Log In

En voilà un beau vendredi…

Joyeux vendredi, ce gentil petit mot doux vient de la part de l’INSEE… Désireux de nous donner une bonne raison de profiter du weekend, qui ne manquera pas de commencer ce soir sauf en cas de destruction de la planète, cet organisme constate finalement que ça ne va pas aller aussi bien que ça dans un proche avenir.

 

236547_le-siege-de-l-insee-a-paris.jpgIls sont comiques ces joyeux drilles. Un recul du PIB de 0.2 % pour le trimestre en cours et un autre recul, mais nettement meilleur, de 0.1 % pour le premier trimestre 2012. C’est tout. C’est déjà pas si mal, moi, ces vues de l’avenir m’enchantent parce que mes prévisions vont bien au-delà de ces balivernes. Evidemment, moi, qui suis-je ? Rien, tout au plus un numéro de sécurité sociale, mais au moins je ne coûte rien à mes compatriotes, c’est vrai aussi que je ne leur rapporte rien non plus, mais à la limite, c’est juste. Je ne bénéficie de rien et je ne participe en rien, je ne profite donc pas de cet état providence qui enchante les fainéants et agace les laborieux qui, eux, ne profitent pas de grand chose mais fournissent tous les autres en soins attentifs financés par leur travail. En fait je suis libre et en vrai libéral j’encourage mes concitoyens à faire de même. Ne demandez rien, débrouillez-vous tout seul comme des grands car ce que vous donnez ne vous sera jamais rendu. Solidarité ? qu’est-ce que cela peut bien signifier ? La vraie solidarité n’existe pas lorsqu’elle est mise entre les mains de fonctionnaires prédateurs et goulument égoïstes. La solidarité n’existe qu’entre les Hommes, dès qu’une administration y met son nez, c’est pour s’autoalimenter sur le dos des administrés.

Je crois depuis longtemps que la civilisation meurt à la naissance de l’administration.

C’est mon point de vue et je le partage.

 

Pour en revenir à notre sombre futur, voulez-vous connaître la suite des prévisions de nos amis de l’INSEE, la bonne nouvelle surtout ? La voilà, nous serons donc victime d’une récession en France. La bonne nouvelle est qu’elle sera très petite, légère comme une brise de printemps ou le souffle d’un âne enroué. Elle s’achèvera comme par enchantement au printemps prochain, vous comprenez le rapport avec la brise maintenant ? Alors, c’est juste une récession d’hiver ? Mais oui, mon bon, juste un hiver et la consommation par une relance bienvenue nous fera connaître un été radieux… Moi, je ne savais même pas que les récessions pouvaient être saisonnières, pardonnez mon inculture et mon instruction limitée ô maîtres de l’INSEE… Et je vous parle même pas de notre triple A qui va voler en éclat dans les instants qui viennent… Donc…

 

Que le président nous mente et se moque de nous, on a l’habitude.

Que le premier sinistre et ses acolytes du gouvernement nous mentent et se moquent de nous, on a encore l’habitude.

Que les hauts fonctionnaires, les moyens fonctionnaires et les bas fonctionnaires nous mentent et se moquent de nous, on a toujours l’habitude.

Mais que tous ensembles ils nous disent en pleine face, sans même prendre d’égard, que nous sommes des imbéciles, là c’est le bout du bout.

 

Il parait que nous allons avoir une récession, lisez mon article du mois d’octobre 2008, en plein scandale des subprimes qu’on nous disait être la cause de tous nos maux et vous comprendrez que leurs prévisions ou des sottises ne sont que du pareil au même. Seuls les crédules et les ignorants pourraient les croire et vous savez quoi ? Ils pensent, tous autant les uns que les autres, que nous sommes des crédules et des ignorants et même peut-être des imbéciles. Mais ce n’est pas vrai, nous ne le sommes pas, il est vrai que nos oreilles s’ouvrent plus facilement aux bonnes nouvelles, même si nous savons qu’elles sont fausses car cela nous donne l’envie de persister à vivre dans l’enfer que nos gouvernants nous cogitent. Nous entendons ce qu’il nous plait d’entendre pour assurer notre survie, pour garder le peu de moral que cette société d’insatisfaction permanente nous laisse, pour ne pas sombrer dans un fatalisme stérile. Mais beaucoup parmi nous sont déjà résignés et ne souhaitent plus se battre mais juste profiter encore un peu de ce reliquat de société de consommation qu’il nous reste à grignoter. La consommation à outrance est bel et bien terminée, ceux qui ne le voient pas encore feraient bien d’ouvrir leurs yeux sur ce fait, rien ne pourra plus être comme avant, les changements qui s’opèrent sans qu’on y prenne garde sont profonds et nos faquins, à la tête de nos états, ralentissent autant qu’ils le peuvent notre compréhension des faits dont nous ne prenons conscience que contraints et forcés.

 

Nous allons non pas vers une « légère récession » mais vers une grosse dépression, il n’y aura pas de croissance au printemps prochain qui nous permettra de dire adieu à une crise qui n’aura fait que passer. La crise s’est installée en 2007 et durera encore et au moins dix à douze ans. Et même après, le monde à venir n’aura plus rien à voir avec les abus que nous avons encore l’habitude de pratiquer quotidiennement si nous avons le courage d’accepter nos erreurs et de changer nos comportements. Je sais, ce n’est pas gagné, mais qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ? Si au contraire, nous nous entêtons à continuer comme nous le faisons, je ne vois pas d’autre solution que la pire…

 

Ce qui devrait nous inquiéter ce sont les propos de plus en plus présents de nos gouvernants Maurice_Leroy_5c_Aurelien_Charron.jpgqui aimeraient voir poindre à l’horizon 2012, à la faveur d’une victoire du nain jaune, « un gouvernement d’union nationale ». Le bébé dont ces clowns ont accouché est trop lourd pour eux, ils veulent partager ce fardeau et ne pas endosser seuls ces nouvelles responsabilités. Maurice Leroy, sinistre de la ville dans le gouvernement actuel le disait encore ce matin. Or, ce toutou à son maîmaître ne dirait pas ce genre de chose sans en avoir reçu les instructions. Ce n’est plus de l’ouverture, c’est de l’union qui plus est nationale… Ils ont peur et là est le drame, quand les voyous ont peur, ils font n’importe quoi…

 

Il est vrai qu’on imagine difficilement 7 milliards d’individus changer du tout au tout en quelques mois, tout au plus de maigres années. Il le faudra pourtant…

Parce que nous le valons bien…

 

Haroun.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com