Log In

Femmes, je vous aime…

Hier soir, un reportage sur les femmes méditerranéennes nous a été proposé par une de nos chaines nationales, celles qui sont financées soi-disant par nos taxes mais qui vivent encore mieux avec de la publicité. Cette émission était relativement intéressante bien que restant dans le domaine du « plaire à tous » et du « politiquement correct ». Le sujet valait mieux que le traitement offert mais c’était déjà pas si mal.

 

femmes.jpg

 

Effectivement, en recherchant de façon systématique des personnalités, qui parlent majoritairement le Français et qui correspondent au standard de classe sociale qui nous convient le mieux, les témoignages, bien que très poignants parfois et toujours plein de spontanéité, étaient tous fabriqués selon les mêmes schémas, dommage. Le vrai peuple, une fois de plus, a été soigneusement évité. On ne questionne que des intellectuels ou des experts, ça pose, ça fait sérieux, mais, malheureusement ce n’est qu’une toute petite partie de l’iceberg que forme une société dans son entier. Cette société qui est majoritairement faite de gens communs, avec une instruction plus que moyenne dans les pays en voie de développement et avec une culture limitée et nous avons donc peu de chance de trouver un Egyptien ou une Egyptienne qui parle le Français dans ce peuple-là par exemple. Il est vrai que cela est plus facile de trouver un francophone en Tunisie, au Maroc ou en Algérie qu’en Egypte, en Israël, en Libye, en Grèce, j’en passe bien entendu. Mais ce qui est intéressant est la vérité globale, celle de la majorité des gens comme celle de la minorité, toutes sont importantes et l’impasse faite sur la majorité est choquante et limitative sans compter que la qualité du travail n’est pas là, elle est aux abonnés absents car une vérité partielle peut en cacher d’autres dont l’intérêt et la richesse ne seront jamais ou rarement partagés voire même évoqués. C’est comme cela que nous sommes manipulés, en nous faisant prendre des vessies pour des phares d’Alexandrie, en nous trompant sur la profondeur des informations tronquées et parfois même truquées que nos médias diffusent en boucle.

 

Cela étant, comme je le disais ci-dessus, le sujet était et demeure très intéressant, le rôle des femmes dans les printemps arabes et méditerranéens dans leur ensemble. Vous savez déjà que je ne crois absolument pas au hasard et que, pour moi, mais j’ai le droit de me tromper, ces révoltes, qui ne sont dans la plupart des cas tout sauf des révolutions, ne sont pas dues à une volonté délibérée ni à un sursaut de dignité de la part de ceux qui descendirent les premiers dans la rue. Je vous répète que ce n’est pas un hasard et que cela correspond à un plan qui va faire éclore un Islam qui se radicalisera, comme le Christianisme l’a déjà fait avec ses millions de morts, par amour et par charité, au Moyen Age. Ce n’est pas la théorie du complot mais si vous réfléchissez un peu, comment expliquez-vous la présence de l’état-major égyptien aux USA quelques jours à peine avant l’abandon du pouvoir par Moubarak, on peut en dire autant de la Tunisie, pour la Libye c’est encore plus évident, non ou je rêve ? Et l’Irak, et le Yémen ? J’irai même jusqu’à dire que Al Qaeda est une filiale de la CIA. Revenons à ces femmes, tous les Dieux savent qu’elles ont été des moteurs non négligeables de ces manifestations qui prirent par moment des tours dramatiques. Je le disais souvent lorsque je vivais en Egypte, je ne voulais parmi mes employés que des femmes ou presque. Pourquoi ? C’est simple, les femmes sont courageuses, tenaces voire pugnaces, quand elles veulent quelque chose elles ne s’arrêtent qu’après avoir lutté comme des héros de la Grèce antique. C’est vrai de toutes les femmes mais celles des pays pauvres sont encore plus efficaces et elles ont diablement plus de raisons que nos femmes aux bouches pleines et maquillées de se battre pour élever leurs enfants, les instruire, leur donner un avenir pendant que leurs maris, bien souvent, se moquent de cette intendance qu’ils méprisent. Combien d’hommes égyptiens mettaient leurs épouses au travail pendant qu’eux se gobergeaient avec leurs amis aux terrasses des cafés à regarder les fesses des femmes qui passaient et éventuellement à leur manquer de respect. La femme égyptienne est l’équivalent de dix hommes égyptiens, sans elles l’Egypte n’existerait plus depuis longtemps. Elles se font battre à la maison mais elles assurent la survie de la famille, je les admire et je les aime pour ce courage sans borne et ce respect de la vie et de celles qu’elles ont données à leurs enfants.

 

C’est vrai de l’immense majorité des femmes des pays pauvres, des pays qui nous servent de réservoir de main d’œuvre bon marché et de matières premières que nous gaspillons allègrement. Il y a tant à dire sur ces femmes que des milliers de bibles n’y suffiraient pas, elles sont belles et riches de leurs qualités humaines et ce reportage, qui a le mérite d’exister, est passé à côté du vrai rôle des femmes pour l’avenir du monde qui est aussi sombre que les crétins qui l’ont fait et qui sont des hommes, tout comme moi, et c’est tellement dommageable pour tous, quelle tristesse.

 

Si nous avions peint un Dieu avec un physique de femme, avec voile ou sans, dès le début, au lieu de ces barbus aux airs de sagesse mais qui ne sont que stupides, aux regards vides et complètement absents, peut-être en aurait-il été autrement, allez savoir…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com