Log In

Femmes, femmes, femmes…

Décidément il n’y a que les femmes pour avoir des organes génitaux masculins en ce bas monde. De plus elles sont charmantes et même plutôt belles. Alors quel plaisir d’être Australien ou Argentin, quand on regarde la télé, on voit des canons au lieu de voir un excité, qui doit être atteint de la maladie de Parkinson tellement il secoue sa carcasse de tremblements et mouvements inutiles et inélégants.

 

cristina_kirchner.jpg

Cristina Kirchner, Présidente de la République d’Argentine

 

Julia Gillard et Cristina Kirchner, respectivement Premier Ministre australien et Présidente de la République d’Argentine, sont mes femmes favorites, après la mienne bien entendu, sinon il vaut mieux que je ne rentre pas à la maison. C’est Aragon qui disait que la femme était l’avenir de l’Homme, malgré chez lui quelques soucis personnels sur ce point, il est juste de dire ce compliment à nos sœurs humaines. Pourquoi j’apprécie ces deux dames est simple, elles ont du courage, elles sont tenaces et défendent leurs peuples. N’est-ce pas le minimum qu’on puisse escompter de la part de gens qui demandent le devant de la scène dans ce but unique et ultime qui est de défendre leurs citoyens ? C’est le moins que nos édiles puissent faire, nous protéger et nous aider à connaître, si ce n’est le bonheur, dans tous les cas, le moins de malheurs possibles.

Je vous avais déjà parlé de Julia il y a quelques temps déjà, aujourd’hui c’est le tour de la belle Cristina. Elle s’est faite remarquer ces derniers jours par son désir, confirmé par le parlement de son pays, de nationaliser un groupe pétrolier argentin qui est détenu par une société espagnole. Ooooh ! La pas gentille, elle fait qu’à mettre les Espagnols en colère, surtout les riches groupes pétroliers. Le gouvernement espagnol sort ses armes tactiques et va alerter l’Organisation Mondiale du Commerce. Délateur va ! On envoie les riches entrepreneurs à l’OMC et la police aux indignés, deux poids deux mesures… Je rigole, ne vous fâchez pas…

 

Je vous explique, une société très importante espagnole, YPF, va se faire exproprier de sa filiale Repsol établie en Argentine et qui exploite des gisements pétroliers pour le compte de sa société mère et alimente de ce fait le marché espagnol en produits pétroliers.

Pourquoi cette brave dame veut-elle récupérer Repsol ? Bonne question… En fait, comme toutes les multinationales du monde le font, elles prélèvent des matières premières à bon compte dans les pays en voie de sous-développement (je trouve ça plus vrai), elles envoient ces matières premières chez elles où elles les font traiter pour enfin pouvoir les vendre.

 

Je vous refais un dessin pour être plus explicite…

1. Je pompe du pétrole que je paie une misère à un pays sous-développé.

2. Je le transporte chez moi par l’entremise de bateaux qui battent pavillon libérien ou autre paradis fiscal, ça coûte moins cher. Mais de temps en temps ils coulent, voir Erika…

3. J’assure ma cargaison chez un assureur bidon d’un même paradis fiscal, ça coûte aussi moins cher. En cas d’accident, peu de chance d’avoir une indemnité réelle, juste un pourboire.

4. Je livre mon pétrole à mes raffineries entièrement automatisée pour ne pas s’embêter avec des problèmes de personnel.

5. Et enfin je vends mon essence au prix fort, aux chômeurs de mon pays qui travaillaient précédemment dans mes raffineries non automatisées.

 

Cristina, nous sommes intimes, elle, a décidé de pomper son pétrole elle-même, de le traiter elle-même, de le vendre au prix fort elle-même à l’export et au bon prix chez elle. Qu’y a-t-il à redire à cela, elle veut l’intérêt de ses citoyens au lieu de protéger les profits des actionnaires et des cadres dirigeants des multinationales. Bravo Madame, vous avez toute mon estime. Alors, évidemment, l’Union Européenne se fâche, l’Espagne vitupère, les USA grognent, l’OMC sévit, mais on s’en moque, qu’ils aillent au diable. Si les abus des capitalistes n’avaient pas été aussi outranciers au XIXème siècle, le marxisme n’aurait jamais existé. Les abus dans un sens entrainent toujours les abus en sens inverse.

julia-gillard.jpg

Julia Gillard, Premier Ministre Australien

 

Non, je ne suis pas de gauche, je ne suis pas un révolutionnaire bolchévique, mais je suis pour la justice. Cette recherche inextinguible du profit à tout crin nous ennuie depuis trop longtemps. Ne peut-on pas imaginer un monde où nous respectons nos partenaires et où nous permettons à chacun de gagner en fonction de ses véritables mérites et de son vrai travail, sans exploiter, compresser, écraser les gens qui fonctionnent avec nous pour augmenter le nombre de morceaux de papier dans nos poches ?

 

Voilà comment fonctionne le monde, comment pouvez-vous le supporter, comment pouvez-vous ne rien dire, comment pouvez-vous ne rien faire ? Ces deux femmes font et c’est tant mieux pour leurs populations et pour elles. Que tous les Dieux vous gardent, Mesdames, de toute façon ils n’ont que ça à faire et vous n’êtes que deux…

 

Bravo Mesdames ! Femmes, je vous aime quand vous êtes aussi courageuses que nous sommes pleutres !

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com