Log In

Editôt ou éditard (81)…

Dans notre société mené par le lucre et qui valorise tout et chacun, si vous voulez avoir une quelconque chance de parvenir à communiquer vos idées ou réalisations c’est via le portefeuille que vous pouvez y arriver. Le boycott entamé contre Israël pour son occupation des territoires palestiniens porte ses fruits, lentement mais sûrement. Plusieurs sociétés néerlandaises ont arrêté d’investir dans toute compagnie ayant des intérêts dans les territoires occupés illégalement par Israël. L’ONG anglaise Oxfam a supprimé le poste d’ambassadrice à l’actrice Scarlett Johansson, pour avoir réalisé un contrat publicitaire avec la société SodaStream située aussi dans ces mêmes territoires. Voir l’article d’un autre de mes blogueurs préférés…

 

boycott-liste-courses-faujour.jpg

 

Il est toujours agréable de constater que nos idées ne sont pas toujours aussi nulles que les mauvaises langues nous le prétendent. Quand je dis que c’est le portefeuille qui sert de cœur à notre société matérialiste et consumériste ce n’est qu’un doux euphémisme, la vérité est encore bien pire. Seul l’argent motive les grandes sociétés, les multinationales et bien plus encore car même des hommes sont capables de tuer pour quelques centaines ou quelques milliers d’euros en fonction du pays. Tout a un prix, la trahison, la vie, tout, mais… pas pour tout le monde. Or, si l’argent est la raison de vivre de ces entreprises et de ces faquins, il est aussi, pour ceux qui luttent contre ces prédateurs sans émotions ni sentiments, une arme puissante contre ces mêmes entreprises et faquins. Chaque action que nous faisons contient le germe de la destruction de l’action réalisée. C’est par essence et par justice immanente qu’il en est ainsi. C’est logique me direz-vous, si nous savons comment commettre un acte quel qu’il soit, il suffit de faire l’inverse pour qu’il soit défait. Même si ce n’est pas aussi simple, dans les lignes générales, il en est ainsi. Je vous donne un exemple, la société outrancière que nous avons créée a en elle le germe de sa décadence voire de son anéantissement, le monde croule sous les ordures, la pollution, la misère, ne croyez-vous pas que ce sont les germes de la fin, de la perdition de notre société qui se croit plus forte que la nature, plus grande que l’Homme lui-même. Seule une mauvaise foi évidente saurait en douter. Puisque l’argent est tout ce qui importe pour cet agrégat nauséabond de prévaricateurs, de voleurs, de spoliateurs de la planète et de ses habitants, utilisons-le contre eux.

 

Je suis un non-violent, même si parfois je m’emporte en constatant que la misère du monde ne cesse d’augmenter proportionnellement à l’enrichissement d’une oligarchie malfaisante, et c’est pour cela que je prône une révolution sans affusion de sang, sans heurts, sans agression physique. Comme je le dis souvent, il suffit de décider de ne plus acheter que ce dont nous ne pouvons nous passer pour que tout s’écroule. Imaginer que, Apple, Samsung, Danone, Bouygues, tous ces grands groupes, ne vendent plus rien pendant une semaine, encore mieux un mois, plus parfaitement encore pendant 3 mois. Ils tomberont comme une mouche dans un pot de miel pour être poli. Notre complicité dans le monde où l’on vit sans jamais être heureux est justement de continuer de croire qu’en consommant nous résoudront tous nos problèmes. Cela fait des décennies que cela dure et le bonheur n’est toujours pas pour demain. La nouvelle société que nous aurions en abattant les géants et les moins grands de ces bêtes tentaculaires qui possèdent la terre qui appartient à tous ses habitants, serait bâtie non pas sur la recherche d’un profit toujours plus grand mais sur une répartition des tâches qui donnerait travail et dignité à tous sans limite géographique ni préférence de couleur, de religion ou autre stupide argument divisant les Hommes. Si Apple, Samsung, Danone, Bouygues et tous les autres meurent ce n’est pas grave, nous ne perdrons que du papier en échange de notre liberté, d’une qualité de vie autrement intéressante et motivante que celle qui fait que nous devions faire ce que nous n’aimons pas pour gagner l’argent nécessaire à acheter des objets qui ne nous satisferont pas non plus, ou si peu de temps. Une utopie est une action qui ne s’est pas encore matérialisée. Il suffirait de si peu, juste de la solidarité, juste de l’espoir allié à de la volonté. Avant le 14 juillet 1789 le renversement de la monarchie n’était qu’un rêve, qu’une utopie, elle-aussi… Et pourtant…

 

Il faut seulement que les personnes concernées, c’est-à-dire l’immense majorité des êtres humains prennent conscience que l’avenir ne peut être que la robotisation des Hommes devenant des consommateurs sans cervelle suite à des lobotomisations successives si nous suivons l’itinéraire qui nous est tracé. Or nous ne sommes pas encore complètement dépendants de l’ordre mondial qui est en train de s’établir, il nous est impératif de résister. Je comprends que vous ayez peur du chômage, de ne pas pouvoir nourrir vos enfants et vous-mêmes, je le comprends, j’ai aussi des enfants et des petits-enfants et je ne souhaite que leur bonheur. Mais, d’autres, bien avant nous, ont su sacrifié leurs vies pour l’avenir, celui de leurs enfants à eux, ils ont lutté pour que nous ayons la liberté que certains malfaisants essayaient de nous prendre et nous devons faire de même pour résister et sauvegarder la nôtre et celle de notre progéniture. Eux devaient parfois lutter les armes à la main, nous nous n’avons qu’à fermer nos portefeuilles et acheter peu mais bien et à qui nous voulons, juste assez pour satisfaire nos besoins vitaux et retrouver le bonheur de passer un repas à table, non pas à se gaver de produits empoisonnés les yeux rivés sur l’écran lobotomiseur, mais à échanger, à parler avec tous les convives, à partager la satisfaction d’être ensemble.

 

Si ça marche pour freiner les désirs d’expansion d’un état qui devrait être au ban de notre monde dit civilisé, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas avec des compagnies qui, somme toute, sont tout de même moins velléitaires bien que dangereuses et puissantes. Essayons une semaine et vous verrez les larmes de crocodile que ces gangsters pleureront à seaux. Encore faut-il essayer, avoir un peu de ce courage qui s’atténue tous les jours un peu plus sous le poids de l’emprise consumériste qui tombe sur nos frêles épaules. Pour ma part, je le fais quotidiennement et je le ferai sans cesse, mes besoins sont limités et j’entends bien ne pas consommer pour le plaisir d’avoir mais consommer pour être, seulement être. Pour cela il n’est pas utile d’avoir, être est un bien inaliénable de chaque être humain à condition qu’il en prenne conscience.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com