Log In

Duel

Duel-photo.jpgLe débat que tout le monde, ou presque, a vu hier soir porte à confusion. Etait-ce un cours particulier de Madame le professeur Martine Aubry à un garnement sans ami ni expérience, François Hollande ? Ou bien était-ce un exercice de sang-froid entre deux débatteurs qui aimeraient s’insulter mais qui ne le peuvent pas ?

Quoi que ce fût, ce n’était pas ce qu’on attendait pour certains, trop pour d’autres et pas assez pour les derniers. Comme d’habitude les Français, de gauche comme de droite ne sont pas contents, pas d’inquiétude c’est par nature…

 

Une chose est certaine quant à la forme des échanges entre ces 2 protagonistes, Martine Aubry a essayé à plusieurs reprises de déstabiliser Hollande en le tançant vertement mais d’un vert moins cru que les pommes acides. Elle est apparue donneuse de leçons et prétentieuse au regard de l’étalage de ses relations et de ses nombreuses conversations et appels téléphoniques avec des personnalités qui ne sont connues de personne ou presque parmi les gens qui ont voté pour elle dimanche passé. Elle ne ressort pas grandie de ces tentatives malheureuses faites pour ridiculiser son compétiteur. S’il est vrai qu’elle dirige le parti dont son adversaire est aussi membre, on s’imagine en quoi va consister l’aide apportée à son « partenaire » si, par bonheur, elle était renvoyée à son évier dimanche prochain. Pas d’erreur, je ne suis pas sexiste, mais je ne supporte pas les gens qui ne tiennent pas leurs engagements, vous vous doutez que je n’ai pas beaucoup d’amis dans la politique…

 

Pour le fond, je crois qu’on l’a touché… Jamais un accord ne fût aussi parfait. Quand l’un disait ses intentions, l’autre les confirmait et surenchérissait, on se serait cru chez Sothebys un jour d’enchères sur un Van Gogh. Qu’ils soient en parfaite osmose sur le fond semble logique puisqu’ils sont signataires du même programme qui est celui de leur parti.

 

Donc, pourquoi ce débat me dis-je naïvement ?

 

En fait, c’est juste un problème de personne alors ? Une question d’ambitions personnelles ou quelque chose qui s’en approche. L’une qui veut réussir où son père a échoué, l’autre pour aller savoir quelles raisons. Sur le fond, ils feront donc la même chose et ensemble (ou presque) comme dans la cuisine, les différences ne se verront que dans le dosage des épices mais tous les ingrédients de base seront les mêmes. Mais attention un plat trop épicé peut ne pas être apprécié, même si les ingrédients de base sont d’une qualité extrême.

 

En résumé, Hollande sort vainqueur par défaut. Il a prouvé qu’il était un présidentiable par son sang-froid, sa finesse durant ses contre-attaques et sa façon d’esquiver les coups bas de son interlocutrice. Les politiciens oublient que les lobotomisés qui les regardent sont, malgré tout des êtres humains doués de sentiments, d’émotions, de passions… C’est cela qui peut rendre caduques toutes les analyses et sondages parce que, comme le disait Blaise, le cœur a ses raisons que la raison ignore… Montebourg en est la preuve… Qui l’attendait à 17 %, pas les instituts de sondage dans tous les cas, mais nous reviendrons à lui plus tard.

 

Haroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com