Log In

Editôt ou éditard (76)

Quelques aigris garnissent les bancs de nos assemblées et trouvent que notre Culbuto 1er, roi des Francs, devrait s’en aller, devrait démissionner et disparaître du paysage médiatico-politique. C’est surtout parce qu’ils aimeraient lui ravir sa place, son joli domicile à titre précaire dont il a la jouissance depuis le mois de mai 2012. La politique, en fait, ne se résume qu’à des luttes fratricides entre barons des partis en présence et en mesure de prendre le pouvoir. Ces combats seraient bien futiles si ce n’était notre position éternelle de dindons de cette farce ignoble…

 

soldats-francais-en-patrouille-a-bangui-le-10-decembre-2013.jpg

 

Riche de l’expérience du Mali, notre Pépère national, notre Flamby généreux en caramel, pensait que la Centrafrique pourrait à son tour redorer le blason bien terne de sa présidence. Mal lui en prit, on ne trompe pas son peuple aussi facilement et surtout en utilisant les mêmes méthodes surannées, éculées, déjà utilisées par maints de ses prédécesseurs. Avez-vous vu tous ces Français hurler leur désaccord à l’envoi de militaires sur un terrain qui n’était pas autre chose qu’un dangereux marécage de défense d’intérêts industriels où ils ne devraient pas intervenir ? Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent, chantait Jean Ferrat dans sa chanson « Nuit et brouillard », pareil pour nos concitoyens qui se précipitaient sur les ministères, à l’Élysée, devant nos assemblées où dorment et s’engraissent nos représentants, nous sommes passés près de la révolution de 2013…

          Stop ! me crie un de mes lecteurs aussi fidèle qu’incrédule. Que dis-tu scribouillard d’opérette ?

          Ben, je dis ce que j’espérais, je dis ce que j’aurais aimé voir… dis-je troublé d’avoir rêvé à écriture haute…

Et voilà comment un joli rêve se termine en eau de boudin voire en cauchemar affirmé. Non, personne ne s’est plaint, personne ne s’est opposé à rien, tout s’est bien passé pour Culbuto qui a pu montrer son autorité et sa puissance à de pauvres hères, qu’il pousse toujours plus dans la misère en défendant les intérêts de ceux qui le gavent de bienfaits, ses amis de la finance et des multinationales franchouillat. Lisez l’article sur les vraies raisons de notre présence en Centrafrique, comme dans les nombreux pays francophones d’Afrique, vous y trouverez d’autres arguments que ceux que je vous propose sans cesse pour étayer le discrédit que je dispense à toutes nos autorités élues comme administratives. Ils nous mentent en permanence, ils trichent, ils volent, et surtout, ils nous trahissent. Que la Chine prenne une place toujours plus grande dans les pays du quart et du tiers monde, cela est vrai. Ils investissent partout pour défendre leurs approvisionnements en matières premières, tout comme nous l’avons fait à vile prix durant les trois derniers siècles en spoliant sans frais aucun les pays que nous avions colonisés. Au moins les Chinois donnent-ils quelque argent à nos fournisseurs d’esclaves et de produits peu chers, au moins leur rendent-ils un tant soit peu service. C’est étrange cette propension à ne pas supporter toutes les exactions que nous avons commises vis-à-vis des autres dès que ces autres nous les renvoient en pleine figure.

 

Je discutais ce weekend avec des amis qui me disaient que les musulmans seront bientôt si nombreux que notre culture disparaîtra au profit de la leur. Les adeptes du politiquement correct auraient taxé de racisme les propos de cette personne mais pas moi. Chacun a le droit de penser ce qu’il veut et je ne suis pas certain que mon opinion soit la bonne, donc j’évite de donner des leçons. Que cela soit raciste ou pas n’est pas le problème. Le seul souci que je vois apparaître est que nous avons détruit des civilisations qui avaient des talents et des niveaux parfois supérieurs aux nôtres et nous l’avons fait sans aucun scrupule ni aucune gêne. Mais… Mais dès qu’il s’agit de notre civilisation, de notre culture, tout est sacré, personne ne doit y toucher, il est intolérable que certains veuillent nous en déposséder. Nous avons décimé les Mayas, les Incas, les tribus d’Amérique du Sud comme du Nord, nous avons massacré des peuples africains jusqu’à les réduire en esclavage, nous avons pillé les rives de la Méditerranée au point que tous les musées du monde sont garnis des antiquités aussi bien grecques qu’égyptiennes ou autres, nous avons ruiné des pays, nous les avons spolié de leurs ressources, nous les avons asservis à notre théorie économique bâtie sur la destruction de notre planète au profit d’oligarques imbéciles… Et nous ne voulons pas qu’on nous fasse la même chose ? Peu me chaut que mes amis soient un peu racistes dans leurs propos si je les aime pour leurs qualités humaines qui rendent ce travers beaucoup moins nuisible du fait de leur réelle bonté profonde ; ce n’est que la peur qui les rend racistes, ce n’est pas leur nature. En revanche, il faut être prêt à nous battre pour ne pas subir le sort que nous avons réservé aux peuples qui nous ont fait confiance et que nous avons souvent grugé. Mais nous battre suppose que nous pouvons gagner comme perdre ce combat, serions-nous de mauvais perdants si nous devions supporter ce que nous fîmes supporter à des multitudes ?

 

Là est la question, nous sommes toujours prêts à prendre, quand serons-nous prêts à donner ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com