Log In

L’esclavage est rétabli… Enfin…

Pendant que nos médias préférés se et nous repaissent des états d’âme du bouffon Depardieu, les vrais problèmes sont éludés ni plus ni moins. Notre gouvernement, de gauche je vous le rappelle, particulièrement pro-européen de surcroît, se désintéresse de l’esclavage qui règne dans notre pays, empereur si l’en ait des droits de l’homme. Curieuse cette gauche, n’est-ce pas ?

 

APPRENTISTRAVNUIT.gif

 

Comme à son habitude l’Europe utilise ses fonctionnaires pour réglementer le travail sur le territoire, ô combien riche en différences, de notre continent. Ce n’est pas d’aujourd’hui je vous rassure, cela date du précédent roi de France, Sarko 1er et ses prédécesseurs aussi néfastes que lui en matière de défense de nos populations soi-disant protégées par une Europe forte et riche. Une directive de 1996 révisée en 2006 autorise le « détachement temporaire » de travailleurs de la communauté si ces emplois dits détachés se situent dans cette même communauté. En 1996, le deuxième gouvernement du premier mandat du président de la République Jacques Chirac, est dirigé par Alain Juppé et en 2006, le nouveau gouvernement est dirigé par Dominique de Villepin, ancien ministre des affaires étrangères puis de l’Intérieur, qui fut en fonction du 31 mai 2005 au 15 mai 2007, sous la présidence de Jacques Chirac (UMP). C’est dire combien la droite a œuvré pour la défense des intérêts des salariés français. Ils ont été les complices de cette directive et donc n’ont aucune excuse à faire valoir pour leur défense au su de ce qui se passe actuellement dans l’état français. Mais pire encore, la gauche qui, à l’époque des faits, avait hurlé au charron, est de nos jours incapable de remettre un peu d’ordre dans ce fatras, cet agrégat de bêtises et d’insanités dont les employés vivent les affres actuellement.

 

Comme vous le savez je ne suis pas de gauche mais je suis encore moins de droite et certainement pas du centre. Mais, ici, il n’est pas question d’opinion politique mais bien de salut social de notre population européenne où une partie d’entre elles perd ses emplois pour les laisser à des esclaves « légaux » de l’autre partie. Des Grecs, des Portugais, des Espagnols, et plus si affinité tant que leurs pays d’origine ont des SMIC largement inférieur au nôtre, sont chargés des travaux dérobés aux premiers pour des salaires de misère et des conditions de vie que nos chiens ne mériteraient pas. Le détachement, égal à celui de nos dirigeants face à ce problème, dont ces ouvriers précaires sont les victimes consentantes, permet à nos entreprises de grossir leurs marges bénéficiaires et de creuser un peu plus les trous béants de notre système social. Il s’agit en peu de mots de faire travailler des gens au prix qu’ils coûteraient chez eux accompagnés des charges de chez aussi. Bien entendu les frais d’hébergement sont tout de même à la charge de l’employeur mais comme les règles du code du travail ne sont pas respectées, malgré un apparent équilibre théorique, le gain de ces entreprises esclavagistes est de l’ordre de 35 % du coût réel. La différence est grande, immense, et, surtout immorale.

 

Fort de l’acceptation de ces pauvres hères qui gagnent malgré tout mieux leur vie que chez eux, il est facile de laisser se creuser un peu plus les écarts entre ces populations divisées qui ne savent plus quoi faire pour nourrir leurs familles. On arrive à trouver sans trop de difficultés des salaires de l’ordre de 3 à 5 euros de l’heure, pour des employés qui travaillent près de 60 heures par semaine et souvent le week-end, sympa comme travailleur à bon compte ne trouvez-vous pas ? Je vous donne le mode d’emploi utilisé par ces forbans. Il suffit de chercher sur internet des agences d’intérim en Pologne ou ailleurs parmi les paradis non pas fiscaux mais salariaux et le tour est joué. Vos employés vous coûteront entre 15 et 20 euros de l’heure mais ces supers salariés sont corvéables à merci afin de rentabiliser à outrance votre investissement en masse salariale. Un travailleur français coûterait en moyenne 40 % plus cher, vous comprenez l’intérêt ou faut-il que je vous fasse un dessin complémentaire ? Et maintenant même les petites entreprises s’y mettent, ce qui fait que le chômage n’est pas près de baisser chez nous tout en favorisant le retour d’un esclavagisme qui ne dit pas son nom.

 

Vous connaissez mon opinion sur cette Europe des riches et des exploiteurs qu’il faut remettre à zéro pour qu’elle soit capable de tenir les promesses faites qui n’ont jamais été tenues, avec des lendemains qui chantent et des surlendemains de comédie musicale. Nous vivons vraiment dans des pays extraordinaires où le droit ne favorise que ceux qui ont les moyens d’avoir des avocats véreux qui ne défendent plus la veuve et l’orphelin mais les nantis et les voyous.

 

Quand réagirons-nous, quand trouverons-nous la force et l’abnégation de mettre à bas cette société qui nous divise et qui nous oppose les uns aux autres ? Jamais ? J’espère que non, mais ça n’en prend pas le chemin.

Honte à nous tous qui nous faisons complices de ces malversations interminables et vraiment beaucoup plus minables que le comportement des bouffons qui s’expatrient pour des raisons fiscales.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com