Log In

Jospin… Ce n’est pas gagné !

Au lendemain de la remise du rapport du vieux centurion Jospin, nous savons tous que rien ne va profondément changer dans l’éthique de nos gouvernants et que, par voie de conséquence, nous aurons toujours une bande malfrats pour gouverner l’entièreté, peu s’en faut, des états de cette planète. Bonjour tristesse aurait dit Sagan, je le dis pour elle pour des raisons différentes mais toujours justes.

 

mediator-jacques-servier-conteste-lampleur-L-d41Yxt.jpeg

 

Tous les domaines sont touchés, le poison est réparti dans tout le corps politique et la fonction publique, à des degrés divers, certes, mais qui vole un œuf vole un bœuf, n’est-ce pas ? De quoi suis-je en train de vous parler, de tous les conflits d’intérêts, des corruptions latentes si ce n’est révélées, de tous les embrouillamini organisés ou adoptés ou supportés par nos édiles et hauts fonctionnaires. Vous allez me dire encore une fois que je suis agressif, méchant, négatif, enfin disons désagréable. Peut-être mais premièrement c’est mon droit, deuxièmement c’est dans notre intérêt général, troisièmement c’est pour demander une fois de plus à ceux qui nous dirigent de nous respecter, d’arrêter de nous raconter n’importe quoi, de nous faire prendre des vessies pour le phare d’Alexandrie.

Prenons un exemple ; la santé… Avec l’aide de l’Institut de Protection de la Santé Naturelle.
– Sur 40 présidents, vice-présidents et autres dirigeant de commissions de l’AFSSAPS, l’Agence française des Médicaments, 31 ont des contrats personnels de « consultance » avec l’industrie, pour des montants allant de 5 000 à 600 000 euros !!

– Sur 30 membres de la commission d’autorisation des médicaments (AMM) de l’AFSSAPS, 26 ont des contrats personnels avec l’industrie ;

– Tous les membres des commissions de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida) sont sous de multiples contrats avec les firmes qui produisent les médicaments qu’ils doivent évaluer.
Il y a donc des conflits d’intérêts, des histoires d’argent, peut-être même de la corruption, à tous les étages de notre principale instance de santé.

Eric Abadie, président de la commission de vigilance de l’Agence européenne du médicament de 2007 à 2011, a été directeur des affaires médicales du syndicat des industries pharmaceutiques, avant d’occuper également des postes à l’Afssaps. En aucun cas il ne peut être considéré comme un expert indépendant, qui n’évalue les médicaments que selon sa conscience.
Son prédécesseur, Jean-Michel Alexandre, qui a présidé la commission de vigilance de l’EMA de 1995 à 2000 et qui travaillait également à l’Agence française des médicaments (AFSSAPS), est devenu consultant pour l’industrie pharmaceutique, notamment pour les laboratoires Servier, et il pourrait avoir joué un rôle décisif dans l’autorisation du Médiator, avec la catastrophe sanitaire que l’on connaît.
Thomas Lönngren, directeur exécutif de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) de 2001 à 2010, a monté, parallèlement, son propre cabinet de conseil à l’industrie pharmaceutique. Et ça marche fort : neuf entreprises pharmaceutiques sur dix passeraient par ce cabinet, « Pharma Executive Consulting Ltd », pour obtenir l’approbation réglementaire pour leurs produits !

Ce sont ces experts qui ont autorisé le Médiator (1300 morts), le Vioxx (35 000 morts au niveau mondial), l’antidiabétique Actos qui peut provoquer hépatites et cancers de la vessie, les pilules contraceptives de 3e et 4e générations qui sont aussi efficaces que les pilules de 2e génération mais qui provoquent trois à quatre fois plus de phlébites et d’embolies pulmonaires, les antitabacs Champix et Zyban qui sont en réalité des antidépresseurs avec les mêmes risques d’hallucinations et de suicide, et tant d’autres médicaments toxiques.

Tous ces médicaments sont avalés par des milliers de personnes qui ne se doutent de rien, parce qu’elles font confiance aux autorités !!

La Cour des comptes a annoncé dans un rapport publié le 13 septembre 2012 que le déficit de la Sécurité sociale est de 14,7 milliards d’euros dont 6,8 milliards d’euros pour la seule branche maladie. Et cela est largement dû à notre folle surconsommation de médicaments.

Beaucoup de personnes ne réalisent pas que, si la Sécurité Sociale fait faillite, notre système de santé s’effondrera. Les malades des hôpitaux seront renvoyés chez eux. Les personnes qui ont besoin de soins seront abandonnées à elles-mêmes.

Mais l’hécatombe a en fait déjà commencé, sous nos yeux :
– selon les études scientifiques, 200 000 Européens sont tués chaque année par les effets secondaires des médicaments, dont le coût est évalué à 79 milliards d’euros.

– rien qu’en France, 144 000 patients sont hospitalisés chaque année en raison des médicaments prescrits, selon l’AFSSAPS.
Tout cela parce qu’on n’aura pas eu le courage de prendre à temps des mesures contre la corruption dans le système de santé.
 Une pétition est en cours ici.

Second exemple ; le nouvel Ayraultport de Nantes…
Même si cela est légal, ne trouvez-vous pas étrange qu’un préfet qui lança, en son temps, l’appel d’offre pour cet aéroport, aussi inutile qu’un bouton d’acné au milieu du visage, se retrouve salarié du groupe qui en a été désigné constructeur. Il s’agit de Bernard Hagelsteen qui œuvre maintenant sous les ordres de Vinci, grand gagnant de cette compétition dont l’organisation pourrait certainement se comparer à une partie de dés pipés. Sur cette triste affaire qui salit notre premier ministre, il est impensable d’accepter que pour des raisons de rayonnement personnel, les excuses du développement et de la création d’emplois soient mises en avant dans un projet qui va ruiner encore un peu plus notre nation. Le présent qui rapporte prend toujours le pas sur le futur respectueux de son environnement et des populations.
J’ai participé à des appels d’offre, dont j’ai été le gagnant ou le perdant, mise à part une vente de boîte de trombones au service comptable d’une administration quelconque, je peux dire que tous étaient entachés de tricherie, à des niveaux divers mais… Depuis la divulgation d’informations à certains et pas à d’autres, jusqu’à l’élimination pure et simple de ceux qui ne défendaient pas les intérêts personnels des intervenants décideurs.

Je veux bien être gentil et positif mais c’est de nos vies qu’on parle, ce sont nos sacrifices qu’on demande, pourquoi devrais-je supporter de telles exactions ? Et vous, vous êtes-vous posé la question ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com