Log In

Editôt ou éditard (82), l’Helvète manchot dit vert…

Dimanche passé les Suisses ont donné une fois de plus une leçon de démocratie à l’Europe et en particulier à la France, pays qui inventa les Droits de l’Homme. Même si le résultat n’est pas le reflet de ce que j’aurais pu souhaité, le peuple s’est exprimé, bien lui en a prit et que sa volonté soit faite. C’est un florilège de conneries qu’ont débité les élus, les ministres, les politichiens de la communauté européenne, on est habitué, ça de plus ne changera pas nos opinions de ces technocrates corrompus dont bon nombre ne sont même pas élus.

 

votation-suisse-7.jpg

 

Malgré les mises en garde préalables de José Manuel Barroso, le président de la Commission, et de Viviane Reding, la commissaire à la justice et aux droits fondamentaux, qui s’apparentent plus à un chantage odieux qu’à une quelconque représentation fallacieuse de la pseudo démocratie européenne, les électeurs suisses n’en ont fait qu’à leurs têtes. Ils ont montré que les citoyens ont encore leur mot à dire sur la personne qu’ils désignent pour les réduire en esclavage. Ils ont fait ce que bon nombre de nous, petits Français forts en gueule mais faibles en actes, devrions faire. Envoyer au diable les partis qui se partagent le pouvoir depuis trop longtemps, pour profiter de nous au lieu de se démener pour sortir le pays de la crise où ils l’ont mis, est ce que nous devrions effectivement réaliser, mais, pas forcément avec des partis nationalistes ou révolutionnaires car ce n’est pas de cela dont rêvent les Français, enfin je ne le crois pas, dans tous les cas, je ne l’espère pas. Voilà messieurs et dames qui protégez l’Europe contre ses peuples en les maintenant dans vos serres de vautours mal embouchés. Faites attention, ce qui est arrivé en Suisse peut arriver en Europe et cela ne manquera certainement pas d’aboutir au même résultat si vous vous entêtez à vous moquer de ceux qui vous nourrissent. Les fonctionnaires et technocrates européens ont peur, c’est la raison de leur vindicte à l’encontre de nos voisins suisses.

 

Cela étant dit, je connais bien la Suisse pour y avoir vécu quelques années et c’est bien un des pays le plus xénophobe que je connaisse. Les seuls Suisses qui ont l’esprit ouvert sont ceux qui se sont expatriés et qui ont vu que le monde ne s’arrête pas aux profits de Nestlé ou de Ciba Geigy. Pas tous, bien entendu, il y a des Suisses, comme des Français, expatriés, qui ne peuvent oublier les théories sur la fierté d’être blanc, chrétien, riche en oubliant la chance qu’ils ont d’être nés ici plutôt qu’ailleurs. Cela étant, chacun fait ce qu’il veut tant qu’il n’oblige pas les autres à faire de même. Qu’ils soient racistes ou pas n’est pas mon propos et qui suis-je pour juger ? Ils ne veulent plus qu’on les inonde de nos passeports européens, surtout les Allemands, les Français et les Italiens qui sont les plus nombreux à profiter du chocolat et de la fondue suisses. Mais leur façon de se protéger, une fois encore, ne mérite que notre attention et certes pas nos jugements, comme l’ont fait un certain nombre de ministres européens croyant bon de menacer et de punir la Suisse pour ses élans démocratiques appliqués. Les plus vindicatifs de tous se sont montrés sous leurs vrais visages. Les ministres belge et luxembourgeois n’y sont pas allés avec le dos de la cuiller. Le Luxembourgeois, ministre des affaires étrangères, Jean Asselborn, faisant honte à tous les Européens a même été jusqu’à dire : Et le peuple suisse doit respecter les valeurs de l’UE.Quelle présomption, quelle arrogance, mais pour qui se prend-il ce misérable ? Le ministre belge des affaires étrangères, Didier Reynders, lui s’en prend à nos dialogues sur les étrangers qui fleurissent partout en Europe et accuse les Suisses d’avoir été inspirés par ces discours nationalistes. Ce qu’il oublie, ce traître à son pays, c’est que les Suisses n’ont besoin de personne et qu’au contraire ce sont leurs fascistes qui inspirent bon nombre de nos dirigeants de droite et d’extrême droite. Le ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré dans une interview à la télévision publique allemande ARD : « La Suisse ne le prendra pas mal si je dis que nous regrettons cette décision. (…)Cela montre un peu, naturellement, que dans ce monde de la globalisation les gens ressentent un malaise grandissant vis- à-vis de la liberté complète d’installation (…) Je crois que nous devons tous prendre cela au sérieux. » A défaut d’être démocrate, il fait au moins preuve d’intelligence, son appel à la réflexion me semble tout à fait d’actualité.

 

Bien sûr aucun élu, aucun ministre, n’ont pensé isolément ou en groupe que cela pouvait signifier aussi un rejet pur et simple de leurs comportements stupides et incohérents au regard de leur mission principale voire ultime, servir leurs peuples dans ses intérêts uniquement. Comme d’habitude, tous les accords qui nous lient à la Suisse sont commerciaux, et la punition, outils du chantage de notre Europe maudite est bien entendu de ne plus commercer avec la Suisse. D’ailleurs, comme nous l’avons fait en France pour l’entrée dans la communauté européenne, l’administration européenne entend bien passé outre les décisions populaires des Suisses, la communauté a fait paraître un communiqué dimanche soir, laconique mais clair, « la CE examinera dès lors « les implications de cette initiative sur l’ensemble des relations » entre les Vingt-Huit et Berne. « Dans ce contexte la position du Conseil fédéral sera aussi prise en compte. » Le Conseil Fédéral suisse étant opposé au résultat de dimanche passé, la communauté des voyous européens entend bien s’appuyer sur le Conseil Fédéral voyou de la Suisse pour envoyer paître tous les votants récalcitrants. Leçon de démocratie à l’européenne…

 

Alors, comme vous le constatez une fois de plus, ce ne sont pas l’analyse des vraies raisons d’un vote qui sont mises en avant mais bien les intérêts d’une caste de privilégiés qui vit à nos dépens… Alors, que faisons-nous ? … On se résigne comme d’habitude ou on arrose nos entrejambes pour que quelque chose commence à pousser en vue du printemps ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

4 Commentaires

  1. djefbernier Répondre

    50.3 % ont donc déplu, avec un participation qualifiée de particulièrement élevée à 56% de votants ; y’a de quoi tergiverser sur l’aiguillage que veut faire prendre la vox populi, bien sûr, nous
    aussi allons voter en masse 

    1. Point de Vue Incorrect Répondre

      Ceci est l’exemple de la limite démocratique lorsque celle-ci est prise en otage par des partis qui ne souhaitent pas qu’elle s’applique dans toute sa rigueur.

  2. Djefbernier Répondre

    A ce titre ta galerie de citations illustre bien que ça ne date pas d’hier, mais que ça devient de plus en plus vrai à mesure que la contestation silencieuse de l’abstention enfle. Nos chers
    politiciens la transforment en blanc seing et voilà que bientôt ils vont savoir qu’ils se sont fourvoyés, je crois. Enfin pour l’abstention dépassant 80% faudra attendre l’aprèsMarine.
    Heureusement qu’il y a internet sinon j’en parlerais pas

    1. Point de Vue Incorrect Répondre

      Tout espoir n’est pasperdu, gardons la tête froide et ne cessons jamais de réfléchir autrement que nos clowns nous demandent de le faire.

      Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com