Log In

Editôt ou éditard (33)

Les éditos se suivent et pourraient se ressembler si j’étais assez stupide pour vous parler, comme la semaine passée, du combat, qui insulte nos intelligences, entre les deux clowns, Copé et Fillon. Mais, étant moins imbécile que ces deux Guignols, je vous éviterai ça comme je me l’évite moi-même. Pendant la guerre la vente continue, n’est-ce pas ?

 

qatar.jpg

 

Il me semble plus intéressant de vous parler de tout et de rien, de la pluie et du beau temps, mais certes pas de choses qui abêtissent le lecteur comme le rédacteur. Tenez, prenons par exemple la farce qui se joue à Doha et qui concerne un enjeu sans importance, la survie de notre planète. Le Qatar est le meilleur endroit pour en parler puisque c’est un pays, bien qu’ayant signé les accords de Kyoto ne les applique pas. Petit détail fortuit qui vient plaider en faveur de ce choix incongru, les Qatari font partie des plus gros pourvoyeurs en CO2 de la terre, placés au top des pollueurs mondiaux, au-dessus de la Chine et des USA en classement par tête d’habitant. Donc, comme vous pouvez le voir, ce choix est non seulement dénué de sens mais aussi une insulte démoniaque à notre sens commun limité par nos lobotomies ô combien efficaces. Mais pourquoi, m’interroge-je subitement, pourquoi donc avons-nous choisi le Qatar pour traiter d’un problème dont les Qatari eux-mêmes n’ont rien à faire ? La réponse est : par révérence à l’argent, uniquement, mais cela ne suffit-il pas à nos sociétés qui n’ont pas d’autre valeur à mettre en exergue devant leurs populations endormies par la consommation irrévérencieuse et exacerbée qui leur a été inculquée. L’argent, dans nos sociétés qui ne retiennent de la contemplation que l’effet attractif de la brillance illusoire des métaux telles des alouettes, contient en lui-même tous les germes de la misère intellectuelle des faibles d’esprit et des pauvres en caractère. L’argent est passé du stade d’outil d’échange à celui de divinité, rôle qui, bien entendu, lui sied aussi bien que l’honnêteté à un homme politique mais qui, malheureusement, est rarissime chez ce type de personnage.

 

Non content de financer les terrorismes politico-religieux, les intégrismes de tous styles à condition qu’ils soient wahhabites et opposés au chiisme d’obédience iranienne, ces extrémistes de la violence par dollars interposés, se moquent de nous ouvertement dans un domaine qui se targue de s’occuper de l’existence de milliards d’êtres humains. Je n’ose croire être le seul à penser de cette façon et, donc, je me pose la question, alors que je ne bénéficie pas des informations de la CIA, de la NSA et de tous les gugusses qui jouent à James Bond de par la planète, pourquoi les laisse-t-on faire ? Pourquoi supporte-t-on nous cette humiliation permanente ? Qu’ils achètent les plus beaux bâtiments des quartiers chics de la capitale française, investissent dans les sports de haut niveau et les clubs à haut rendement publicitaire, qu’ils glissent quelque argent dans les mains tendues des ministres en charge de la misère de nos banlieues et de leurs cités invivables, ils sont partout nos bienfaiteurs de l’inanité. Mais pourquoi faire, quel est le dessein derrière cette cheminée où le père Noël perdrait son latin à voir la quantité de cadeaux qu’elle recèle pour nos poches évidées par la crise ainsi que par les méfaits de Culbuto 1er et son orchestre.

 

Mon idée est qu’une invasion est en train de se faire, plus exactement une dépossession du peu d’honneur et de biens qu’il nous reste au profit d’investisseurs, qui rêvent d’une France aux ordres d’un pays mené par des monarchistes barbares et violents, qui ne connaissent de la démocratie que les publicités mensongères des dictateurs déchus de leur voisinage.

 

Mais je peux me tromper…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com