Log In

Des paroles… Et des paroles !!!

Des paroles, des actes… C’est surtout des paroles… et des paroles… France 2 nous a encore fait hier soir la joie, l’honneur et l’avantage de consacrer une entière soirée à la divulgation de la « bonne parole », façon Marine Le Pen. Ses contradicteurs étaient, sont et seront pour l’éternité aussi stupides que possible, éternels répéteurs de propos insipides, contenants des promesses qui ne seront jamais tenues et de jolis mots vidés de leur sens par l’absence totale de sincérité de la part de ceux qui les prononcent…

 

Des-paroles-et-des-actes.jpg

 

La Marine a été égale à elle-même et je dois dire que, mais est-ce le fait minoritaire ou pas je ne sais pas, ses propos étaient moins creux que ceux de Bruno Lemaire ou Malek Batih. Le plus gros souci dans ce genre de débat repose sur le fait que le temps n’est pas donné aux explications d’un programme mais uniquement à l’invective, à l’agression verbale, à l’absence d’écoute de chacun des combattants de cette arène sans gladiateurs et donc sans risque. Point de détails et point de renseignements sur le comment et surtout le pourquoi des différends entre les uns et les autres. On se bat mais en termes généraux et génériques, on ne dévoile rien des vraies motivations des décisions évoquées. Pire encore, chaque débateur parle sans jamais écouter son interlocuteur. Le dialogue de sourds qui s’instaure en devient pitoyable et ridicule. Et ce sont les éternels arguments de ces magnétophones sans intelligence qui sont débités comme ces machines qui fabriquent des raviolis avec de la viande de cheval au lieu de bœuf sans faire la différence. C’est surprenant de voir  combien il est facile de s’écouter parler au lieu d’entendre les autres.

 

Je parlais du fait minoritaire, le sens de mes propos est simple, je ne crois pas que les majorités soient dans le vrai, la vérité, si tant est qu’elle existe et que chacun n’ait pas la sienne, est souvent, pour ne pas dire en permanence, approchée par les minorités. Pourquoi ? Parce qu’elles ne défendent pas des acquis et que cela les oblige à réfléchir, à se concentrer sur l’important, sur les priorités. Leur besoin de reconnaissance, leur souhait de détenir le pouvoir et de l’exercer, poussent les minorités à plus tenir compte des opinions et des réactions des membres de la communauté des électeurs. Cela aussi génère des présentations plus ou moins « populistes » voire démagogiques, et souvent les deux, des projets de ces fameuses minorités. Mais, néanmoins, celles-ci sont moins éloignées de la réalité que les détenteurs du pouvoir. La vie quotidienne s’impose aux minorités alors que les strass de la vie de pouvoir embrument la vision de ceux qui le manipulent et en usent à leur seul profit en en oubliant la mission qui leur a été confiée.

 

Par ailleurs, on voit aussi dans ces échanges assez doctrinaires et sans saveur du fait du rabâchage permanent des mêmes mots qui cachent un manque d’idées et d’initiatives, un argument fallacieux apparaître continuellement. Il est sans cesse reproché à la Le Pen, comme à tous ceux qui sont dans l’opposition sans jamais avoir la chance, un jour, d’être détenteurs du pouvoir, de justement ne rien connaître de ce pouvoir et donc de ne pas pouvoir l’exercer par manque d’expérience. C’est un peu comme si on vous disait, vous n’avez jamais eu d’enfants donc vous ne pourrez jamais en avoir ou vous ne savez pas lire donc vous ne lirez jamais… Un peu léger comme réflexion, non ? Et ce sont des hommes politiques de notre pays, qui ont et se partagent le pouvoir depuis plus d’un demi-siècle qui emploient ce type de raisonnement ? Vous le croyez qu’ils sont aussi stupides que nous ? Non ? Vous avez tort, ils le sont encore plus que nous mais ils ont « l’expérience » pour eux, ces voyous.

 

Je crois que c’est uniquement parce qu’une personne n’a jamais eu le pouvoir qu’il faut le lui donner. C’est une des rares manières que nous avons de renouveler nos stocks d’idées, de rafraîchir nos méninges et de sortir des sempiternels sentiers battus et rebattus que nous fréquentons depuis trop longtemps. Le pouvoir ne demande pas d’expérience, il demande du bons sens, de l’éthique et de la probité. Avec ça on devrait déjà avoir des milliers de fois mieux que ce que nous avons dans nos hémicycles et nos ministères.

 

Un dernier petit mot sur la malignité de Culbuto 1er et de son orchestre, vous avez vu comment le PS a récompensé les fonctionnaires qui ont bien voté, en leur retirant leur dernier jour de carence. Non seulement nous avons des millions de fonctionnaires dont certains, même s’ils ne sont pas les plus nombreux, n’hésitent pas à se mettre en maladie pour prendre deux semaines de vacances au ski, mais nous leur abandonnons le dernier petit atout qui sauvait les apparences vis-à-vis de la population des employés non fonctionnarisés. Ceci est une injustice notoire qui ne fait que renforcer la mauvaise opinion des administrés sur leurs chargés d’administration. Tous les employés de France doivent être soumis aux mêmes devoirs mais aussi bénéficier des mêmes droits.

 

Les fonctionnaires ne sont pas des citoyens d’exception ou des favoris des partis politiques de gauche, ils sont comme tout un chacun, titulaires des mêmes obligations et des mêmes avantages, ni plus ni moins ! Encore une chose à réformer dans notre république bananière qui se veut et se dit, plus qu’elle ne l’est, une démocratie alors qu’elle n’est que la proie facile d’une oligarchie en goguette.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com