Log In

Editôt ou éditard (27)…

Nous avons, malheureusement, la chance de voir des écolos, à la fois au Sénat et à l’Assemblée, faire exactement l’inverse de ce pourquoi les électeurs les ont élus. Nous sommes, il est vrai, habitués à ce jeu stupide qui consiste à oublier, d’une élection à l’autre, qu’elles sont strictement inutiles si ce n’est à montrer notre lobotomisation totale.

Logo-Bisphenol-A.gif

Au lieu de défendre les principes de la vie, ces braves corrompus, préfèrent protéger leurs sièges et leurs maroquins, choses bien plus concrètes et positives à leurs yeux mesquins embrumés de leur persistante ambition personnelle. Eh oui, je commence la semaine un peu fort mais je tiens mon inspiration de la médiocrité de notre corps d’élus et de leur mépris, ô combien éclatant, vis-à-vis de leurs bienfaiteurs, que nous sommes à grands frais. J’en veux pour cela deux exemples flagrants de l’inutilité de l’écologie politique à la française.

Le premier est cette sombre histoire de Bisphénol A qui n’arrive pas, contrairement à d’autres pays de la Communauté Européenne, à se faire interdire purement et simplement dans notre Gaule anesthésiée par les regards de serpent de ses milieux d’affaires et ses industriels. Faut-il vraiment que nous soyons crétins pour encore permettre à ces gens de nous représenter, vous comprenez peut-être mieux ce que j’endure et la raison de mon objection de votation. Je ne vote plus depuis la présidentielle de 2002 et je crois que je ne voterai plus jamais dans cette vie, la prochaine on verra.

Le second exemple repose sur le biodiesel et l’éthanol, compléments de carburants tellement verts qu’ils en deviennent nocifs, ou comment utiliser l’écologie pour détruire plus que ce qui se faisait auparavant sans son « aide ». Amusant, n’est-ce pas ? Comment ces personnalités, si importantes, bénéficiaires d’informations que nous n’aurons jamais sans les rechercher par nous-mêmes, font-elles pour ne pas réagir lorsqu’on leur apprend que des vecteurs qui pourrissent la vie de leurs électeurs, qui les mettent en danger, tant pour leur santé propre que dans leur qualité de vie globale, comment font-ils pour éluder ces questions dans le parfait irrespect de leur pseudo idéal, de leurs mandats et de leurs engagements ? Je n’ai pas entendu les Mamère, Lalonde, Joly, Cohn-Bendit dire quoi que ce soit sur ces sujets diablement proches de leurs domaine de prédilection, l’écologie, parait-il mais cela demande à être prouvé.

 

Bisphénol A

Notre Sénat, glorieusement à gauche depuis bientôt un an, vient de reculer d’un an l’interdiction d’utiliser le bisphénol A dans les contenants alimentaires, conserves, canettes et autres barquettes et boitages plastiques divers. Il faut savoir que ce produit chimique est interdit depuis 2010 dans les biberons, il doit y avoir des raisons me direz-vous… Et oui il y en a 700, qui correspondent aux études faites sur ce poison dans le monde. Ce n’est pas assez pour les vieux grincheux de sénateurs, peut-être, il est vrai aussi que comme ils sont tellement âgés, que les biberons sont protégés et que leur absence de dents les empêchent de se nourrir autrement, ils n’ont pas de raison de se préoccuper du reste, n’est-ce pas ? Là où on se demande si ces vieillards séniles sont vraiment utiles, c’est quand on apprend que les députés, eux aussi socialistes et verts majoritairement, avaient accepté une interdiction au 1er janvier 2014. Celle-ci n’a pas été retenue par leurs collègues corrompus du Sénat qui ont décidé que le 1er janvier 2015 correspondait mieux à l’adaptation nécessaire aux industriels de ce métier. Comme s’ils y connaissaient quelque chose, ces grabataires de la politique… Encore plus drôle, le patron du syndicat national des fabricants de cette infamie chimique affirmait au Canard Enchainé que le nouveau vernis remplaçant le bisphénol A serait prêt en 2013. Le lobbying des pétroliers et des manufacturiers du plastique a apparemment mieux fonctionné avec les vieillards du Sénat qu’avec les « jeunes » trublions de l’Assemblée. Et les écolos dans cette triste affaire ? Silence radio… Ils s’accrochent à leurs fauteuils par tous les moyens, y compris le désintérêt de leurs électeurs, mais peut-être est-ce la meilleure façon de les renvoyer à leurs écuries lors de la prochaine consultation, on ne fera jamais d’un âne un cheval de course, même s’ils sont bêtes à manger du foin…

 

Biodiesel et éthanol

Jean-Marc Ayrault, vous savez le 1er ministre discret et normal de Culbuto 1er, roi de la République Française, ne fera jamais de mal aux usines qui produisent ces biocarburants, elles se trouvent presque toutes dans les pays de la Loire où il règne en demi-maître. Alors, lorsque la Communauté Européenne décide de diminuer le pourcentage de ces additifs dans les carburants, pour diminuer les émanations de gaz à effet de serre, de 10 à 5 %, bien évidemment ce 1er sinistre décide de positionner le taux français non pas à 5 mais à 7 %, histoire de ne pas faire de peine à ses fournisseurs d’impôts et ses soutiens financiers électoraux. Mais c’est à partir d’une étude de l’Europe que celle-ci décida de baisser ce taux. L’étude atteste que l’utilisation des terres à des fins de production de colza et autres produits agricoles génère encore plus de gaz à effet de serre que l’utilisation des énergies fossiles équivalentes. Mais ce n’est pas important pour notre gouvernement, il préfère s’occuper des intérêts bien sentis des pourvoyeurs d’emploi. Ce que Culbuto et son orchestre oublient c’est que les patrons ne leur montreront jamais de gratitude, la poursuite de leurs intérêts le leur interdit. On ne fait pas dans le sentiment lorsqu’on est industriel, on fait dans le profit.

Non content de cela, le Ayrault continue d’aggraver son cas, il prolonge jusqu’en 2015 une exonération fiscale qui bénéficie aux industriels de la filière, même pour ceux qui étaient au terme de leur contrat. Un cadeau royal de 100 millions d’euros qui sera surement compensé par une compétitivité améliorée sur le dos des salariés et des retraités. Ce cadeau fiscal nous a déjà coûté selon la Cour des Comptes 2.65 milliards d’euros dont 1.8 rien que pour le biodiesel dont le principal fabricant est Sofiprotéol qui est dirigé par Xavier Beulin, patron aussi de la FNSEA et grand ami du ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll.

On comprend mieux tous ces beaux cadeaux, maintenant que tous les copains sont réunis autour de la table.

Quand je dis qu’ils sont tous corrompus, vous pourrez constater avec ces deux exemples que je n’exagère en rien.

 

Autre exemple gratuit, Médiator

Juste pour rire, l’industrie pharmaceutique peut dormir tranquille, on n’est pas prêt dans le gouvernement de Culbuto 1er de leur faire le moindre mal, quand bien même cette industrie est meurtrière. 86 % des dossiers ont été rejetés et après le scandale de cette nouvelle la Marisol Touraine a grondé l’office chargé de l’étude des dossiers. Après cette fâcherie les indemnisés passèrent de 5 à 21… Rien à dire… Et les verts, grands défenseurs de la dépénalisation du cannabis ne disent toujours rien…


La pourriture dans laquelle baigne la politique ne risque pas de m’encourager à retourner aux urnes.


A bon entendeur, devenez sourd…


Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com