Log In

Editôt ou éditard (52)

Je viens de lire, en à peine une petite demie journée, une œuvre littéraire sympathique, agréable et qui donne un aspect optimiste à tout ce qui se passe dans le monde depuis un siècle. Ce livre est « La prophétie des Andes », il est le premier roman de James Redfield paru en 1993. Plus de 20 millions d’exemplaires ont été vendus dans plus de 35 pays, un film a été réalisé en 2006. Bien évidemment ce livre, considéré par les critiques comme un bouquin pour bobos et adeptes du New Age, est facile à lire puisque fait par un être humain qui ne se prend pas pour un écrivain et encore moins pour un philosophe… Je vous le conseille !

 

La-prophetie.jpg

 

Il est surprenant, parfois, de trouver une goutte de fraîcheur dans un océan de stress, comme disent les rois de la société de consommation qui l’ont inventé pour nous faire consommer toujours plus. Il est vrai que le concept évoqué dans cet ouvrage est repris depuis déjà longtemps par bon nombre d’auteurs mais là nous touchons à la perfection du montage. Cette histoire reprend tous les éléments nécessaires à une mise en valeur d’une théorie qui, pour ne pas être encore prouvée n’en est pas moins intéressante, contient un espoir certain pour notre civilisation en danger. Bien sûr, le fait de parler de ce bouquin avec certains de mes amis plutôt scientifiques et très cartésiens m’a rejeté dans le monde des naïfs et des imbéciles qui croient aux contes de fée à leurs yeux de pauvres consommateurs lobotomisés encore plus que moi. Ils n’ont même pas lu le livre, mais le sujet uniquement les met en position défensive, quelqu’un veut toucher à l’omnipotence de la science et de l’espoir qu’elle représente aux yeux d’une majorité d’êtres humains du fait de leur endoctrinement tout d’abord par leurs géniteurs, ensuite par les écoles, lycées, universités et autres centres de formation et instituts comme ensuite les médias, la publicité et nos propres gouvernants. Ce lavage de cerveau atteint plus facilement les cartésiens car ils ne sont pas spécialement ouverts à l’irrationalité, aux choses qui touchent à la spiritualité. C’est là que le bât blesse, la semaine passée je vous parlais de tolérance, et bien dans ce domaine aussi elle n’existe pas, elle est niée en totalité depuis sa définition jusqu’à son application.

 

Dès que vous parlez de spiritualité, d’ésotérisme, de faits inexplicables scientifiquement, vous vous heurtez au mur de la stupidité positive de la science également. Cet oxymoron vous parait certainement agressif et excessif, vous vous trompez, il est bien en dessous de ce que je pense réellement. Effectivement, venant de la part de scientifiques qui devraient tout écouter et ensuite douter de tout pour tenter de prouver par l’expérience, la plupart d’entre eux, mais cela commence à changer, ne se donnent même pas le temps d’entendre leurs interlocuteurs et les renvoient dans le camp des crédules et des simples d’esprit. Ils sont réfractaires à l’abstrait, ce qui est étrange car quand vous savez ce que sont les recherches mathématiques où pouvez-vous trouver plus abstrait. Mais rien n’y fait, ils ne peuvent supporter l’absence de matérialité, l’impossibilité de toucher, la négation de la preuve concrète et le développement de l’imaginaire. Etrange quand on sait que la réalité n’est que la matérialisation des rêves et de l’imagination et que c’est grâce à la science que nous avons pu la réaliser. Les hommes sont pleins de paradoxes, surtout ceux qui leur sont inculqués à longueur de vie par tous les supports déjà cités.

Il est certain que lorsqu’on lit les horoscopes ou qu’on voit le nombre d’escrocs qui parasitent le milieu ésotérique, on est en droit de douter, mais est-ce que le fait d’être comptable vous met directement dans le camp de tous les gens de cette profession qui sont partis avec la caisse de leur entreprise ? Pourquoi ce milieu serait-il plus garni de voyous que les autres, combien de gens croient et ont une foi intangible et combien de gens sont des voyous ? Quand on sait que plus de la moitié des Français ont vu, et vont voir régulièrement pour certains, des diseurs de bonne aventure, cartomanciens et autres géomanciens, et, surtout, parmi eux, une quantité importante de gens de pouvoir et de chefs d’entreprise. L’ancien PDG de Peugeot Jacques Calvet, Mitterrand, Florence Artaud la navigatrice et beaucoup d’autres ne prenaient pas de décision majeure sans demander leur avis à leur numérologue ou à leur astrologue. Doit-on classer ces gens dans la rubrique des simples d’esprit à faire taire, ou, doit-on se poser la question de savoir pourquoi ils avaient besoin de ce type de communication pour établir leurs décisions ?

 

La science ne répond pas à toutes les questions, bien au contraire, elle en ajoute. Il en sera de même pour l’éternité, la science ne peut pas tout expliquer et c’est bien comme cela. Laissons la part du rêve, celle de notre imagination, celle de nos émotions à notre humanité et n’essayons pas de transformer l’homme en une entité rationnelle qui ne réagit qu’aux stimuli pour lesquels on l’a sensibilisé de façon pavlovienne. La science se contente, pour son plus grand bonheur et malheur réunis, de répondre aux « comment » jamais à nos « pourquoi », or c’est cette dernière question qui intéresse tous ceux qui touchent à la spiritualité et qui pense que nous ne serons plus humains le jour où elle disparaîtra de nos vies devenues uniquement matérialistes.

 

Scientifiques de tous les pays, essayez de vous ouvrir l’esprit au lieu de rejeter les idées qui prolifèrent dans les esprits de vos congénères, quelles qu’elles soient, elles ont le mérite au moins de nous interpeler et de nous faire cogiter, rien que pour ça, elles valent leur pesant d’or.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com