Log In

Fillon, Sarko, Culbuto, Montebourg… Même combat !

Fillon renvoie la balle, Culbuto 1er se renie et en oublie sa pseudo-normalité, Copé fulmine, Sarkozy exulte, Montebourg frime, que de mouvements inutiles qui nous font croire que les choses changent, alors qu’elles ne font que perdurer, à nos frais et sur nos dos voûtés de tant de fardeaux à porter. Que de bruits dans le microcosme politique, que de superfétatoires discours et démonstrations de force ou plutôt de faiblesse. Nous ne sommes gouvernés que par des pirates, des bandits de grand chemin sans scrupule et sans honte…

 

Presidents-de-la-republique-francaise.jpg

 

Je suis en colère, croyez-vous ? Pas plus que tous les autres jours de ma vie, je suis éternellement abasourdi par l’incommensurable imbécilité de nos gouvernants, de leur médiocrité et de leur petitesse d’esprit. A la vérité, mon perfectionnisme est certainement excessif, mais ne doit-on pas attendre de ceux qui demandent à nous représenter qu’ils le fassent, au lieu de se mettre eux-mêmes en représentation permanente pour nous vendre je ne sais quelles balivernes qui pérenniseront leur ascendant sur nos pauvres personnes ? Il faudrait certes que je me calme, mais quand je vois le nain oser se présenter en guide, en messie d’une situation qu’il a générée avec sa bande d’escrocs comme lui, ses copains de la finance internationale qui le paient aujourd’hui pour donner des conférences sur un sujet qu’il domine parfaitement, « comment enrichir les riches en appauvrissant les pauvres », j’explose, je déflagre, je tonne, je saute, en conclusion, je souffre. Il est vrai que je ne suis pas de gauche, mais je ne suis pas de droite non plus et encore moins du centre, je suis du dessus. Beaucoup de choses me plaisent et me conviennent dans les idéaux libertaires de la droite, tout comme beaucoup de choses me plaisent et me conviennent dans les idéaux égalitaires et fraternels de la gauche, mais comment peut-on refuser de comprendre que nul ne détient la vérité. Que cette vérité soit non seulement relative à chacun d’entre nous mais, qu’en sus, elle ne puisse entraîner une quelconque certitude, cela est patent, nous n’avons et n’aurons jamais l’absolue certitude d’avoir raison dans nos idées, nos comportements et nos attitudes. C’est d’ailleurs heureux car comment apprendre, comment progresser, comment évoluer dans la reconnaissance de notre putative perfection. Seuls ceux qui doutent peuvent apprendre, progresser, évoluer. Ceux qui savent tout ne peuvent plus rien apprendre, ni progresser, ni évoluer, si ce n’est dans l’autosatisfaction dont la réalité et le mérite sont fort peu probables.

 

Donc Culbuto 1er oublie sa normalité du début de mandat pour des mondanités de corrompu révélé. Non seulement il s’est fait l’ami de ses ennemis mais il en prend les habitudes et les manières d’agir. Si j’étais à sa place, peut-être ferais-je pire, mangerais-je du caviar à la louche, boirais-je du champagne dans la chaussure de ma maîtresse, me régalerais-je de tout ce que le peuple qui m’aurait élu ne pourrait jamais s’offrir ? Peut-être, nous ne le saurons jamais. En revanche ce que je sais c’est que de socialiste, Hollande est devenu capitaliste en fréquentant les riches et les puissants, en vivant sur notre compte dans les ors de la république bananière qu’il participe à conserver. Que la place doit être bonne pour que Fillon en devienne courageux et se rebiffe contre son ancien maître, pour que le maître en question veuille la reprendre, que Montebourg en rêve au point d’en devenir énurétique nocturne, oh oui, cette place est bonne et c’est là que le bât blesse. Cette position, on ne peut plus honorifique, procède plus de la distribution de prébendes et d’avantages plutôt que de devoir et d’obligation de résultats. Notre république en surprotégeant les acteurs qui la font vivre leur a retiré toute responsabilité. Or celle-ci est totale, d’autant plus que ces gens l’ont voulue, l’ont demandée à corps et à cris, durant des campagnes électorales où ils n’avaient de cesse de nous montrer leurs beaux projets sociétaux et leurs rêves les plus fous de gloire et de réussite pour leur pays et leur peuple réunis. C’est de cela que nous mourrons, nous perdons pieds à ne plus vouloir assumer nos responsabilités, eux en termes d’élus et nous en termes de citoyenneté. La place ne doit pas être bonne à prendre, elle doit induire la crainte de l’échec et la sauvegarde des êtres qui font la société dont on a la charge. Elle doit être la plus haute et difficile responsabilité à prendre et doit procurer que de l’humilité. Ces beaux messieurs et ces délicieuses dames qui s’habillent et se parent aux frais des contribuables, n’en ont cure, ils profitent. Petit aparté… D’ailleurs, à ce titre, Culbuto grossit, de pachyderme il vint à pachyderme il retournera… Petit aparté terminé.

 

La république n’en est plus une lorsqu’elle est détenue en otage par ceux qui sont censés la gérer dans l’exercice de mandats, qui leur ont été confiés temporairement par leurs concitoyens sous réserve de leur prise totale de responsabilité. Si celle-ci n’est pas assumée par leurs bénéficiaires, leurs mandats doivent prendre fin sur l’heure et des sanctions doivent être prises à leur encontre.

 

Si cela était, nous aurions certainement moins de candidats mais peut-être plus crédibles…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

  1. LOUANCHI Répondre

    HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE  :

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
    Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
    village. A l’époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l’Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
    hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l’ isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
    seul aujourd’hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
    le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net – Audio -France-Algérie : Le combat de
    ma vie (2012-03-26 17:55:13) – Ecoutez: Hocine Louanchi
    joint au téléphone…émotions et voile de censure levé ! Les Accords d’Evian n’effacent pas le passé, mais l’avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
    Interview du 26 mars 2012
    sur radio-alpes.net

    1. Point de Vue Incorrect Répondre

      L’ingratitude est souvent le fait des pays qui ont une haute opinion d’eux-mêmes et qui regardent les contrées moins favorisées d’un regard condescendant. Ils oublient souvent que dans les pays
      qu’ils ont spoliés de leurs matières premières et où ils trouvèrent une main d’oeuvre bon marché lorsqu’ils en avaient besoin, il reste des gens qui ont cru dans le message positif qu’ils
      faisaient mine de porter durant leur colonisation. Ces gens qui optèrent pour un respect de cet état, certes colon, mais qui promettait tant, ont maintes fois été trahi ici par la France mais
      c’est aussi vrai de tous les autres états colonisateurs.

      Les harkis ne méritaient pas cela et les ingrats qui nous gouvernent sont responsables des bévues que leurs prédécesseurs réalisèrent.

      Bon courage pour la lutte pour le rétablissement de tous vos droits et mérites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com