Log In

« LA » chronique du weekend (33)

Cette semaine a été riche… Je ne sais pas en quoi mais je le sens comme ça. J’en veux pour preuve qu’en sept jours on a vu deux assemblées réservées à l’avenir de la « clownerie » dans notre beau pays. Je remercie le ciel et l’enfer de vivre dans une nation qui se préoccupe tant du devenir du cirque, spectacle ô combien réjouissant pour des enfants qui ne veulent pas grandir comme votre serviteur…

 

bansep12.jpg

 

Vous n’avez pas vu, vous ne comprenez pas de quoi je parle ? Mais c’est simple, nous avons eu le rassemblement des clowns blancs jeudi soir, en assistant à une confrontation, très amicale, entre deux vues très différenciées de la blancheur et du chapeau de ce même clown blanc, dont on ne peut se passer, qu’ils croient. Par mimétisme de la primaire des Augustes d’avant la présidentielle, les comiques tristes se sont essayés à un brouillon de la future primaire de 2016. En effet, tout le monde se tait mais c’est bien déjà la prochaine présidentielle qui est dans tous les esprits chez les blancs. Pour ne pas être en reste, les Augustes, et pour montrer qu’ils font mieux que les autres, ont décidé de passer deux jours à Toulouse pour convenir une fois pour toutes entre deux propositions faites par les plus drôles d’entre eux. Une décision doit être prise sur un sujet gravissime, doit-on, chez les Augustes, supprimer définitivement la couleur rouge des costumes de chacun ainsi que dans les décors dans lesquels ils évoluent ? Cela vaut bien le problème d’Hamlet, « braire ou ne pas braire, là est la question ».

Les Clowns blancs comme les Augustes font leurs petites réunions sans aucune discrétion, ils se croient toujours obligés de nous convoquer à leurs échanges sans intérêt par médias interposés. Pauvres journalistes, contrits et astreints au service maximum pour ces hurluberlus en mal de communication de rabattage, en vue des combats à venir. Ils sont mobilisés et doivent trouver des propos à balancer à nos oreilles mornes et lasses des mêmes proses stériles bien que brillantes de promesses jouant l’effet de miroirs aux alouettes. Copé et Fillon sont bien ce qu’ils sont. Des escrocs qui oublient leurs méfaits pour se concentrer sur ceux commis par leurs successeurs, qu’ils jalousent inutilement car les mandats sont ce qu’ils sont et ne peuvent rétrécir au lavage même avec ébullition. A ce propos, il n’est pas exclu que le printemps prochain nous n’ayons pas à déplorer une montée en température qui nous rapprochera sensiblement de la cuisson des pâtes.  Pouvez-vous me dire en quoi regarde les Français cette compétition entre deux champions qui se font élire par leurs copains et seulement par eux ?

Alors nos clowns blancs comme nos Augustes ne nous font plus rire. De quoi ces gens là nous parlent-ils, je n’y comprends rien. Mais fichez-nous la paix, vous croyez que cela ne suffit pas, d’être au chômage ou d’en avoir peur, de payer sans cesse plus cher des denrées dangereuses pour nos santés et des produits qui sont de plus en plus limités dans le temps grâce à une obsolescence programmée par votre société consumériste et vos industriels cupides. Arrêtez de nous emmer… Oups… Cela suffit, allez au diable… D’ailleurs vous y êtes déjà et vous nous y avez emmenés avec vous.

 

Nous avons eu droit aussi au jeu d’échec américain, le clan noir contre le clan blanc, Obama face à Romney. Dites-moi en quoi cette élection américaine nous regarde-t-elle au point d’y consacrer autant de temps, des magazines entiers, des articles longs à s’endormir, des éditions spéciales sur les chaînes d’information continue. Je comprends bien que l’état qui a mis le monde sens dessus dessous par sa philosophie de vie, aussi nuisible que le Roundup de Monsanto dans nos assiettes, puisse nous intéresser mais à ce point cela en devient ridicule. Je ris à voir tous mes voisins et amis prendre parti pour Obama, pour des raisons politiquement correctes, mais dont je sais que Romney ne leur déplairait pas, avec ses envies de guerre des religions et la remise au pas de toutes les contrées opposées à sa suprématie. Moi je m’en moque de l’élection américaine sur laquelle je ne peux, comme nous tous, n’être qu’un témoin à qui on ne demandera même pas de dire ce qu’il a vu et encore moins pensé. Mon opinion est qu’avec Romney le chaos arrivera plus vite qu’avec Obama mais, de toutes les façons, ce chaos est inéluctable. Nous le méritons et je mâche mes mots parce que nous méritons bien plus.

 

Une note optimiste dans ce monde de brutes, les compagnies pétrolières, Shell en particulier, nous annoncent qu’elles ne foreront pas sous la calotte glaciaire. Je vous traduis bien afin de ne pas vous faire déborder d’allégresse, cela signifie qu’ils foreront bien sur mais pas tout de suite. Connaissez-vous un pétrolier crachant dans la soupe et refusant de piller la planète dans le seul but de servir des dividendes à ses actionnaires ? Il n’y en a pas, ils sont tous avides et insatiables.

 

Petite information, essayez de commencer à devenir raisonnable et décroissez votre consommation dans tous les domaines, ne mangez de la viande que deux fois par semaine, du poisson idem, achetez le plus possible dans les circuits courts qui vous rapprochent des producteurs, apprenez à vous passer du superflu et croyez-moi nous en sommes entourés. Par exemple, ne changez vos portables que tous les deux ans voire plus, en fait ne les changez pas tant qu’ils fonctionnent. Pourquoi je vous glisse tout cela dans le creux de vos oreilles sourdes ? Parce que si nous ne le faisons pas de gré, nous le ferons de force…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com