Log In

Dit-on le fric ou… l’Afrique ?

J’ai la chance de vivre aux confins de l’Afrique, en Egypte, où l’Afrique se mêle à l’Orient dans toutes ses forces et ses faiblesses. Ce continent aux dimensions impressionnantes, aux richesses qui peuvent paraître inépuisables aux rapaces de la finance, aux populations parmi les plus joviales et agréables de notre petite terre, est le réservoir de matières premières rêvé par le néocolonialisme des multinationales en quête de marchés et d’approvisionnement…

 

map of senegalCette Afrique qui nous donna naissance, cette Afrique qui permit à l’Occident de s’accaparer des savoirs de l’ancienne Egypte via les cultures grecque puis romaine. Ces sciences qui naquirent dans la langueur des climats agréables de ces régions. Depuis des millénaires, les cultures nées dans cette zone géographique nous ont inspirées, parfois malgré nous, cartésiens que nous sommes depuis seulement 3 petits siècles de rien du tout. Nous ne sommes ce que nous sommes que parce que d’autres avant nous ont pensé et surtout ont agi. En bien en mal, n’est pas la question, seule l’action rend compte de la réalité de nos réflexions. Nous devons agir, si possible dans l’intérêt du plus grand nombre mais seul l’action fera la différence. Nous le voyons tous les jours avec les beaux discours des hommes politiques de tous les pays du monde, qui parlent, parlent, promettent, promettent encore et font l’inverse de leurs propos.

 

Cette Afrique, nous l’avons domestiquée, en tout cas nous avons essayé, nous l’avons contaminée de nos malversations. Contrairement à ce que peuvent penser certains, le bakchich, la commission interdite donc la corruption de façon claire, tout cela n’a pas été inventé par les orientaux ou les Africains, nous pratiquions et continuons de le faire ce concept qui pousse les gens de pouvoir à faire passer leur intérêt personnel avant l’accomplissement de la mission pour laquelle ils ont été choisis. Cela s’est toujours fait, et, si des chefs de tribus ont vendus leurs frères aux négriers ce n’est que contre des « gadgets » qui n’avaient pas cours dans leur société et qui leur donnait une position supérieure vis-à-vis de tous les « invendus » du groupe.

Avant et après l’avoir réduite à l’esclavage, nous l’avons spoliée et nous entendons bien continuer jusqu’à épuisement des stocks de matières premières, et, de tout ce qu’on peut prendre pour pas cher grâce à quelques millions donnés à des voyous formés dans nos écoles et corrompus jusqu’à la moelle. Après la Côte d’Ivoire et ses deux présidents qui se battent pour gouverner, tous les génocides que nous avons financés et aidés par des livraisons d’armes et des formations au combat chèrement payées par les populations, après tout le mal que nous avons commis dans ce continent, comment les Africains peuvent-ils encore nous supporter ? Comment peuvent-ils ne serait-ce que nous regarder à la télé ? Parce qu’ils sont partie prenante d’une sous-civilisation selon notre sinistre de l’intérieur Guéant, ils font partie d’une civilisation qui est moins égale que les autres.

 

Nous allons certainement assister à de nouveaux débordements au Sénégal, où un président de 85 ans, sous prétexte d’avoir fait des changements positifs, encore faudrait-il en être sur, se présente à des élections en interdiction à la Constitution de son propre pays. Les marchands de canon commencent à se frotter les mains… Sacrés veinards hein ? Toujours un crétin pour aller attaquer son voisin, son ami, son frère…

Bien évidemment, cela fait marcher les affaires et en 2012 nous pouvons affirmer qu’il n’y aura pas de licenciements dans l’industrie de l’armement, bravo nos gouvernants, vous êtes les meilleurs…

Il n’y a pas un pays d’Afrique sans meurtrissure, sans plaie, cicatrisée ou non, tous ces états, découpés à l’équerre par les européens dans le cadre d’un partage du gâteau. On a séparé des familles, des tribus, et des groupes d’hommes de culture identique, de même langue, d’histoire commune se retrouvent maintenant des deux côtés d’une frontière. Tout cela pour le pillage en règle de leurs territoires, une coupe réglée comme d’habitude par des gens qui prônent la démocratie et la liberté pour tous.

Oui, cela va mal tourner au Sénégal si nous ne prenons pas garde, déjà un opposant parle de créer un Conseil National de Transition, comme en Libye, très mauvais souvenir. La Libye nouvelle ? Une défaite de la liberté, une honte pour l’humanité… Mais le pétrole va couler… Que coulera au Sénégal, vous le saurez bientôt…

 

L’Afrique est un pays d’excès, soit on l’adore, soit on la déteste… Je l’adore et ce continent mérite notre respect comme ses populations. La seule civilisation qui soit médiocre, est celle de monsieur Guéant, mais nous y reviendrons, parce qu’il le vaut bien…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com