comme son devenir social et humain, sont entre les mains d’apprentis sorciers qui ne savent pas ce qu’ils font, et travaillent de façon pifométrique là où la précision et la clarté sont nécessaires pour ne pas dire obligatoires.

 

Que ces tristes sires souhaitent laisser leur empreinte sur la société via des règles de vie qui les caractérisent, pourquoi pas, mais encore eut-il fallu que leur volonté soit explicite, que nous sachions de quoi il retourne et que nous puissions émettre notre avis populaire. Il ne me parait pas sain de vouloir changer la forme de la famille, qui est la pierre angulaire de notre société, sans même demander leur avis aux personnes concernées. Il ne s’agit pas d’un choix anodin et nos représentants dans les différentes assemblées ne savent en rien ce qu’en pensent ceux qui les nourrissent. C’est à nous de décider si nous voulons ou pas de cette vue très mécaniste, montée de façon marchande et mercantile, de notre société. peu importe le résultat, qu’il soit positif ou négatif sur le projet n’est pas le plus important, ce qui l’est repose sur qui prend la décision et cela est notre travail, notre devoir et notre droit. Maintenant que les catholiques extrémistes souhaitent en découdre de façon à laisser leur propre empreinte sur notre monde n’est pas bon non plus et pour les mêmes raisons. Quand ils s’opposent à la PMA et autres fadaises scientifiques, et surtout génératrices d’argent pour toutes les compagnies chimiques qui ne rêvent que de nous réduire à l’état de robots consommateurs de leurs cochonneries et autres réussites médicales qui ne m’impressionnent pas, et qu’ils vont acheter des enfants à adopter en Afrique ou en extrême orient, je trouve ce décalage comportemental hypocrite, exécrable et odieux. La marchandisation de l’être humain est une honte, sous quelque forme qu’elle prenne, elle est absolument abjecte.

 

Entre les extrémistes de droite et les cathos, les membres de la gauche caviar et champagne teintés de bobos et de soixantuitards sur le retour, et les mous du cervelet, nous ne sommes pas gâtés parce qu’en fait, et malheureusement, les Français se moquent pas mal de ces problèmes de chapelle, de ces luttes idéologiques qui ne touchent que les couches les plus fines de notre peuple, dont la majorité est plus concentrée sur le devenir de leur emploi et de l’évolution de leur loyer. C’est regrettable en effet, car il y va de l’avenir de notre structure sociétale et de notre choix de vie, voulons-nous être ou pas des outils pour faire de l’argent par l’entremise d’une évolution qui mettrait les êtres sur un marché qui est en train de naître.

 

Peu importe le choix du peuple, mais c’est à lui et à lui seul de décider.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com