Log In

« LA » chronique du retour et du weekend (78)

Durant 15 jours, je me suis retrouvé loin des quenelles, des frasques sexuelles de Culbuto 1er, des ambitions de Valls et de toutes les inepties dont nos politichiens, de gauche comme de droite, nous rabattent les oreilles en permanence. J’étais en vacances. Ne croyez absolument pas que mon blog se transforme en une plateforme propagandiste de je ne sais quel voyagiste. Pas du tout. Mais permettez-moi d’ouvrir cette première chronique de l’année sur mes impressions de vacancier. Il ne s’agit pas de publicité, ni d’une quelconque tentative de vous vendre quoi que ce soit, il est question ici de voir les côtés positifs et négatifs de « mon » tourisme, un tourisme qui prend conscience de ce qu’il crée…

 

2014-01-20140103_160616.jpg


Mon propos va se partager en différentes sections, la première étant réservée au Laos, à son peuple et au plaisir immense qu’ils m’ont donné en quelques, malheureusement trop courtes, journées passées avec eux. La deuxième sera attribuée aux touristes et à leurs attentes qui contribuent au « développement » de ce tout petit pays, par la surface et la population, de ce gigantesque pays, par la chaleur et l’affabilité de ses habitants. La troisième et dernière partie sera allouée aux fabricants de rêves que sont nos pays, dits développés, et aux tristes conséquences que ces cauchemars engendrent.

 

De « mon » tourisme

Le Laos, état communiste, est un pays considéré comme « sous-développé », quoique l’expression ne lui convienne pas vraiment car, en lui-même, qu’est le développement ? En revanche, si l’on s’attarde sur son histoire et sa culture, il en est de façon évidente tout autrement. La richesse de son patrimoine est importante et les nombreux, trop nombreux diront les esprits chagrins, temples et lieux de culte sont souvent d’une beauté qui dépasse l’entendement. Son peuple, habitué au silence communiste, n’est pas disert sur ses conditions de vie, ni sur la situation en générale et encore moins sur celle réservée au domaine politique, est d’une gentillesse et d’une courtoisie extrêmes. Malgré une absence, presque totale, d’emploi de langues étrangères, ces gens savent toujours, en souriant, répondre à vos besoins et vous satisfaire. L’Anglais n’est quasiment pas parlé et lorsqu’il l’est ce n’est généralement pas bien, ceci même dans les sites touristiques ou encore dans l’hôtellerie ou la restauration. Bien évidemment si vous êtes habitués aux cinq étoiles vous trouverez du personnel mieux formé et en parlant même plusieurs, mais, ce n’est pas mon cas et la modestie des lieux que j’ai habités temporairement dans ce magnifique pays a largement comblé ce déficit de langage par, justement, une volonté de répondre à mes attentes de la part de mes interlocuteurs. La photo que je joins à cette partie de mon article ne dépeint que très humblement la magnificence des sites à visiter. Vous aurez le loisir, pour ceux que cela pourrait intéresser, de voir près de 1000  photos qui ont été prises par ma compagne et qui seront en ligne, en tout ou partie, sur son blog dans les prochaines semaines, je vous en donnerai le lien. Comme vous pourrez le constater dans ces futures vues, nous nous intéressons bien évidemment aux sites mais aussi et surtout aux scènes de vie. Car, si un pays est beau, si sa vue vous remplit de bonheur, n’est-ce pas par le talent de son peuple qui réalisa ces magnifiques travaux. Et, en réalité, les êtres ne sont-ils pas ce qu’il y a de plus important, quels que soient les pays dont nous pouvons parler, c’est en tout cas ce que nous croyons, ma photographe préférée et moi. Aussi, le Laos, et malgré la discrétion de ses habitants sur eux-mêmes et leurs vies, vous donnera tout le bonheur qu’il nous a donné si vous en attendez les mêmes choses que celles que nous souhaitions trouver. Toutes les personnes rencontrées étaient absolument généreuses de leur temps et de leurs sourires, il nous aurait fallu entrer plus loin dans les campagnes pour pouvoir regarder la vraie vie, celle qui existe loin des feux qui entourent les villes consacrées aux touristes. Nous l’avons fait mais faute de temps nous n’avons pas poussé l’expérience aussi loin que nous l’avions souhaitée. Luang Prabang est certainement la plus belle ville à visiter dans ce petit état qui fut jadis le déversoir des reliquats de bombes qui n’avaient pas été larguées sur les têtes des Vietnamiens par les étasuniens en mal de conquête… mais qui y perdirent la face comme leur honneur.

 

Du tourisme en général

La ville de Vang Vieng a été, durant de trop nombreuses années, l’endroit où les jeunes nantis occidentaux venaient se saouler, se droguer et s’amuser toutes les nuits en empêchant cette bourgade de dormir. La triste réputation qui en suivit força les autorités, il y a plus d’un an maintenant, à faire cesser ces dépravations qui ont laissées des marques difficiles à gommer à cette cité maintenant tournée vers le sport et les activités physiques. Marche, vélo, varappe, kayak, et leurs succédanés sont les remplaçants de l’alcool et des drogues. Malheureusement, cela ne suffit pas à séduire nos jeunesses occidentales habituées au luxe et à la profusion, ni à celles des pays d’Asie voisins qui sont plus riches et qui viennent donc au Laos pour y dépenser leur argent, en particulier les Chinois et les Coréens du sud. Ces enfants gâtés veulent autre chose et ils trouvent chez leurs hôtes lé désir de les satisfaire, ce qui fait que tout le monde est heureux. Aussi voyez-vous des quantités de motos, de quads, et autres outils pétaradants, mis à leur disposition pour faire de jour le bruit qu’ils ne font plus la nuit. L’économie du Laos est faible, ce n’est rien de le dire, sa monnaie est encore plus basse que celle du voisin thaïlandais et vous avez environ 10100 Kips (monnaie locale) pour un euro, ceci vous fera millionnaire, en kips, lorsque vous changerez au moins cent euros. Inutile de vous dire ma joie de devenir là-bas ce que je ne serai jamais ici… A écouter les touristes négocier, comme si leur vie en dépendait, quelques centimes d’euros, je ne plaisante pas, ou un euro, avec des marchands qui rêveraient d’avoir le millième de ce qu’ils ont me dégoute au plus haut point. C’est cette situation qui fait que le tourisme va exploser dans ce joli pays, c’est aussi cette même situation qui va le faire entrer dans le monde global que nous connaissons déjà tous ici depuis des années avec ses qualités (???) et ses défauts (!!!). On peut, au Laos, très bien manger pour moins de deux euros, on peut se loger dans un hôtel propre et bien tenu à partir de cinq euros la nuit… C’est dire que si le billet d’avion pour y aller était moins cher, ce serait des millions de touristes qui iraient vivre comme des rois dans ce pays de cocagne pour les riches occidentaux et les nouveaux riches orientaux. Raison pour laquelle je ne prends aucun risque à dire que ce lieu magique va vite devenir un enfer…

 

De l’enfumage occidental

Tous les pays, dits développés, poussent le Laos à s’activer dans le domaine touristique afin d’y trouver une nouvelle source de développement… de leurs profits. Toutes les villes, même la capitale Vientiane, sont à dimension humaine et les immeubles presque inexistants. Mais déjà fleurissent des grues, aussi bien à Vang Vieng qu’à Luang Prabang ou à Vientiane comme certainement dans d’autres villes que je n’ai pas visitées. Sont en train de naître des immeubles où s’entasseront des centaines de chambres et leurs commerces et restaurants, ils vont défigurer les paysages somptueux que j’ai eu la chance de voir encore. Et bien sûr, en guise de conséquence, les systèmes d’eau et d’électricité ne seront plus suffisants et il faudra trouver ailleurs le savoir et les compétences qui seront nécessaires à ces nouveaux établissements. Imaginer des milliers de touristes qui débarquent dans une cité où la population locale sera inférieur à celle importée, ces gens vont se mettre à table, iront aux toilettes et se doucheront alors que l’adduction d’eau ne permet même pas, aujourd’hui, d’avoir une pression satisfaisante chez les habitants. Tous les déchets devront être récupérés, traités, alors que les capacités actuelles suffises à peine à faire de ces villes des villes très propres. Il faudra décimer les forêts pour faire des décharges à ciel ouvert faute de moyens, déverser des tonnes d’excréments et autres rejets dans les rivières pour ensuite passer à des stations d’épuration dont les boues seront déversées dans des champs que l’on polluera… Le rêve de l’occident et des autres riches est de rendre le Laos aussi invivable que leurs propres pays… C’est un marché de dupe, ce développement là est une escroquerie.

 

Conclusion

Je crois que ce sont mes dernières vacances dans des contrées éloignées et pauvres. Ma conception décroissante ne se satisfait pas de ce que j’ai fait, bien au contraire. Aller au bout du monde en polluant avec mon avion, alimenter un commerce qui, je le sais, mènera à la dégradation et à la destruction, profiter d’une population sous-payée qui va devenir de plus en plus esclave des mauvaises habitudes de leurs visiteurs pour de moins en moins de salaire… Tout cela me rend coupable, je suis coupable car je participe à cela tout en sachant que cela n’est pas bon, ni pour le pays, ni pour la terre entière, et encore moins pour moi…

 

Malgré la peine que cela génèrera chez mes éventuels accompagnateurs, je crois que ce sont mes dernières vacances inconscientes. Même si cela fait plaisir à la personne aimée, on ne peut transgresser à ce point ses propres valeurs et en particulier le respect du genre humain et de son environnement car, au bout du compte, nous parlons bien de cela, que de cela…

 

Alors le Laos est fantastique, beau et accueillant mais n’y allez pas sinon en voilier et pour y vivre comme les autochtones sans rien en attendre de plus que ce qu’ils ont et pour leur rendre en échange les services qu’ils vous demanderont et non pas ceux que vous croyez bons pour eux…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com