Log In

« LA » chronique du weekend (25)

La république des copains, des camarades fonctionnaires ou de longue date, après celle des copains riches, prend son envol. Il n’est pas un jour où les « amis » du nouveau pouvoir ne profitent pas de leurs nouveaux droits aux prébendes et autres avantages à faire partie du club des vainqueurs. Par ailleurs, j’ai une larme de compassion pour la famille Peugeot qui s’est plainte d’avoir été malmenée par les membres du gouvernement… Je pleure et prie pour eux tous les Dieux, depuis celui de la corruption jusqu’à celui des profits à outrance…

 

pulvar-montebourg.jpg

 

Avant toute chose et pour vous mettre en appétit, je vous fais une petite liste des choses qui n’arriveront pas malgré les propositions écrites qui les garantissaient dans le programme du Machiavel en herbe qui enfle à l’Elysée. Donc, petit rappel des promesses qui ne seront pas tenues, voire jamais entrevues.

Le livret A ne sera pas doublé, il est même question de diminuer son rendement, pour les petits épargnants qui ne peuvent pas aller à la bourse casino c’est une excellente nouvelle. Comme d’habitude ils ont été grugés. En quoi est-ce une bonne nouvelle ? C’est simple, en France on n’aime pas changer nos habitudes, on est pour le moins conservateur et pour le plus rétrograde. La bonne nouvelle est que, le fait d’être grugé une fois de plus prouve que les habitudes n’ont pas changé, nous pouvons dormir tranquilles, cela n’est pas prêt d’évoluer. Ouf, j’ai eu peur.

 

Un politicien cynique dit un jour, « quand on veut se débarrasser d’un problème, il suffit de créer une commission pour le solutionner ». Je préfère oublier son nom, dont d’ailleurs je ne me souviens plus, peut-être Churchill ou Clémenceau ou un autre de ces comiques dont la vie politique mondiale nous donne des échantillons de temps à autre. Notre marchand de fromage national, notre Hollande, aime autant tenir ses promesses que de faire des bains de foule pour se nettoyer du cirage que ses cireurs de chaussures laissent trainer sur ses costumes de marque. Oui, il aime tenir ses promesses, c’est clair… D’ailleurs pour ce faire il trouve les solutions toujours les meilleures grâce à quoi je vous demande ! Grâce à des commissions qui lui permettent d’atteindre, grâce à une seule pierre, plusieurs cibles. Je vous vois dubitatif, je vais vous donner des exemples très précis.

Pierre Lescure, Louis Gallois, Lionel Jospin, Jean-Marie Guéhenno sont les bénéficiaires de nouvelles présidences de commissions aussi utiles que les furoncles sur une fesse. Ceci est d’autant plus vrai que nous savons, en fonction des personnalités de chacun dans quel sens les commissions vont aller. Alors respectivement ces « amis », à qui on veut rendre service ou donner des revenus complémentaires, se chargent des missions suivantes, hadopi, compétitivité, moralisation de la vie politique et cumul des mandats, livre blanc de la programmation militaire. Renseignez-vous et vous verrez que ces gens ont des compétences dans les domaines qui leur sont attribués, des compétences énormes, je vous laisse juges… Ce n’est pas dévoiler un secret que de dire que rien ne sortira de concret de ces commissions dont celle réservée aux militaires est constituée de 40 personnalités, comme chacun le sait dans ces superbes commissions, la productivité est inversement proportionnelle au nombre de participants… Vous verrez comment Hollande réussira à noyer des poissons dans l’eau qui devrait les faire vivre. Enfin, un but sera atteint, cela fera des chômeurs de moins, les membres de ces inutiles « machins » seront surs d’être à l’abri du besoin pour au moins cinq ans.

 

Comme je le disais dans mon introduction, je souffre intensément de la peine infligée à Thierry Peugeot qui, comme chacun devrait le savoir, est une âme sensible, je devrais dire « sans cible ». Il s’est offusqué de tant d’acrimonie, à l’égard des siens comme de lui-même, dans le cadre de leur groupe multinational PSA. Il est vrai que la méchanceté dont ont fait preuve, aussi bien Hollande que Montebourg et autre Moscovici, est insupportable. Presque autant que le fait de se faire jeter d’une entreprise qui a emmagasiné des profits substantiels depuis quelques années, grâce aux aides à répétition du gouvernement à sa botte avant l’arrivée de la pseudo gauche au pouvoir. Thierry Peugeot a raison de pleurer, il s’en veut d’avoir choisi le mauvais camp et il s’en veut beaucoup, je vous prie d’être un peu compatissant vous aussi, quoi… En fait je crois qu’il pleure de ne pas avoir délocalisé beaucoup plus que ce qu’il a déjà commis. Cela étant, il est aimable de ne pas fermer son usine espagnole, ce serait terrible pour nos voisins ibériques qui ont déjà d’autres petits soucis. Idem pour l’usine slovaque où les salaires permettent une véritable compétitivité puisque les salariés slovaques acceptent des salaires 50 % moins élevés que ceux de Aulnay. Comment voulez-vous les renvoyer, ils gagnent déjà si peu, ce ne serait pas juste. Les employés de Aulnay sont surpayés et n’arrêtent pas de gesticuler pour un oui pour un non, alors pour leur donner une vie plus paisible, en échange de revenus assurés par les Assedic, on va leur organiser un nouveau départ dans leurs mornes vies… Le départ de l’usine qui les a nourrit depuis tant d’années. Comme c’est triste de voir la réaction de ces ministres ingrats et indélicats à tant de générosité, de gratitude pour de nombreuses années de profit et d’amour filial qui lie Thierry Peugeot à ses huit mille « amis » avec qui il a vécu tant de belles choses. Que de souvenirs ces gens pourront-ils partager en faisant la queue à Pôle Emploi, c’en est émouvant. Thierry Peugeot, je voudrai vous rassurer, moi, je vous aime… Surtout quand vous pleurez…

 

Audrey Pulvar, ça vous parle un peu peut-être ? Vous savez bien, cette petite journaliste, mignonne comme tout, qui frappe à bâton rompu sur les invités de Laurent Ruquier pour leur permettre d’augmenter leurs ventes chez les boutiquiers. Cette « bastonneuse » professionnelle, payée pour être agressive et méchante, a tous les talents. Elle connait la musique, la littérature, la politique, enfin tout et ses jugements avisés, partagés par sa complice Natacha je ne sais plus quoi, font d’elle la future destinataire du prix Nobel du fourre-tout culturel. Quel talent ! Et pour embellir encore un peu le tableau, son compagnon de vie n’est autre que la vedette de la primaire socialiste, l’inattendu Montebourg, aussi sinistre du redressement productif du gouvernement de la baudruche élyséenne. Elle a vraiment tout pour elle… Sauf que, étant la compagne du Montebourg, elle s’est fait éjecter de France Inter et de chez Ruquier pour conflit d’intérêts… Mais c’était sans compter les amitiés particulières fort importantes dans le milieu des énarques, des hauts fonctionnaires et des « amis » d’avant l’élection, qui ont bien aidé pendant, pour mieux se gaver après. Du coup, ne voilà-t-il pas notre Audrey la terrifiante devenir comme par enchantement directrice générale en charge de l’éditorial de l’hebdomadaire « Les Inrockuptibles », accompagnée par Arnaud Aubron chargé du développement. On est content pour elle, elle aura éviter le chômage, ouf… Tout cela serait certainement passé inaperçu si le conseiller de l’Elysée pour les médias et la culture, David Kessler, n’avait pas tenu ce poste précédemment. Non seulement il avait tenu cette fonction, ô combien intéressante, mais il avait organisé avant même son départ (et même depuis son départ parait-il) l’approvisionnement en émission d’informations matinales faites par France 24 et mises à la disposition d’une des nouvelles chaines à naître le douze décembre prochain sur la TNT, en l’occurrence TVous.

Voici les gros problèmes qui pointent dans cette affaire ; une télévision publique va livrer (certainement à bon compte) des émissions à une télévision privée. David Kessler lui-même en personne est allé défendre le dossier de cette chaine privée devant le CSA, étant à ce moment précis directeur général des Inrockuptibles, qui lui accorda en un délai de trois semaines un canal gratuit de la TNT. Un autre parrain, je devrais dire marraine, veille aux destinées forcément très favorables de cette petite chaine qui représente la chaine de la « diversité française », en la personne de Fleur Pellerin, devenue entretemps ministre de l’économie numérique.  Le financier des Inrockuptibles n’est autre qu’un banquier, Matthieu Pigasse de la banque Lazard Frères aussi actionnaire du « Monde ». Il semblerait qu’une émission serait préparée par les deux médias, TVous et Inrockuptibles… Sans blague, quel hasard !

Tout ce petit monde veut damer le pion à Sarkozy, à pourri, pourri et demi… Non seulement on magouille entre amis, on nomme les femmes des copains mais on exploite le service public pour faire des économies d’échelle… Elle est belle ma gauche, elle est belle…

 

Pour finir, je vous ai parlé de Jean-Pierre Jouyet dernièrement, figurez-vous que je viens d’apprendre en plus qu’il est un ami intime de Hollande, vous savez le sauveur de la moralisation politique, ami de régiment d’après le Canard Enchainé. On comprend mieux que la Caisse des Dépôts et Consignations lui échoit, cela ne pouvait aller à quiconque d’autre selon Hollande lui-même puisqu’il a estimé, le quatorze juillet dernier, que «  C’est le meilleur à cet endroit là ».

 

République bananière ? Oui je suis d’accord, je vois bien les esclaves qui cueillent les bananes et les opportunistes qui les mangent mais où sont les bananiers ?

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com