Log In

Editôt ou éditard (37), lettre tardive au Père Noël

Même s’il est un peu tard, il ne l’est jamais trop lorsqu’il s’agit ‘écrire sa lettre au Père Noël. Aussi, Cher Papa Noël, je te prie de m’excuser pour les deux fautes que je suis en train de commettre avec toute la préméditation possible. La première est de rétablir avec toi une relation épistolaire abandonnée depuis de nombreuses années et la seconde d’avoir gardé le tutoiement auquel j’étais autorisé jadis et que j’ai voulu conserver pour croire, encore, à mon état d’enfant perpétuel…

 

pere-noel.jpg

 

Il ne s’agit pas vraiment d’une liste de cadeaux parmi laquelle tu pourras choisir ceux ou plutôt celui, vu ma gentillesse défaillante, que tu devras me livrer dans cette nuit qui approche. Ma missive s’apparente plus à des souhaits, à des suggestions, oserai-je le dire, à des conseils que je te communique afin de voir notre monde aller vers des lendemains qui chanteront plus que je ne le prévois… Ne t’offusque pas de mon audace, elle est celle de tous les petits qui n’ont pas suffisamment d’expérience de la vie et qui croient que tout peut se régler par de bonnes intentions et des vœux que nous faisons chaque année à cette même période. Ta proximité des Dieux, car je crois que ton habit rouge ne te lie pas plus aux uns qu’aux autres et que leur nombre est aussi vaste que celui des gens de foi, te permettra peut-être de leur transmettre ma lettre de créance et mes espérances les plus folles. Je te remercie de tenter cette opération de communication pour moi auprès de ces mêmes Dieux qui, parfois, semblent se désintéresser de l’univers dans lequel ils nous ont jetés et des terriens en particulier. Cependant, je les excuse volontiers pour me douter de ce qu’est l’organisation du travail qui est le leur et qui doit représenter une charge inimaginable pour un être, somme toute, normal tel que moi.

Alors voilà, nous y sommes, accroche-toi aux branches parce que ça va certainement te décoiffer. En effet, je me permets de rêver d’être à ta place ou à celle de tes patrons, encore une bonne raison pour moi de te demander de me pardonner par avance. A tout de suite Papa Noël…

 

le_pere_noel_made_in_china.jpg

 

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains l’amour qu’ils méritent afin qu’ils apprennent à le donner eux-mêmes.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains la conscience de leur intelligence afin de l’utiliser dans le respect de l’amour de leurs propres frères.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains un peu de bon sens afin de répondre à leurs propres attentes dans le respect des attentes de leur descendance.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains la paix intérieure qui est la conséquence des acquis précédents mais qui ne sont obtenus que dans la stricte mesure où les hommes les emploient.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains la générosité qui les éloignerait de toutes les vicissitudes de leur égoïsme exacerbé.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains le respect, tout d’abord d’eux-mêmes car c’est, je crois, ce qui leur manque pour respecter les autres ensuite.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains le principe majeur de la valeur d’un Homme, en lui enseignant qu’il doit se sacrifier pour le bonheur de tous, parce qu’il mérite le sacrifice de tous pour son bonheur personnel.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains la connaissance de leurs limites afin qu’ils ne se prennent pas pour des Dieux et qu’ils ne rêvent pas d’en égaler le pouvoir s’ils existent.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains la sensibilité qui les fera aimer jusqu’au plus petit gravier, jusqu’à la plus légère des fleurs, jusqu’au plus petit des animaux afin de connaître la seule chose qui vaille une mondialisation, l’amour de la nature qui nous donne vie et nous la rend agréable.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les humains le bonheur de choisir, la joie immense de la liberté de croire ou non en moi comme aux Dieux, tout en leur demandant de, surtout, ne jamais cesser de croire en eux-mêmes.

Moi, Père Noël, je donnerai à tous les enfants tout le courage nécessaire pour prendre la suite de leurs parents dans la lourde tache de maintenir la vie et de tenter d’atteindre leur bonheur en ignorant la peur.

 

Bien sur Papa Noël, tu n’es pas obligé de m’écouter et encore moins de satisfaire toutes mes demandes, de répondre à tous mes désirs, mais, ce serait tellement bien, déjà, si tu pouvais en réaliser quelques uns, au moins un, s’il te plaît, pour l’amour que j’ai pour toi, pour celui que j’ai pour tous les Dieux et pour celui que je cultive pour mes frères humains.

 

A bon entendeur, deviens sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com