Log In

Edito ou éditard ? (7)

Que va nous apporter cette première semaine de notre AA+, des rendez-vous importants mais moins intenses que l’arrivée des deux pandas « loués » 10 millions de dollars par an pour les 10 ans à venir… Non seulement la Chine nous a mis à bas, avec notre coupable renoncement, mais en plus, elle se moque de nous… Et les journalistes parlent de ça aux infos, heureusement le ridicule ne tue pas…

Costa_Concordia_cruise.jpgCombien de smicards pourraient être payés avec ces 10 millions de dollars, soit 7.7 millions d’euros… ? 459 smicards recevraient, pendant un an, 1397 € bruts par mois, soit 16 764 € en un an… Et cela pendant 10 ans… Je rêve… Ces pandas retirent le pain de la bouche de gens qui se nourrissent aux restos du cœur et qui couchent dehors, je crois que cette opération de communication offerte à la Chine par les contribuables français est outrancière, et, que ce budget devrait être équilibré par les deniers personnels des membres du gouvernement et du petit président que nous avons, ils le valent bien…

 

Photo : Le Costa Concordia… Je préfère le montrer flottant, la souffrance des êtres n’est pas une chose à exposer…

Comme en Italie, des bateaux qui coulent avec des capitaines qui abandonnent le navire et ses passagers, est-ce que ça ne vous rappelle rien, mis à part le Concordia ? Moi, ça me rappelle l’Europe… A la différence près que nos capitaines n’ont jamais été dans le bateau, ils sont toujours restés tranquillement à l’abri des grains dans la capitainerie du port…Des porcs dans un port me susurre la partie diabolique de mon subconscient, mais je ne l’écoute que rarement, vous en êtes témoins. Nous n’avons que très peu de chances de conserver nos petites habitudes et nous risquons, dans l’année qui commence comme durant les suivantes, de voir partir en fumée beaucoup de nos avantages. Pour certains d’entre eux, je dirai que ce n’est pas vraiment grave et qu’il me parait même illogique de les avoir demandés et stupide qu’on nous les ait accordés. Avouons que nous sommes privilégiés, nous les franchouillats, mais évidemment on en veut toujours plus et nos édiles joufflus essaient de nous contenter pour garder leur emploi. Cercle vicieux s’il en est…
Notre bateau prend l’eau et de toute part, la Grèce ne pourra même pas payer les 50 % de la dette qu’on lui a conservé et il faudra tôt ou tard que tous les pays endettés soient graciés de celles-ci et que nos banques soient toutes nationalisées pour en sortir. C’est un démocrate libéral qui vous le dit. On a oublié que l’Etat, le vrai, celui qui s’occupe vraiment de son peuple, avait pour mission de nous protéger, de nous instruire, et de nous faire survivre. Deux de ces devoirs sont d’ores et déjà aux oubliettes quant à la protection, le troisième, contre qui l’Etat devrait-il nous protéger, mis à part nos dirigeants alliés à leur opposition, je ne vois pas d’ennemis du peuple français. Donc, les trois raisons qui font que la France soit un Etat fort sont battues en brèche par les courses effrénées aux avantages personnels et aux prébendes de la tête de notre nation.

 

FAQ (Foire Aux Questions)

Une question d’un de mes visiteurs m’a réveillé en pleine nuit dernière. Il m’écrit : « Je reconnais que votre présentation des faits et actions des gens qui nous dirigent est proche de la réalité. Mais il est facile de tirer sur une ambulance et la France est même presque dans un corbillard. Pouvez-vous nous donner une sortie par le haut de nos soucis quotidiens comme sur un terme plus long, ne serait-ce que pour respecter ce que vous dites souvent, cette planète n’est pas la nôtre et nous devons la laisser aux prochains locataires, nos enfants, dans le meilleur état possible ? Et, pour finir, si vous deviez former un parti, comment l’appelleriez-vous ? »

Merci de la question, et, nonobstant le fait que je ne crois pas mériter cette lucidité dont vous me parez, ce que je dis ne vient pas d’une inspiration divine, c’est juste un constat et un peu de réflexion, tout le monde peut arriver au même résultat, c’est à dire avoir une opinion réellement personnelle au prix de quelques heures de réflexion.

Réponse
Cher lecteur ou visiteur occasionnel, je vous remercie de votre question à laquelle j’ai plaisir à répondre. En fait, j’ai un projet mais je n’ai pas l’ambition qui va avec. J’ai bien déjà réalisé un projet de nouvelle Constitution et je suis en train de peaufiner mon chapitre « Réformes des  Institutions » qui sera en ligne je pense cette semaine. Pourquoi je fais tout cela, c’est justement la question majeure que je me pose tous les jours lorsque je commence à taper sur mon clavier… Pourquoi fais-je tout cela ? J’ai vécu plus qu’il ne me reste à vivre, je n’ai pas envie d’être Président, ni ministre… Mais pourquoi donc ?
Une seule raison, j’aime les Hommes, les êtres humains, aussi imparfaits soient-ils, je les aime, tels qu’ils sont, même si je meurs d’envie de les voir changer.
Alors, pour en venir au fait, oui j’ai un projet, et, vous l’aurez intégralement avant la fin du mois de mars de cette année, pas d’impatience. Cependant, je peux d’ores et déjà vous dire quel est mon rêve…
Hier je vous donnai un conseil de lecture, pourquoi ? Parce que Tony Judt écrit ce que je pense depuis plusieurs années avec un talent et une clarté que je ne saurais atteindre. Et c’est cela que je prône, un retour à cette période de social-démocratie que nous avons baptisée les « trente glorieuses », ce sont ces années de croissance ininterrompue qui ont été les plus distributrices, dans le sens social du terme, les plus généreuses de toutes celles que nous avons connues depuis très longtemps, très très longtemps. Ne me dites rien, je sais ce que vous pensez ou je me doute, « évidemment en période de croissance il est facile de donner »… Eh bien, figurez-vous que nous n’avons jamais créé autant de richesses que dans les années qui vont de 1989 à 2008. Et malgré cela, les aides sociales ont été réduites comme peau de chagrin quand elles existent encore. Malgré toutes ces fortunes amassées, l’exacerbation de l’égoïsme n’a jamais été aussi forte et tenace que dans ces années fastueuses. La croissance n’entraine pas le développement du côté social de l’Homme, pas lorsqu’on lui demande de se libérer du joug des autres et qu’on lui fait croire que c’est la liberté outrancière qui lui permet de se révéler. Preuve en est l’insatisfaction qui règne partout et à tous les niveaux mais toujours plus forte en grimpant dans la hiérarchie sociale.

Fort de cela, si je fondais un parti il serait hybride car je suis : monarco-libéro-socio-démocrato-constitutionnel.

Pourquoi ?
1. Monarco : parce qu’il faut quelqu’un qui rassemble les Français sans se mêler de politique, un joli roi ou reine qui se trouve comme moi, au-dessus de la mêlée de nos politiciens et qui donne aux Français une définition de sa propre Nation, de son existence propre en dehors de toute considération sectaire et politicienne.
2. Libéro : parce que je suis pour la liberté, dans le respect de chacun, dans la tolérance la plus globale et fraternelle.
3. Socio : parce que la société ne peut pas se limiter à la recherche du profit personnel uniquement, il y a une redistribution à faire pour un partage équitable mais qui n’a rien à voir avec le communisme ou le socialisme, juste l’équité.
4. Démocrato : parce que la démocratie est le moins pire des systèmes que nous connaissons en attendant d’en trouver un meilleur qui, je le sais, existe.
5. Constitutionnel : parce que le pouvoir, le vrai, appartient au peuple et rien qu’à lui, la Constitution le protégera et donnera des devoirs à ceux qui souhaitent gérer l’Etat et qui assumeront cette lourde mais ô combien noble responsabilité et charge.

Je recherche des membres, voulez-vous vous inscrire ?

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com