Log In

Kate et Bourdouleix, les vedettes du jour…

Beaucoup de grandes nouvelles ce jour sur nos antennes et dans nos cœurs. Kate a finalement mis bas d’un mâle, ne vous offusquez point, amoureux de la monarchie, mettre bas se dit de tout animal ou mammifère, or Kate est un mammifère ou je n’y connais rien. Un sieur Bourdouleix, député-maire de Cholet et membre de l’UDI, réceptacle des copains voyous de Borloo, va être embêté sous prétexte d’avoir fait l’apologie de crime contre l’humanité ce qui lui donne une importance qu’il n’aurait jamais pu avoir sans cela. Ce petit intermède d’été permet à la presse de nous montrer son meilleur jour… Je plaisante bien sûr…

 

kate.jpg

 

S’il y a une nouvelle dont on se fout royalement, c’est d’ailleurs le cas de le dire, c’est bien de la naissance du rejeton de la famille couronnée du Royaume Uni. Pas que je sois anti-Anglais ou anti-monarchie, pas du tout, mais que voulez-vous que cela fasse aux plus de cinq millions de chômeurs, peut-être une belle jambe et je n’en suis pas certain ? Mais là, nos médias ont trouvé quelque chose à dire pour nous faire oublier le principal, les efforts que nous devons faire pour aider Culbuto 1er à inverser la courbe du… quoi déjà ? Il y a tellement de courbes qui doivent être inversées qu’on ne sait pas par laquelle commencer. Je ne connais pas le nom de ce bambin mais je m’en moque aussi. Sous prétexte de rendre la vie des Français plus douce, il est recommandé aux médias corrompus et aux ordres des pouvoirs successifs de mettre les bouchées doubles au sujet de cette naissance princière. C’est fou comme les gens peuvent se focaliser sur une information sans importance. Pour les Anglais, au contraire, c’est vital. Ils ont prévu de faire des millions de livres sterling avec cette nouvelle opportunité de faire du business. Ces anglophones ont l’argent à la place du sang dans leur réseau sanguin mais avec gain. Quelle société avons-nous fait, que la naissance d’un prince s’évalue comme à la bourse du bétail ou à la mise aux enchères d’un vulgaire produit antique ou pas. Quelle éthique développons-nous là ? L’être humain devient une vulgaire marchandise, nous pouvons par ailleurs acheter des organes, et, bientôt, la nanotechnologie permettra aux riches de vivre plusieurs siècles, en remplaçant, quand c’est nécessaire, telle ou telle partie de leurs corps fatigués et usés de tant de plaisir. Je ne participe pas de cette aventure, je ne crois pas qu’il faille vivre longtemps si la vie ne se résume qu’à devenir un animal consommateur qui ne réfléchit pas, qui ne pense pas, qui a perdu sa liberté intrinsèque, celle d’être différent des milliards d’autres individus et d’être accepté comme tel. Vivre longtemps est du quantitatif, vivre bien est du qualitatif, je préfère 10 ans de lion à 1000 ans de couillon. C’est mon choix et je le partage, à vous de l’accepter tout en choisissant la solution qui vous agrée le plus.

 

gilles-bourdouleix.jpg

 

En France, à Cholet plus exactement, un élu a gentiment utilisé une allusion douteuse pour rappeler qu’Hitler avait mal fait son boulot en ne massacrant pas assez de gens du voyage. Cela, non plus, ne fait pas partie des informations vraiment intéressantes et constructives que pourraient nous communiquer nos journalistes corrompus. Je vous en parle pour une autre raison, dont peu de médias vous parleront, mais qui revêt à mes yeux beaucoup plus de sens que l’incongruité lâchée par un imbécile qui se croit au-dessus de tout et intouchable. Si, en fait, cette phrase a vraiment été prononcée par cet hurluberlu de politicien à la manque, elle est provocatrice, désobligeante, et humiliante pour les personnes visées, et, pour celui qui l’a prononcée dégradante, avilissante et démonstratrice du peu de cas que font nos dirigeants des êtres en général dès que leur communication est en jeu et qu’ils peuvent faire parler d’eux. Comme le disait Marcel Bleustein-Blanchet, « dites du bien ou dites du mal mais dites quelque chose », on connait la réussite de Publicis et on ne pouvait pas douter de la qualité de ce publicitaire de talent. Partant de ce principe certains de nos hommes politiques se croient le droit de dire tout et n’importe quoi, fort du fait, de surcroit, de leur inénarrable impunité putative. Pour finir le tableau de ce triste sire, apprenant que ces paroles avaient été reprises par un journal, il taxa le journaliste de petit merdeux au service d’un rédacteur en chef complice. Encore deux traits de caractère de notre Bourdouleix national, il est injurieux et agressif. Heureusement, Borloo est là pour le tancer vertement, lui qui a le charisme d’une huitre, lorsqu’il n’est pas imbibé d’alcool, ce qui n’arrive jamais, que Bacchus le protège.

Mais dans ce fait anodin, ce qui m’interpelle le plus, comme dirait un socialiste, c’est que le rédacteur en chef réagisse vivement en affirmant « je n’accepte pas qu’on puisse traiter un journaliste de petit merdeux ». Encore un qui croit que les journalistes sont au-dessus des autres, peut-être au-dessus des lois ou mieux encore… Ce n’est pas parce qu’il est journaliste qu’il ne doit pas être insulté, c’est tout simplement parce qu’il est un être humain. L’insulte n’est pas plus autorisée pour certains qu’interdites pour d’autres. En fait, je crois que c’est le rédacteur en chef qui est un petit merdeux, et, un horrible prétentieux, qui pense que la caste à laquelle il appartient est mieux que les autres, oubliant de ce fait que sa fonction première est de faire briller les chaussures des annonceurs de son support comme des membres du gouvernement qui lui impose sa façon de penser.

 

Je ne reproche rien de spécial à Dieu, moi je crois mais vous n’êtes pas obligé de me copier, si ce n’est qu’il a doté notre bouche de deux fonctions qui sont opposées, la première étant la survie par l’alimentation, et, la seconde, étant la parole qui, à voir comment les hommes l’utilisent, mettrait plutôt leurs vies en danger…

 

Encore un qui a manqué l’occasion de se taire. Ne faites pas comme lui, réfléchissez avant, pas après, d’avoir parlé et donc… Ne faites pas de la politique votre métier…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com