Log In

Editôt ou éditard (53)

Comme à l’accoutumée, la semaine passée était aussi nulle, en matière de politique nationale, que toutes celles qui se sont écoulées depuis la démission du Général de Gaulle. Non pas qu’il ne se soit rien passé, que nenni, bien au contraire, il s’est passé des tas de choses mais dont aucune n’est vraiment intéressante. C’est la raison pour laquelle, l’éditorial de cette semaine sonne le glas de notre République pour donner (re)naissance à une autre… plus bananière et donc plus drôle.

 

Don-Quijote.jpg

 

Feu la République Française et vive la république des copains, des voyous et des parasites. Il faut fêter comme il se doit la renaissance d’une république vérolée par les habitués du pouvoir, par les abuseurs de confiance, par les mécréants qui ne pensent qu’à leurs minables petits intérêts particuliers au lieu de ceux plus importants et plus globaux de la nation dans son entier. Pourquoi vous dis-je cela aujourd’hui alors que c’est tous les jours que nous devrions saluer l’avènement de cette république aux atours tapageurs d’une prostituée qui cherche le client. Notre république bling-bling instituée par nos hommes d’affaires chéris et nos politiciens corrompus. Notre république où « Big is beautiful » est le maître-mot du vocabulaire du pouvoir. Malgré le fait que tout fonctionne grâce aux petits, ce sont les grands qui tirent profit de tout, jusqu’au non-paiement de leurs impôts, légalement comme il se doit, mais contrairement aux toutes petites entreprises qui n’ont pas les moyens de se payer des avocats fiscalistes férus de connaissances et de bonnes adresses bancaires, eux peuvent sans souci ne pas payer leur dû au pays qui les enrichit. C’est évidemment un scandale mais qu’ouïs-je, qu’entends-je, suis-je éveillé ou dors-je ? Les Usa commence une lutte contre les multinationales de leur territoire qui ne se soumettent pas à l’impôt comme ils le devraient. Nous aussi, nous allons donc le faire, puisqu’il suffit que les Etats-Unis fassent quoi que ce soit pour que la France lui emboîte le pas pour ne faire qu’un seul homme, sans appareil génital mais un pseudo-homme tout de même. Mais cette lutte est-elle vraiment possible ? Là est la question. Pour ma part, et je pense que vous vous doutez de mon opinion, cela n’est pas possible dans l’état actuel des systèmes de contrôle, mis en place par justement les gens qui sont supposés avoir manipulé da façon malsaine les réseaux qui les ont enrichis, et, leur permettent d’être au-dessus des lois.

 

Je touche en fait maintenant au vrai fond de mon éditorial, combien de promesses, combien de propos riches d’espoirs pour le commun des citoyens. On se souvient de Sarko le magnifique se lançant, comme Don Quichotte à l’assaut des moulins d’Espagne, dans un combat sanglant contre les paradis fiscaux et qu’en est-il réellement ? Ce fut un combat « sans gland », c’est-à-dire sans aucun mâle suffisamment homme pour aller au bout de son engagement. Il en est de même de Culbuto 1er qui promet à tour de bras bien des choses qu’il se sait fort bien incapable de réaliser et n’en a même pas l’envie ni. Quand bien même les intentions y seraient, ce qui est loin d’être le cas, en ont-ils vraiment le pouvoir. Les lois des différents états les protègent de toute ingérence. Vous pourriez me dire que l’ingérence existe bien dans le cas de nos attaques de la Libye ou notre distribution de soutiens aux rebelles qui portent pour nous plus d’intérêts que les gouvernements en place. Oui, ces ingérences-là sont certes interdites mais comme l’occident capitaliste et chrétien en est le protagoniste, il s’en accorde l’autorisation, contre le droit international et les organismes internationaux, nous prenons le droit de faire ce qui nous plait tant que nous avons de l’argent à y gagner… On s’arrangera après avec nos « potes » de l’ONU et autres hauts lieux de l’escroquerie mentale que ces offices représentent. On se partagera les dépouilles et leurs biens entre nous, membres du club des riches et des puissants. Les règlementations internationales ne sont faites que pour les pauvres et les impuissants, pas pour les états riches et dispensateurs de désordre par l’entremise de leurs puissances financière et militaire, sinon comment Israël pourrait ne répondre à aucune des injonctions et résolutions de l’ONU en toute impunité et Kadhafi se faire massacrer devant nos caméras. Il y a bien sûr deux poids deux mesures, la justice internationale est à deux vitesses aussi, comme la médecine, et beaucoup de choses qui ne le devraient pas.

 

Quand je vous dis que je ne crois pas un mot de ce que disent les politiciens de tous les pays et encore plus du nôtre, c’est que je suis convaincu que rien de vrai ni rien d’honnête ne peut sortir de leurs bouches plus habituées à mordre qu’à embrasser leurs prochains. Mais vous avez le droit de ne pas être en accord avec moi, je ne demande qu’à être devant les preuves de mon erreur, j’attends vos preuves avec impatience.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com