Log In

Honte à Copé et à ceux de son espèce…

Copé, vous savez le vautour qui, assis sur sa branche, guette l’arrivée de cadavres frais à déguster, s’énerve, il clame les abus du gouvernement de Culbuto 1er sur tous les toits. Il est le grand défenseur de la démocratie française, lui l’ami de Takkieddine, le manipulateur des sous de la campagne de son mentor d’antan, le petit Sarkozy. Il est toutefois intéressant de s’attarder sur la faiblesse de la mémoire de ces voyous qui nous gouvernaient et ceux qui nous gouvernent encore…

 

Honte-620.jpg

 

Il y a à peine quelques jours, le Copé faisait la une des journaux dans son jeu, quelque peu malodorant, dans la gestion des fonds de la campagne des présidentielles de 2012. Que ses amis de Bygmalion se soient enrichis au dépens de ses propres électeurs, qu’il a rançonné ensuite dans un sarkothon ridicule mais ô combien instructif sur la bêtise des électeurs de droite. Comment peut-on croire un seul instant que tous ces sous qui passent entre ses mains et celles de ses amis ne lui laissent pas quelques jolis restes dans un quelconque paradis fiscal, qui n’ont toujours pas disparus, malgré la guerre qui leur a été déclarée par le Sarkozy, président de passage à l’Elysée durant cinq trop longues années. N’ont-ils vraiment honte de rien pour s’afficher ainsi après avoir été mis en première page des journaux pour de sombres histoires de vulgaires sous volés au peuple dont ils ont la charge ? Cette absence de pudeur, je n’ose parler de sens de l’honneur, rien que le mot leur fait horreur, d’ailleurs ils doivent les confondre, des mots si proches et si éloignés à la fois, cette absence de pudeur disais-je me parait montrer à quel point Alzheimer a frappé nos hommes politiques, cette maladie a dû se concentrer sur le personnel politique pour que chacun de nos représentants oublie à la vitesse de la lumière toutes les exactions qu’il a commises aussi rapidement. Cette maladie frappe la mémoire récente, la mémoire vive de nos pantins de droite et de gauche, ils se souviennent de De Gaulle et le cite tous souvent, mais ils ont oublié leurs frasques de la veille, quelle ignominie que celle de les laisser souffrir ainsi, ne devrions-nous pas les piquer ? Y a-t-il un vétérinaire dans la salle ? Je souhaiterai que ces gens ne parlent plus de la France, à chaque fois qu’ils en parlent c’est pour lui faire honte.

 

J’ai oublié de parler d’un anniversaire le 11 mars dernier. J’ose espérer que les victimes comme les survivants ne m’en voudront pas trop. Cela fait maintenant trois ans que Fukushima devenait le théâtre d’une catastrophe comme nous allons en connaître d’autres dans les prochaines années et des pires. Le Monde, journal appartenant à des capitalo-socio-démocrato-libéraux de gauche que l’on connait, fait un article intéressant sur ces villages qui sont morts de la stupidité humaine, sauf que Le Monde ne le dit pas comme ça. Les journalistes du Monde sont lobotomisés par leurs maîtres et n’aboient que lorsque ceux-ci le leur demandent. Ils oublient, certainement aussi par l’entremise d’Alzheimer, que c’est l’absurdité du personnel et des élus, jusqu’au plus haut niveau, qui a rendu possible une telle situation dont je ne trouve pas les mots pour dire l’horreur qu’elle a été et qu’elle est toujours pour des centaines de milliers de Japonais qui souffrent dans l’oubli général. Le Monde ne dit pas que c’est par la volonté des gouvernants japonais, alliés aux magnats du lobby nucléaire international, que tout ceci s’est matérialisé en un champ de ruines de milliers d’hectares parsemés de milliers de victimes innocentes qui ne faisaient que vivre paisiblement en bons consommateurs lobotomisés. Mais ce n’est pas parce qu’ils étaient lobotomisés qu’ils n’en méritent pas pour autant le respect, ils étaient des frères humains avant tout et notre absence de réaction, à l’époque comme aujourd’hui, montre bien que la leçon n’a pas porté, que nous n’avons pas encore saisi, que nous sommes une fois de plus passés à côté du vrai problème, tellement nous sommes focalisés sur des choses sans intérêt et sans aucune importance. Les gouvernants japonais ont l’esprit du sacrifice, et, pour effacer la honte de leur échec cuisant dans la gestion de cette crise monumentale, sont prêts à sacrifier les survivants de ces régions irradiées en les autorisant à retourner vivre dans un territoire qui ne leur laissera aucune chance de survie sans de graves troubles qui finiront par les occire. Je ne ferai pas d’humour noir et je ne souhaiterai pas un « joyeux » anniversaire à tous ces gens pour qui je pleure, je leur souhaite un anniversaire de luttes pour défendre leurs vies contre les mécréants qui les ont faits souffrir et qui veulent maintenant se débarrasser d’eux sans en afficher la décision.

 

Comme on le voit, la honte n’est pas un phénomène français, il est en revanche un phénomène qui touche surtout les hommes politiques, me semble-t-il, non ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com