Log In

Editôt ou éditard (56)

Culbuto 1er, François Hollande pour les intimes, nous fait la démonstration que l’on peut être un homme politique qui réussit dans la forme, et être président de notre république bananière est la plus belle des réussites pour les escrocs issus de l’éna, tout en échouant sur le fond. Etre socialiste de nos jours, cela a-t-il un sens ? Karl Marx doit danser la carmagnole dans sa tombe, à voir nos révolutionnaires en costumes et chaussures sur mesures, passer allègrement de la « normalité » apparente à l’excentricité débridée…

 

la-decroissance.jpg

 

Il n’y a pas de secret, les réussites, sociale et surtout financière, passent par l’adhésion aux grands principes de la société de consommation et de ses meilleurs ambassadeurs que sont les multinationales, leurs affidés et tous les corrompus qui leur permettent de continuer leurs nuisances. Culbuto n’a pas transigé, n’a rien négocié, n’a même pas discuté, il a tout accepté en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il est devenu le suppôt du capitalisme libéral via une social-démocratie qui ne ressemble pas à ce qu’elle supposait être. Que ses frères de combat de Europe Ecologie Les Verts soient aussi des renégats ne fait aucun doute, ils le prouvent tous les jours et leur participation à ce gouvernement de vendus l’atteste joyeusement. Fini les grandes théories sur l’écologie, sur l’avenir de la planète ou encore le réchauffement climatique, ils n’ont plus que la solidarité gouvernementale à la bouche. Quelle tristesse ! Entre les socialistes plus à droite que le centre et les écolos plus industrieux que les entrepreneurs, nous avons des excuses toutes faites pour avoir perdu non seulement notre latin mais aussi notre grec ancien. Que de compromissions qui font entrer nos empêcheurs de tourner en rond dans le rang des faiseurs de ronds, mais là je parle d’argent. Ils sont donc devenus « normaux », ils ont oublié leurs idéaux et leurs électeurs dans le même temps. Cependant, ils n’ont pas fait cela pour rien, ils l’ont fait pour eux… Mais les électeurs, aussi stupides soient-ils, et tous les Dieux savent que nous le sommes profondément, se souviendront de leur revirement d’opinion, de leur adaptation au milieu ambiant, de leur brusque changement d’état d’âme, d’abord aux municipales, ensuite aux européennes et pourquoi pas aux prochaines présidentielles…

 

S’il est vrai que les idéaux mènent aux intégrismes, ce n’est pas une obligation et certains d’entre eux ne le sont jamais devenus et ne le deviendront certainement pas. Mais, la passion, qui anime souvent les idéaux, leur donne à la fois l’énergie et le développement qui en découle. Nous avons besoin de cette passion pour, à la fois, débrider notre créativité et notre imagination, mais aussi alimenter sans cesse une volonté affirmée de mettre en œuvre l’idéal ou les idéaux en question. Comme je le disais hier, l’anormalité est source de joie car la création est de la joie à l’état pur, de la satisfaction réelle et profonde de laquelle nait ensuite le bonheur. Force est de constater que de passion il n’y a plus nulle part, ni en politique, encore moins en économie, qui doit être la science la plus pénible du monde en ces temps de crise permanente, et certainement perpétuelle, si nous ne nous décidons pas à trouver d’autres méthodes, novatrices et fraiches, au lieu de nos sempiternelles resucées de Keynes et de Friedmann, Adam Smith est définitivement mort tout comme Marx, passons enfin à autre chose. En revanche, la passion est présente chez tous nos amis « alternatifs », celle-là même qui les fait rechercher toutes les méthodes pour vraiment prendre soin de ce qui reste de notre planète et nous freiner dans la voie sans issue dans laquelle nous nous précipitons chaque jour un peu plus vite. Ils sont à l’affut de tout ce qui peut être fait, ils imaginent des solutions alors que d’autres se désespèrent dans l’utilisation de conclusions surannées. Je sais que vous ne lisez pas ou peu de journaux et vous avez parfaitement raison de ne pas le faire. Mais, mais certains hebdomadaires ou mensuels, sans publicité, survivent grâce à leurs lecteurs en leur donnant de vraies informations  et de nombreuses sources de réflexion. Essayer de lire « La décroissance » par exemple ou d’autres comme à la rigueur « Le Canard Enchainé », je n’ai aucune action chez l’un ou l’autre, vous n’êtes pas obligés de partager leurs opinions, je vous conseille cela pour juste vous amener à entendre autre chose, à lire d’autres avis, à sortir de la torpeur dans laquelle nos médias essaient de nous faire vivre constamment. Il est à noter d’ailleurs que le second, le Canard Enchainé, reste, malgré les apparences, un adepte des vielles recettes, sa vue politique s’étant arrêtée à la dichotomie habituelle droite gauche aussi stérile que dépassée de notre vie politicienne. Mais au moins, jettent-ils des pavés dans la mare nauséabonde de notre environnement social et politique, que dis-je mare, plutôt marigot voire même marais putride.

 

Cela oxygène l’esprit de changer de référentiel de temps à autre, cela nous rafraîchit les méninges et nous autorise à penser par nous-mêmes au lieu de déléguer cette faculté à des gens qui abusent de notre confiance.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com