Log In

Hollande veut entrer dans l’histoire…

Culbuto 1er aurait demandé secrètement, ou au moins discrètement, de réfléchir, à quelques uns de ses conseillers qui croyaient, chacun, être le seul à être ainsi missionné, à l’intérêt de faire un référendum. Dans sa tête de Machiavel en herbe, Hollande se moque des raisons qui seraient invoquées par cette consultation, seule une ovation debout l’intéresse. A la façon de dictateurs bien connus, il rêve d’emporter l’adhésion de tous ou d’au moins d’une immense majorité. Ce n’est plus un référendum mais un plébiscite qui l’attire…

 

5-republique.png

 

Il s’agit de faire passer un certain nombre de nouveautés dans la Constitution, ô combien nécessiteuse dans ce domaine, qui lui donneraient un nouveau souffle, un nouvel élan. Mis à part le fait qu’à force de faire de bonnes soupes dans un vieux pot, il finit néanmoins par s’user et se briser, ce n’est pas d’une rénovation dont notre constitution a besoin mais bien d’être remplacée totalement pour la rendre encore et toujours plus démocratique. Dans sa forme actuelle, qui date de 1958 pour la majeure partie de son contenu, elle s’apparente, selon moi, à une démocratie à tendance monarchique se rapprochant dangereusement d’un régime présidentiel qui se refuse à l’avouer.

Les thèmes proposés, par le roi des clowns et clown lui-même, sont simples et peu nombreux, ce qui favorisera une réflexion rapide qui pourrait déboucher sur une votation suffisamment rapprochée pour permettre de faire oublier la chute dans les sondages de Culbuto et son orchestre. En commençant par le cumul des mandats, le retrait de la possibilité donnée aux anciens présidents de notre république bananière d’être membres de droit du Conseil Constitutionnel, le statut pénal du président, la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature, les sujets ne manquent pas mais ne suscitent pas non plus l’enthousiasme des foules.

 

Si je puis me permettre, je vais essayer d’aider les collaborateurs de notre chef de l’état. Tout d’abord la réflexion devra se porter sur la question « faut-il faire un référendum », puis si la réponse est positive, pour quelle raison ou si il y en a plusieurs lesquelles, ensuite devons-nous faire une demande simple, à réponse unique, ou complexe, à réponses multiples, enfin, quand faudra-t-il consulter les citoyens français ? Beaucoup de questions qui vont trouver des échos différents chez tous les politiciens qui vivent à nos crochets.

 

Faut-il un référendum ?

Hollande veut entrer dans l’histoire et remplacer Mitterrand pour le chœur socialiste qui en chante encore les louanges. C’est une fixation chez lui de dépasser celui qui est son modèle, son idole, j’aurai même dit sa muse telle est l’inspiration que tonton génère chez Culbuto. Or son prédécesseur socialiste à la présidence a déjà fait beaucoup, après le grand soir décidé après son accession au trône et les nationalisations révolutionnaires engagées dans la foulée, c’est ce même sans culotte qui permit de faire s’envoler la bourse de Paris et de faire gagner plus d’argent que jamais à tous les riches et les spéculateurs, dont il fut lui-même un des ténors. Mitterrand nous fit passer de la révolte bolchevique à la social-démocratie en 2 à 3 petites années, entre 1981 et 1983. Hollande ne pourra en faire autant, d’abord parce qu’il ne sait pas ce qu’est la gauche ni la révolution, ensuite parce qu’ils est convaincu que seule la conduite qu’il a choisie est l’unique et la bonne. Pour entrer dans l’histoire, seul un large plébiscite gagnant pourra le garantir.

Donc la réponse est oui, il faut absolument faire un référendum.

 

Pour quelle raison ou pour quelles raisons ?

Une rénovation constitutionnelle serait du plus bel effet dans son curriculum vitae, surtout si elle touche à des domaines aussi importants que le cumul des mandats, la magistrature ou d’autres idées à trouver d’ici là. Dans la mesure où, effectivement, notre Constitution, après avoir autorisé la création d’une France forte mais bipolaire, n’est plus l’outil démocratique qui défend le mieux la France et surtout les Français, il serait bon de la changer ou de la bouleverser par des améliorations de grande ampleur. Le fond est là, nous avons trouvé ce qui sera la justification de cette consultation nationale, maintenant faut-il encore en déterminer la dimension. Comme il s’agit de gagner et d’écraser à la fois les opposants mais aussi les mauvaises opinions des électeurs, il faut à tout prix que la ou les questions forcent l’unanimité ou au moins rassemblent toutes les forces mécontentes qui se mobilisent lors de ce type d’élection. On peut imaginer que beaucoup des socialistes votent encore pour leur traître élu, mais à ceux-là il faut ajouter tout ceux qui seront contents de punir une classe politique qui le spolie et les néglige. Donc pour avoir cette belle et glorieuse victoire, les questions ne peuvent être que politiquement convulsives et génériques afin d’attirer les foules de gauche, d’extrême gauche, du centre ou des centres ainsi que de la droite et de l’extrême droite. Si les questions sont du même acabit que le cumul des mandats, je ne doute pas que le résultat sera violemment majoritaire. Et je peux vous assurer qu’elles le seront sinon il n’y aura pas de référendum. Malheureusement ce type de questions ne portent que très rarement sur des engagements fondamentaux car ce sont justement ceux-ci qui font ressortir nos différences et animent l’argumentation de leurs partisans. Un référendum sur le mariage pour tous ou l’euthanasie ne peuvent être envisagés sans prendre le risque d’une très petite majorité qui ferait entrer Culbuto non pas dans l’histoire mais dans le mur. Il y aura une ou des questions mais seulement de nature à garder un consensus certain entre toutes les personnes consultées.

Elles toucheront à l’organisation et à l’administration de l’état.

 

Questions et réponses simples ou complexes ?

Seule une question unique à laquelle la réponse est soit oui soit non, apportera le résultat escompté à son géniteur. Mais si toutes les questions posées sont du même ordre, il est peut-être possible que le résultat soit identique. Reste ensuite à convaincre les Français de ne pas aller à la pêche et d’aller voter.

 

Quand faudra-t-il organiser cette consultation ?

Je viens de l’expliquer ci-dessus, la raison officielle sera de rajeunir la Constitution. Par ailleurs, les sondages sont au plus bas pour l’équipe au pouvoir en ce moment. Enfin, l’année 2013 va aller de mal en pis. En fonction de cela, et, en espérant pour Culbuto qu’il arrive, non pas à inverser la courbe du chômage mais simplement à la ralentir, on peut aisément présager que l’opinion générale n’évoluera pas positivement pour notre gai luron de l’Élysée durant ces douze mois de torture. Si un espoir naît pour un début de sursaut en 2014, ce que je ne crois pas, la meilleure période pour nous consulter serait le second semestre et peut-être même au début du dernier trimestre 2013.

 

Un conseil d’un inculte à nos éminences grises proches et dans les organes du pouvoir, ne vous plantez pas dans les questions parce qu’il risquerait d’en sortir en culotte courte notre rondouillard qui a maigri mais qui reprend du poids…

 

Pour ma part, comme j’ai essayé de le faire déjà dans ce blog, une réfection de la Constitution n’est pas de mise, il faut en écrire une nouvelle et ne pas laisser ce travail uniquement aux fonctionnaires et aux politiciens, nous devons y participer. Nous travaillons actuellement, quelques uns de mes étudiants et moi, à une Constitution complètement neuve et vierge de toute participation politique ou administrative, elle sera en ligne à la rentrée prochaine. Toutes vos idées seront les bienvenues.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com