Log In

Edito ou éditard ?

images.jpgLes sujets de préoccupation ne manqueront pas non plus cette semaine… Comme disait Coluche, le mois de l’année où les politiciens disent le moins de bêtises est le mois de février, parce qu’il a au maximum 29 jours… C’est toujours ça de gagné. Ce qui semble amusant ces jours, c’est l’engouement que certains ont pour un conflit Israélo-Perse, la mayonnaise a l’air de bien prendre et certains journalistes en mal de tremblement de terre ou de tsunami ont choisi de mettre la pression sur le sujet. Mais il y a d’autres raisons de se réjouir…

 

Medvedev et Obama se sont rencontrés et bien évidemment rien ou presque n’a vraiment filtré si ce n’est les conclusions d’usage qui nous font croire que tout va bien et que nous pouvons continuer de consommer tranquilles. Mais en fait, le système anti-missiles américain installé en Europe embête les Russes, pourquoi ? Je n’en sais rien, demandez-le leur ! La Syrie, la Libye, l’Afghanistan, l’Iran sont autant de sources d’altercations entre le gendarme du monde et son ex alter ego… qui aimerait bien le redevenir.

 

Autre sujet de conversation

S’il est vrai que l’attaque de la Libye était souhaitée, organisée et instrumentalisée par les américains, pour l’Afghanistan et l’Iran, respectivement les missions pour l’une est terminée et pour l’autre n’est qu’en préparation. Ne pouvant être partout les USA partent de Kaboul et laissent le bébé aux « voisins » (les russes en premier lieu) de ce pays pourvoyeur d’argent sale, de drogues en tout genre et acheteur d’armes en grande quantité. Les ricains se sont bien établis et maintenant que leur globalisation consommatrice est semée, le mal va croître et multiplier comme il en a été de toutes les autres parties du monde. Il n’est donc plus nécessaire de rester puisque le virus est implanté.

Il est difficile mais possible de voir les intentions des USA dans le schéma du grand Moyen Orient imaginé par la famille Bush et auquel le pas si malin que ça d’Obama adhère sans le savoir. En fait, Obama, qui n’a même pas le courage d’être vraiment noir ni vraiment musulman, suit un itinéraire tracé par ses prédécesseurs, l’élan a été donné, une impulsion démoniaque, et lui ne peut s’y opposer. D’abord parce que c’est dans « l’esprit » américain, ils sont impérialistes par atavisme, et finalement d’avoir un seul groupe de pays qui stigmatisent tout le mal du monde limite le champ des opérations et identifie merveilleusement l’ennemi à la fois régional, politique et religieux. De plus cela maintient le conflit à venir sur des territoires éloignés de la source des problèmes, les USA.

 

Donc l’Iran est maintenant dans le viseur du tueur fou. Comment un pays peut-il s’arroger le droit de décréter que tel ou tel peut ou ne peut pas avoir du nucléaire, qu’ils soit pacifique ou non. Qui nous prouve que les USA sont plus capables de sérénité que les Iraniens ? Rien, je dirai même que les américains nous prouvent par leurs invasions à répétition leur manque d’intérêt pour le reste de l’espèce humaine, tant au niveau de la pollution et des accords pour lutter contre celle-ci que dans tous les autres domaines où ils font cavalier seul. Ce que veulent les américains, c’est un bon conflit, un vrai, sympathique et tuant cette fois des centaines de millions de personnes. Pourquoi ? Pour relancer les affaires tout d’abord, ils ne savent pas faire autrement mais ça c’est plutôt humain qu’américain, et ensuite pour établir la suprématie indiscutable qu’ils prônent, qu’ils chérissent et attendent de tous leurs vœux depuis déjà fort longtemps. La réorganisation du monde se fera mieux et vite avec des contradicteurs exsangues et demandeurs d’appuis et de secours. L’Iran ne s’en laissera pas compter par les va-t-en-guerres, et, bien que n’étant pas un adepte de leur point de vue ou de leur politique ni même de leur religion, je trouve leur résistance à l’impérialisme héroïque et tellement fraiche comparativement au renoncement de tous les autres pays corrompus, taillables et corvéables à merci.

 

Autres bonnes nouvelles

Monti est l’économiste choisi pour remplacer « il buffonne » en Italie. Inutile de vous dire qu’on ne changera rien d’un iota dans l’austérité et que les Italiens vont en prendre plein la casquette, un peu comme en France, en Espagne, au Portugal, en Irlande, et la liste n’est pas exhaustive, n’est-ce pas ? Cet économiste de renom prône lui aussi le recours aux marchés, et l’économie qui en dépend, à la consommation outil nécessaire voire obligatoire d’une relance qui rendra les hommes heureux et qui les lobotomisera encore un peu plus. Donc, par toutes  ses qualités il va se faire aimer par la générale Angela et pourra compter sur son soutien. Angela aimait bien Berlusconi, surtout lorsqu’il essayait de regarder sous ses jupes en montant les escaliers, il arrivait à lui faire croire en un reste de sa beauté, si beauté il y a eu. Mais elle avait besoin d’un type sérieux pour redresser la barre italienne sinon elle aurait encore dû payer pour ces fainéants de méditerranéens en augmentant ses propres impôts, enfin pas les siens mais ceux des Germains. Alors, pas d’inquiétude rien ne s’arrangera tant qu’on en restera à l’économie de marché dont on ne fait pas l’économie, à aucun moment. L’Europe a peur d’innover, de révolutionner, l’Europe est morte avant même d’avoir vécu.

Rivarol disait à Louis XVI qui aurait mieux fait de l’écouter ; « la meilleure façon d’éviter les révolutions, c’est de les faire ». Et oui, mais il faut en avoir là où nos hommes politiques n’ont que des désirs.

 

Et chez nous

La gauche se déchire par petites phrases mesquines et pleines de cette jalousie dont seuls les hommes politiques sont capables. Une jalousie froide, sans aucun sentiment, juste la jalousie barbare et dépourvue d’honneur. Mélenchon, l’homme aux 44000 € par mois, qui traite Hollande de capitaine de pédalo. Ce n’est pas beau de la part d’un communiste raté mais ça fait le jeu de Le Pen et de Sarkozy, ils l’ont peut-être acheté ensemble le communard mis au placard. Mais le plus grave dans cette insulte ce n’est pas le fait que Hollande soit capitaine d’un pédalo, ça, à la limite c’est peut-être vrai, mais c’est que le pédalo c’est nous, c’est la France et ses habitants. Cela signifie en clair pour le Mélenchon que nous ne sommes pas grand chose, qu’un jouet entre les mains de ceux qui prétendent nous emmener vers un avenir radieux. Quelle belle opinion de la France… Mélangeons… pardon Mélenchon… Je ne voterai pas pour toi, à prendre les gens pour des imbéciles ils le deviennent mais toujours moins que toi…

Autre petite phrase de l’équipe des perdants, Zorko et son orchestre, qui traite Hollande de Babar et Sarkozy d’Astérix… Babar a beaucoup maigri donc cette allusion n’est pas aussi judicieuse qu’elle l’aurait été il y a un an ou plus… Faut suivre à droite, regardez la télé bon sang, il est presque filiforme notre Hollande national. Mais là encore, il y a un tiroir secret, pourquoi Babar, parce Babar est un éléphant et qu’un éléphant trompe énormément… Il est temps que la droite disparaisse de nos horizons politiques, ils ne se contentent plus d’être ringards, ils sont ringardissimes…

Une chose est sure, Hollande fait peur à tous… Il n’y a vraiment pas de quoi, il fera la même chose que Sarkozy, alors…

 

Messieurs, vous êtes nos représentants, à défaut d’honneur, peut-on vous demander un peu de dignité…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com