Log In

Editôt ou éditard (49)

La semaine passée des députés dépités et violents en sont venus aux mains dans l’hémicycle de l’assemblée nationale. Comme vous le voyez je ne mets même plus de majuscules au lieu où se rassemblent les mécréants, les menteurs, les voyous de notre république qui n’a plus de majuscule non plus. Le pire de cette histoire est que nous sommes les imbéciles qui les avons élus… Et oui, ce n’est pas la faute de Dieu ou d’un quelconque potentat mais bien la nôtre, mais nous, nous sommes responsables, coupables, et, corvéables à merci, contrairement à ces représentants dument élus mais qui ne le méritent pas.

 

Bagarre.jpg

Peut-être croyiez-vous, tout comme moi, que les luttes physiques entre politiciens étaient réservées aux républiques bananières officielles comme la Russie, l’Ukraine, l’Ouzbékistan et bien d’autres ? Alors je partage votre déception, j’ai honte de nos élus, j’ai peur qu’ils ne soient encore plus « graves » que je ne le pensais et le Dieu des politiciens corrompus sait à quel point j’abhorre cette caste d’abuseurs de confiance. Il est vrai que le débat sur le mariage pour tous a atteint les sommets du ridicule et de la bêtise, dans les deux camps. Mais je dois avouer que la droite met le paquet pour remporter le match de la stupidité et je crois qu’elle est en passe de réussir. Cela lui a demandé peu d’efforts car, comme le disent les gens de droite eux-mêmes, nous avons la droite la plus bête du monde. Voilà en quoi les Français sont champions, enfin premiers, en politique conservatrice. Quelle gloire, quelle satisfaction de savoir que nous sommes enfin les vainqueurs de quelque chose d’aussi important que le manque d’intelligence et de sens commun. En fait, nos politiciens sont les plus c… du monde et ne le savent même pas, heureusement sinon ils seraient capables de fêter ça et à nos frais comme à l’accoutumée. Mais comme nous sommes ceux qui les avons mis là où ils sont, nous sommes encore plus c… qu’eux me direz-vous. Je dois admettre que vous avez raison, j’en suis marri mais c’est la stricte vérité, nous sommes des benêts, les pires que je connaisse à ce jour car nous continuons de croire que nous sommes les plus intelligents malgré les preuves quotidiennes de l’insalubrité qui règne dans ce qui nous sert de crâne pour contenir le fruit de la lobotomisation générale que nous demandons à corps et à cris.

 

Oui, notre assemblée est le reflet de notre société, de nous-mêmes, de ce qu’est devenue la représentation de notre peuple, elle est représentative de la déliquescence de notre république. Bien entendu lorsque vous entendez les « gauchistes » comme les « droitistes », c’est toujours de la faute de l’autre, c’est l’autre qui a commencé, il m’a regardé de travers et je me suis mis en colère dira le plus crétin d’entre eux. Cet aveu de faiblesse, cet abandon de la raison pour la violence barbare, contre laquelle ces gens devraient lutter, est d’une tristesse absolue si ce n’étaient les sentiments de bassesse et d’ignominie qu’ils inspirent. Comment peut-on en arriver là, comment peut-on tomber si bas ? Nous avons la désagréable sensation d’être au milieu d’une cour de récréation d’une école maternelle où les enfants se jettent à la figure des « c’est pas moi », des « c’est lui qui a commencé », des « je le dirai à mon père »… Quel absolu néant règne donc dans les têtes de ces lobotomiseurs qui ont l’air d’être tombés dans leurs propres machines à détruire les cerveaux. Ne riez pas, quand ces gens font des bêtises nous sommes les responsables et nous payons les additions qu’ils nous concoctent et nous font passer bien que nous n’ayons pas participé aux agapes. Il n’y a vraiment pas de quoi rire si ce n’est que j’aurais aimé qu’ils soient encore plus violents entre eux et que tous se retrouvent avec des plaies, des bosses et des yeux noircis et tuméfiés par leurs petits poings qui, habituellement, ne tiennent que des stylos pour signer des chèques sur nos comptes.

 

Quand la passion l’emporte sur la raison, en matière de politique s’entend, nous ne sommes pas loin des excès qui nous ont déjà faits frémir par le passé et qui engendrent à chaque fois les mêmes conséquences. Ces mêmes causes, toutes extrémistes, génèrent sans cesse les mêmes résultats. Quelles que soient les justifications de ces débordements, ils sont la marque des limites que nous avons atteintes et qui sont dangereuses, les limites de notre démocratie, de notre façon de comprendre et d’instituer le pouvoir. Quand les élites en viennent aux mains c’est avouer le niveau irrémédiablement bas de nos modes de communication et d’échange. Comme vous le voyez, je n’essaie pas de prendre parti, je trouve notre droite et notre gauche tellement stériles dans leurs modes de fonctionnement, je trouve cette dichotomie politicienne tellement surannée et non représentative de la réalité de la vie des citoyens, je reste sans voix devant ce spectacle affligeant.

 

Si ce n’était mon caractère résistant, je leur demanderais bien de se suicider collectivement, mais je vais encore une fois supporter leur médiocrité en espérant simplement que ma lutte vous fasse entendre mes arguments et que vous décidiez vous-aussi de ne plus vouloir jouer à leur jeu nul et non avenu.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com