Log In

Editôt ou éditard (57)

L’Egypte, pays que j’aime profondément et où j’ai de nombreux amis et relations, commence un parcours à la fois plein d’espoir et dangereux. Cet itinéraire a débuté le 25 janvier 2011, date de la première manifestation qui entraîna le départ des Moubarak et, peu après des élections étranges, l’arrivée du seul parti d’opposition structuré, les frères musulmans. Ce n’est pas un hasard si ce sont les intégristes qui ont succédé au dictateur déchu. Les intégrismes peuvent se suivre sans se ressembler…

 

freres-musulmans.jpg

 

Depuis sa création officielle, ce parti qui défend la renaissance de l’Islam. En 1928, mais déjà bien avant, un courant religieux panislamique est né pour ensuite se répandre dans beaucoup de pays musulmans tout d’abord et ensuite à majorité chrétienne. C’est comme cela que, peu à peu, durant le XXème siècle, l’Islam se développa en Afrique et en Asie après, bien entendu, les Proche et le Moyen Orients. Bien souvent interdits, ces partis religieux n’en étaient pas pour autant inefficaces, et, contrairement aux chrétiens qui ne pensaient qu’à travailler et faire des affaires, les musulmans actifs agissaient dans leur communauté proche pour développer leur aura. C’est comme cela que bon nombre de « madrassa », d’écoles islamiques, de dispensaires, d’aides sociales et financières virent le jour dans des bourgades oubliées des autorités, bien heureuses de ne pas avoir à s’en occuper. Bon nombre des adhérents à la cause d’Hassan El Banna, créateur de ce mouvement, ont appris à lire dans le Coran et ne connaissent que cette lecture. Leurs mères ayant accouché avec l’aide des médecins du parti, ils furent aussi soignés, tout comme leurs familles, par ces mêmes médecins, gratuitement, et reçurent des subsides pour survivre de la part de ces généreux mais pas désintéressés donateurs. Ces soutiens aux indigents, parfois même chrétiens dont beaucoup se convertirent, faisaient de ce parti islamique le bienfaiteur local en qui tout le monde trouvait écoute, aide et espoir. Cela étant, nous savons maintenant avec certitude qu’il ne s’agissait pas ni ne s’agit toujours de générosité vraiment gratuite. Lorsque les jeunes se mirent à manifester en janvier 2011, ils n’avaient pas projeté de réussir aussi bien. Je ne crois pas au hasard et vous connaissez ma théorie là-dessus, mais… Cela étant dit Moubarak quitta le pouvoir et lors des premières élections, les influences du parti des frères donnèrent enfin leur retour sur investissement. Cela fut dû dans un premier temps par une démobilisation des forces vives du pays, et, seuls les pauvres participèrent massivement à ces élections, qui devaient mettre à la tête du pays des gens qui les avaient toujours comblés et qui devraient nécessairement continuer. Ces pauvres hères, dont tout le monde se moquait, avaient pris le pas sur leurs dirigeants politiques et économiques, la connexion étant toujours colorée de corruption bien évidemment. Comment croyez-vous que ces « pauvres égyptiens », dont le pays ne fonctionne qu’au ralenti et ne peut assurer leur survie, vont comprendre la destitution de leur président, celui qui se préoccupait d’eux, au moins sur le papier ? Quelles vont être leurs réactions alors qu’ils ne font plus qu’un repas par jour et surtout à base de pain, seul produit dont les prix subventionnés n’ont pas grimpé à la vitesse de la lumière ces 2 dernières années ?

 

J’ai vu sur Itélé un de mes très Chers Amis, Naguib Abadir. Interviewé par un journaliste aussi stupide que tous ceux qui travaillent pour des groupes qui ne visent que la vente des publicités, qui les enrichissent et qui limitent leurs programmes au polissage des chaussures de leurs annonceurs, il répondit sincèrement et clairement à ses questions. Réponses qui ne pénétrèrent pas dans la cervelle embrumée de l’homme de presse mais qui éclairèrent certainement les téléspectateurs. Malheureusement, je ne crois pas que la révolte du 25 janvier 2011 ait été une révolution, comme je ne le crois pas non plus pour celle-ci, avec à la clé le départ du Morsi beaucoup. Les révolutions visent un changement de régime or de changement il n’y eut point et cette fois encore il n’aura pas lieu. D’un dictateur militaire qui voulait établir une dynastie, nous étions passés à une dictature religieuse, pour enfin revenir à une dictature militaire après un putsch qui prit des allures de défense du peuple, alors que celui-ci est le dernier souci de tous ces beaux religieux et militaires en question. Derrière tout ce cirque, le personnage qui se dessine en filigrane est notre grand Obama, grand manipulateur devant tous les éternels possibles. Toujours en train de recevoir les militaires avant les actions d’éclat ignominieuses que ces porteurs de casques sont capables de faire, toujours en train d’envoyer des conseillers qui ne conseillent justement qu’en faveur des intérêts américains, notre gris Obama est toujours présent. L’endettement de son pays à des niveaux abyssaux ne l’empêche pas de continuer à imprimer des billets de Monopoly qu’il distribue avec largesse aux corrompus qui suivent ses décisions et ses directives. Encore une fois, c’est le peuple qui va payer et très cher. Ceux qui, parmi les musulmans, membres de la confrérie ou sympathisants, jugent l’envoi en touche de leur président inacceptable, vont le faire savoir comme ils ont déjà commencé à le faire. Ceux qui ne mangent plus à leur faim vont grossir leurs rangs déjà bien garnis. Et c’est de cette confrontation avec ceux qui ne veulent pas d’une théocratie que va naître un désordre sanglant où tous mes frères égyptiens, de toutes les religions, vont se donner la mort et se faire souffrir. Déjà de nombreuses victimes devant les regards impassibles de ces porteurs d’uniformes et sous les yeux effarouchés d’un occident qui ne comprend rien.

 

Combien de temps faudra-t-il à la gente humaine pour comprendre que sa survie ne dépend que d’elle-même et pas des religieux ni des militaires, en toute acceptation de nos différences et dans l’oubli total et définitif des soucis politiques de nos dirigeants, qui ne visent que leurs intérêts propres et en oublient leur mission ? Une éternité !

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com