Log In

« LA » chronique du weekend (22)

Ouf ! Fin de la campagne électorale la plus nulle qu’on n’ait jamais connue depuis le début de la Vème République. A une altitude zéro, cette campagne se retrouve au même niveau que l’assassin de Norvège, ou l’anniversaire du naufrage du Titanic, ou de l’offensive de printemps des talibans en Afghanistan, ou de la pétaudière africaine organisée par la célèbre France-Afrique… Seule la nationalisation d’une compagnie pétrolière espagnole en Argentine me remonte le moral. Quelle semaine !

 

titanic2.jpgJ’ai déjà dit ce que je pensais du célèbre et macabre auteur de la tuerie norvégienne, il n’est pas utile de lui faire plus de publicité quoi que je sois lu par un public restreint, ma maman, mais bon. Cela étant, il va garder la vedette durant une dizaine de semaines en tout et n’a pas fini de servir de modèles à tout un tas de trublions de droite, d’extrême-droite et de l’extrême extrême-droite dont il est la partie émergée de l’iceberg. Quelle campagne de pub gratuite, ils vont embaucher à tour de bras…

 

Autre information diablement intéressante, c’est le centenaire du Titanic ou plus exactement de la victoire de la nature sur l’arrogance humaine, le triomphe d’un morceau de glace sur un mastodonte d’acier. Vous avez surement remarqué la propension de nos congénères, j’aurais pu l’écrire en deux mots, pour les anniversaires, les jours de ceci ou cela, les commémorations. Nous devenons de plus en plus festifs, vous avez vu ? Un rien nous rassemble autour d’un verre ou d’un discours si creux que le vide intersidéral lui-même en a peur. Nous avons besoin de nous remonter le moral et c’est ce que nos édiles essaient de nous procurer, un remontant pour le moral et un descendant pour les revenus… Ils sont plus forts dans les ponctions fiscales et autres que dans les aides psychologiques nécessaires à supporter toutes les bêtises qu’ils disent et qu’ils font.

Le Titanic, en fait, et avec tout le respect pour les disparus de cette mésaventure navale, on s’en moque un peu, non ? Le monde traverse une crise qui ne fait que commencer et qui nous réserve beaucoup de mauvaises surprises et on fête le décès de 1500 personnes, à Belfast on crée un musée du Titanic, on fait des ventes aux enchères des biens retrouvés dans l’épave… On fait surtout de l’argent avec la misère humaine comme d’habitude. Toutes les occasions sont bonnes pour mettre en avant une façon ou une autre de faire de l’argent. Cela finit par être triste de concevoir que nous ne sommes que des consommateurs, ne trouvez-vous pas ?

 

En Afghanistan, après 10 ans de guerre larvée, des milliers de morts des deux côtés du front invisible entre le bien (c’est nous) qui lutte contre le mal (ce sont les autres), rien ne va plus. Une poignée de talibans attaque les forces du gendarme du monde et ses alliés, leur administre la plus belle humiliation qu’on puisse imaginer et vont au paradis réservé aux meurtriers d’infidèles. Quelle honte, nous sommes les pays les plus riches (soi-disant), les plus forts, les mieux armés et une bande de « sauvages », comme disent les GI’s en urinant sur leurs cadavres ou en brûlant leur Coran, et ces soldats de pacotille, mal équipés, mal entrainés nous infligent une gifle que les médias essaient de dissimuler derrière un rideau de fumée qui ne trompe qu’eux.

Les Russes s’y sont cassés les dents, nous aussi, on n’est pas plus malin que les autres bien au contraire. Et ce n’est pas fini.

Par ailleurs il est intéressant de noter que des trafiquants de drogue ont été pris dans l’armée américaine et que certains assassinats de ces derniers temps auraient pu avoir des origines crapuleuses. Alors, pour votre gouverne, le budget de la CIA, je parle de l’officiel celui payé par les citoyens américains, ne serait pas suffisant pour faire tout ce qu’ils font. Alors, cette officine fait du commerce entre ses différents points d’ancrage et son pays d’origine et ses alliés. Comme au Vietnam, ils ont organisé en Afghanistan un bureau d’exportation des drogues locales et réalisent de jolis profits, comme ils le font en Amérique du Sud et partout où ils le peuvent.

Vous êtes-vous déjà demandé après une consultation de Google Earth pour voir votre jolie maison sur votre écran d’ordinateur, comment, avec un matériel encore plus performant que les nôtres, ces braves gens n’arrivent pas à localiser les producteurs de pavot, les terroristes, enfin tout ce qui peut nuire à notre société de lobotomisés que nous sommes.

Quand on ne trouve pas, c’est souvent parce qu’on ne cherche pas.

 

Quand on pose la question « la France-Afrique » est-elle morte ? La réponse, quels que soientpresidentatt602.jpg les partis politiques, est toujours la même… Bien sur ! La période colonialiste de la France est bel et bien terminée.

En fait, non… Elle ne s’est jamais aussi bien portée mais elle a changé de nom, maintenant c’est « l’Afrique-France »… Juste un mot pour vous dire que le Mali, après que la France y ait semé le trouble dès les années 60, redevient un terrain de jeu où les Français essaient de rivaliser avec les Chinois et les Indiens. Quand Modibo Keïta devint le premier président malien, il assuma un rôle anticolonialiste immédiatement et fît partir les forces françaises stationnées sur son territoire. Cela ne lui porta pas chance car un coup d’état fût organisé par la France et mît Moussa Traoré au pouvoir d’une dictature sanguinaire qui dura 23 ans.

Maintenant, les champs pétrolifères du nord Mali, les mines d’or (avec des cours qui explosent avec la peur de la crise) et plus si affinité, sont autant de raisons pour les franchouillats de retourner faire leurs courses au Sahel. Evidemment, comme nos stratèges se croient plus malins qu’ils ne le sont, ils font tout à l’envers et risquent de se retrouver Grosjean comme devant à jouer avec le feu des amitiés particulières, avec des membres du MNLA hélas débordés par Ançar Dine.

Vous ne changerez pas les hommes si facilement, nous croyons vraiment à la supériorité de notre sous espèce, les blancs, ce qui permet de continuer une nouvelle forme de colonialisme toujours aussi violent.

Vous ne ferez pas d’un âne un cheval de course…

 

Pour finir, votez bien aujourd’hui, rompez le bail précaire du locataire du meublé de l’Elysée, cela fait trop longtemps qu’il ne paie pas son loyer…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com