Log In

Editôt ou éditard (62), la mimolette en 2025

Culbuto 1er a commencé à réfléchir sur ce que pouvait être la France en 2025, alors qu’il n’a pas encore compris que pour cela il faut avoir, tout d’abord un cerveau, deuxièmement des convictions, et troisièmement du courage, avec cela on peut essayer d’avoir sa vision de l’avenir. Bien entendu, si les politiciens avaient ce genre d’ingrédients ils ne seraient pas politiciens. Culbuto commence à penser plus d’un an après sa prise de fonction. Est-ce que quelqu’un pourrait lui dire que ce n’est pas pendant mais avant de commencer son travail qu’il faut y réfléchir et le préparer ?

 

2025.jpg

 

Je reproche en permanence à nos dirigeants de ne pas avoir de vision de l’avenir. Ici encore, nous voyons avec quels laxisme et « jemenfoutisme » nos élus essaient de nous surprendre par leurs idées géniales et dépassant l’entendement de petits incultes comme nous. Réfléchir à ce que sera la France en 2025 entre le 2 et le 19 août 2013, vaste programme pour une période de réflexion plutôt courte, et cela s’entend, bien évidemment après avoir commencé à mettre en place des projets qui ne seront pas inclus dans cette réflexion puisque antérieurs d’au moins un an. En résumé, cela signifie que ce bouffon, lorsqu’il nous a fait le coup de l’anaphore « moi président », en réponse à la question de sa complice du moment Laurence Ferrari : « quel président comptez-vous être », ne savait pas ce qu’il allait faire. La preuve, beaucoup de choses prévues justement dans son anaphore ont été faites alors qu’elles ne le devaient pas et d’autres n’ont pas été réalisées alors qu’elles auraient dû l’être. En fait, ce président fantoche, cette baudruche qui nous tient lieu de patron d’un des cinq pays membres permanents du conseil de sécurité, ce joufflu qui maigrit en fonction de l’objectif électoral et qui a le doigt posé sur notre bombinette atomique, ce triple traître à sa cause socialiste, ne savait pas ce qu’il allait faire, n’avait même pas de vision de ce que la France devrait être, dans le respect des convictions qu’il aurait dû avoir et qu’il n’a jamais eu. La seule chose que ce menteur avait et a toujours, c’est de l’ambition. Après l’ambitieux de droite, poupée désarticulée juste bonne à faire du vent, nous devons subir l’ambitieux de gauche, culbuto toujours debout grâce à sa rondeur renaissante. Mais quel pays sommes-nous donc, pour avoir de tels va-nu-pieds pour nous diriger, nous inspirer, nous guider vers un futur, non pas meilleur mais moins pire ? Mais quels êtres sommes-nous donc pour tolérer d’être représentés par de pareilles sources d’avilissement ? Comment n’avons-nous pas honte de tels margoulins, bonimenteurs, tous justes bons à nous vendre des produits périmés grâce à leurs barons facétieux et prévaricateurs ?

 

S’il est vrai que nos sinistres et notre Culbuto nationaux se sont mis à réfléchir, Français, attendez-vous au pire du pire. Les impôts vont bien sûr augmenter, les libertés diminuer, mais là ne sont pas les surprises, même eux ne les connaissent pas, ils vont les découvrir en même temps que nous. Cela s’appelle de la post-préparation. Le mot « préparation » contient à son début ce qu’on appelle un préfixe, « pré » qui veut dire avant. Eh bien, figurez-vous que ces gens, intelligents et brillants comme des sous neufs qu’ils viennent de nous voler, ont inventé le « pré-préfixe ». Cette invention en linguistique pure, nous apporte en premier lieu une meilleure compréhension de leur mode de fonctionnement. Ils ne sont pas des hommes politiques banaux, non pas du tout, ce sont des créateurs, des novateurs, des expérimentateurs, en un mot comme en mille ce sont de véritables savants, de Marseille cela va sans dire. La « post-préparation » est une vue de l’avenir, certes, mais après qu’il soit survenu. Si vous voulez, ils nous préparent à ce qu’ils ont déjà fait. Il fallait y penser, même Sarkozy ne nous l’avait pas faite celle-là. Je vois que vous êtes troublés, je reprends. La préparation représente le temps consacré, avant une tâche, et qui vise à l’organiser de la meilleure façon pour atteindre le but qu’elle se promet d’atteindre. La « post-préparation » se fait pour comprendre pourquoi la tâche que nous devions accomplir s’est transformée en un fiasco complet lorsque nous la réalisâmes.

 

Entre les UMPistes qui veulent régler le compte de leur ancien chef par l’entremise d’un bilan, forcément négatif, des PSistes qui veulent réinventer l’eau tiède pour nous faire croire qu’ils ont des cerveaux, la France est le pays champion du monde de la bêtise, la vraie, celle qui est plus vile que la plus sale des crasses dont on ne peut se débarrasser autrement qu’en s’amputant de la partie salie. Nous avons les dirigeants que nous méritons, aussi bêtes sommes-nous, aussi bêtes sont-ils. Ils feraient mieux de continuer à penser, comme ils le font tous et toujours, d’une élection à l’autre, cela leur suffit, il faut être intelligent pour penser et préparer ce que nous souhaitons voir se réaliser dans des termes aussi longs que des années. Pensez comme les poissons, vite et bien, avec quelques secondes ou minutes d’avance, cela vous suffira bien, n’allez pas encombrer vos esprits énarquiens de calculs que vous ne connaissez pas, seuls ceux des avantages que vous tirez de vos positions sont les comptes que vous savez établir, alors, ne changez rien, continuez de nous piller, de dévaster notre pays, de ruiner l’avenir de nos enfants, c’est là que vous êtes les meilleurs.

 

Jusqu’à quand ? Cette question s’adresse à nous, qui supportons le fardeau insupportable que ce ramassis de « profiteurs » représente pour nos frêles épaules…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com