Log In

« LA » chronique du weekend (13)

Que de balivernes, des référendums en veux-tu en voilà, avec des sujets aussi stupides qu’avariés… Une assemblée qui s’enorgueillit de l’égalité relative des sexes à l’horizon 2018, pauvre députés, si près de la porte et encore plein d’idées aussi sottes que grenues… Oui, j’oubliais… Normal j’habite en Egypte… Le froid en France gèle les organes génitaux de tous les mâles équipés comme ils se doit, seuls les membres du gouvernement ne craignent pas ce problème, président en tête.

 

presentation-img1.jpgNotre président, de passage pour encore quelques jours, a eu l’excellente idée de parler de référendum… Dommage qu’il est lu cette page du dictionnaire si tardivement dans son quinquennat parce qu’on aurait pu lui souffler quelques bons sujets d’interrogation aux électeurs français si on en avait eu l’opportunité… Il n’est jamais trop tard, je propose à Sarko 1er de faire un référendum sur l’utilité de sa candidature, l’avantage de ce sujet repose sur un consensus général qui nous donnerait 75 % du corps électoral pour une mise au rancart dès le mois de mai du petit qui est déjà bien fatigué, voire usé, par des moquettes trop hautes qui le chatouille sous les bras et l’empêchent de garder son sérieux quand il reçoit son amie la générale Angela.

 

En revanche ses sujets de référendums sont vraiment intéressants, en fait il voudrait qu’on lui confirme que les chômeurs nous ennuient beaucoup et qu’ils feraient mieux de travailler dans un premier temps, et, dans un second, qu’on lui donne l’autorisation de renvoyer tous les immigrés chez eux dans des avions sans kérosène ou des bateaux sans fond. Encore une idée approuvée par Guéant je suis sur… Quel garnement celui-là, toujours prêt à taquiner ses camarades, pardon ses collègues, camarades c’est Mélenchon… En fait, notre président a encore manqué une occasion de se taire, mais que voulez-vous ce sont les petits chiens qui aboient le plus. Il est prêt à tout pour voler 2 ou 3 voix à la Le Pen, tous les coups sont permis et il n’y a plus guère que là qu’il peut encore penser en trouver. En effet, tous les autres candidats ont bien expliqué, à leurs soutiens potentiels, que le bruit de fond que les Français entendaient n’étaient autre que le son d’évier fait par les cerveaux des conseillers de l’Elysée en chœur avec celui qui les écoute. Les eaux usées sont polluées dans les beaux arrondissements par les évacuations des diarrhées verbales des sinistres de l’intérieur, des affaires étrangères, de l’Elysée et plus si affinité… Ces logorrhées sont plus dangereuses pour nous que les radiations de Fukushima si vous habitiez à moins de 80 kilomètres du site détruit. Soyons attentifs, n’écoutons pas les imbécilités discriminatoires, qui sèment la zizanie, qui opposent, qui séparent au lieu d’unir, qui mutilent les relations entre les habitants de notre beau pays.

 

Pauvre président, à quoi en est-il réduit, et quand je parle de réduction on ne parle pas des prix, juste des salaires, des retraites, des emplois, enfin tout ce qui fait plaisir aux amis de notre président, les multinationales qui continuent de délocaliser. On entend, sur toutes les radios, ses messages d’appui aux entreprises qui doivent reprendre leur production en France, alors que Renault, grand bénéficiaire de la manne étatique durant des décennies, annonce au même moment, durant les mêmes informations, l’ouverture d’une usine gigantesque au Maroc. Ah délocalisation, quand tu nous tiens… On ne changera pas nos mauvaises habitudes en quelques jours, ni en quelques semaines, même pas en quelques mois… Cela tombe plutôt bien puisque les élections auront lieu dans 70 jours.

 

Action maîtresse du quinquennat du petit qui va bientôt retourner en classe, l’égalité relative des femmes et des hommes dans la haute fonction publique. Quel talent, en pleine crise, alors que la Grèce se meurt, sous nous yeux embués des réminiscences de nos réveillons, nous, on pense à l’équilibre des sexes chez les bouffons qui nous dirigent. Si cela n’est pas important, qu’est-ce qui pourrait l’être plus ?

Pauvres de nous, je vais vous donner un exemple de vrai équilibre dans la politique entre les gars et les filles. Prenez le Rwanda, Etat d’Afrique tristement célèbre par le génocide de 1994 entre Tutsis et Hutus. Suite à cet acte ignominieux, organisé et commis par des dirigeants inconscients, une paix fût rétablie et beaucoup de décisions absolument incroyables chez nous furent prises. Je vous laisse le soin de vous documenter si vous le souhaitez mais en attendant pour ce qui est des femmes et des hommes en politique et dans la gestion d’un pays, écoutez ça, nos femmes vont en mourir de jalousie…

La représentation des femmes au niveau du parlement s’élève à 49%, au gouvernement à 32%, à 35% dans les organes judiciaires et à 32,74% au niveau des districts. Et cela c’est maintenant, pas en 2018, c’est leur quotidien de février 2012… Qui sont les sous-développés ? C’est nous ou eux ? Mais il est vrai qu’il est plus important de récupérer les voix de 2 ou 3 femmes, émues de l’intérêt que le président par intérim leur porte…

J’ai peur que notre président se fasse arrêter pour racolage sur la voie publique…

 

Pendant ce temps là, on se pèle en France, des gens, chanceux parmi d’autres qui le sont moins, peuvent goûter au plaisir de camper sous des tentes ou de vivre dans des voitures… Heureusement qu’il fait froid, sinon les microbes se reproduiraient encore plus vite, finalement ils ont de la chance, s’il faisait chaud ils seraient encore plus malades, là ils ne risquent que la mort. Quand je pense que nous sommes le pays des droits de l’homme, le pays de la bonne bouffe mais aussi le pays de la fraternité, de l’égalité et de la liberté, et que nos frères dorment à la belle étoile sous des températures drastiquement basses sous le regard attendri des caméras des journaux télévisés.

Pourquoi a-t-on besoin de voir ces gens au bord du précipice, à l’extrême limite du supportable, sur nos écrans de télévision, pour devenir généreux et solidaires. Dans un premier temps, c’est le symbole de l’échec de la politique d’un gouvernement plus préoccupé des profits des riches que du soutien à apporter aux pauvres.

 

Alors que le petit continue à ramasser plus bas que terre les voies perdues par sa « copine » de beuverie, la Le Pen, et qu’il disparaisse vite, on est déjà très bas, j’ai peur de la suite de la campagne…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com