Log In

« LA » chronique du weekend (36)

Nous en avons de la chance, nous avions craint de ne rien avoir à dire mais non, tout va bien, les sujets ne manquent pas, Satan merci ! Nos amis, ou plutôt nos faux amis, les politichiens s’évertuent à se rappeler à nos bons souvenirs… Bons souvenirs ? Que nenni ! Des cauchemars qui se changent en réalités ne peuvent certainement pas devenir de bons souvenirs, mais nous en avons l’habitude, n’est-ce pas ?

 

espagne_0_0.jpg

 

France

Entre les rapports qui se suivent et se ressemblent quant à leurs tristes conclusions qui se résument en une phrase ; « nous allons payer », les aéroports incongrus, les exécutions corses, les mauvaises gestions de l’ENA et de Science Po, les magouilles des élus, les prébendes des fonctionnaires dont les plus « graves » sont ceux du ministère des affaires étrangères qui sont devenues le fruit du ministère des affaires étranges, l’élection du clown qui gouvernera aux destinées de l’UMP (Union des Manipulateurs de Pognon), nous avons l’embarras du choix. Peu de nos gouvernants trouvent grâce à mes yeux, enluminés d’éclairs tel Jupiter, qui pourraient les mettre en orbite autour de la terre qu’ils se promettent de faire mourir de sa plus lente et pénible mort. Non, je n’ai pitié de personne, mais, ma non violence m’empêche de passer à l’acte que, pourtant, ils mériteraient. Parfois, je me prends à comprendre les terroristes, ces assassins qui perpétuent le crime au nom d’idéaux qui se veulent fraternels, je les comprends peut-être mais je ne partage pas, je n’adhère pas, je ne supporte pas, je combats.

 

Qui de Copé ou Fillon aura la joie, l’honneur et l’avantage de se présenter candidat au poste de pilleur de notre nation en 2017 ? Parce qu’en fait, c’est bien de cela dont il s’agit, personne ne le dit mais tout le monde le pense si fort que, à l’instar du poisson, la fragrance nauséabonde envahit toutes nos narines, grandes ouvertes tellement il nous est difficile de respirer dans ce pays liberticide et de moins en moins démocrate. Je m’en moque de cette élection, vous ne pouvez imaginer à quel point. En revanche, nos journaleux stupides et bavards de propos insipides et sans substance vont s’épancher sur nos épaules, qui en portent déjà trop, et nous décrire par le menu tous les détails de cette désinformation. Vous verrez qu’ils vont mobiliser tous les journaux télévisés avec ces bêtises.

Pendant ce temps, beaucoup d’élus continuent de dépenser sans compter nos impôts et autres taxes dans des projets farfelus, mal étudiés ou préparés par des amis à qui on veut du bien. Il n’y a pas une semaine où le Canard Enchainé ne parle pas des gaspillages de nos édiles inconscients et tellement sûrs de leur protection et immunité qu’ils n’hésitent absolument pas à en assumer la présentation et la défense. Quelle honte, quelle irresponsabilité, quel gâchis, le gaspillage de tout cela fait de notre sortie de crise un tunnel dont on n’est pas près de voir la fin, malheur à eux… et à nous qui les laissons faire.

 

International

Quelle chance, je voulais aller au cinéma pour voir un film de guerre et Israël comme la Palestine m’évitent une dépense inutile. Je n’ai qu’à allumer la lanterne magique pour voir des missiles, des immeubles détruits, des adultes et des enfants qui meurent devant mes yeux larmoyants. Je voulais de l’action mais pas de la vraie, de l’action pour rire, pour de faux comme disaient les enfants ensevelis sous les gravois après un bombardement. Quelques fois, lors de profonds instants de tristesse, je me permets de penser que la seule espèce animale qui mérite de disparaître est celle des humains. Nous ne pouvons toucher à quoi que ce soit sans l’avilir, sans le détruire, sans en faire une nouvelle voie pour l’enfer. Mais, parallèlement à ces mauvaises conduites, des hommes font du bien, sauvent des gens sans aucune autre raison que leur amour pour eux, des hommes imaginent des solutions aux problèmes insurmontables créés par leurs frères humains animés de mauvaises intentions. Nous devons non seulement continuer de vivre mais le faire que dans l’objectif ultime de rétablir un semblant de paix parmi tous les hommes. Je prie tous les jours, à chaque seconde de mon existence pour que nos enfants, ces jeunes à qui nous léguons nos problèmes en guise d’héritage, cessent de regarder par le mauvais bout de la lorgnette et que la solidarité prenne la place de l’assurance, que l’amour remplace la haine, que la générosité s’installe en lieu et place de l’égoïsme. Pour nous, c’est fini, nous avons prouvé notre incapacité à changer, mais eux ont encore ce droit, que dis-je, ce devoir.

 

En parlant de nos jeunes, une étude a été faite par la Communauté Européenne, 90,5 millions de jeunes entre 15 et 29 ans vivent dans cet ensemble à la fois géographique et politique. De ces jeunes, 14 millions ne sont NI travailleurs NI étudiants. Ce sont ceux-là que nous appelons les NI-NI. Rien qu’en France, ils représentent des pertes économiques chiffrées à 1,11 % du produit intérieur brut de notre pays. Vous remarquerez, comme je l’ai fait, que l’étude ne donne pas de nombre de jeunes mais les coûts qu’ils génèrent pour leurs pays respectifs. Cela aussi est honteux, nous parlons de l’avenir de notre continent et nous ne voyons que des chiffres, des statistiques, des coûts. On oublie trop facilement que ce sont des êtres humains, des gens qui souffrent, qui aiment, qui aspirent au bonheur. Le chômage est la cause principale de ces statistiques maudites, seuls 34 % de ces 14 millions de jeunes avaient un emploi en 2011. En France ces jeunes sont 14,5 % de tous nos jeunes du même âge. C’est énorme, c’est dramatique, c’est un problème complètement et volontairement ignoré par nos dirigeants qui préfèrent s’occuper de leurs affaires personnelles.

 

Je propose un projet à tout ces jeunes. Puisque vous n’avez rien à perdre, pourquoi ne faites-vous pas comme Alain Souchon le chante, allez vous asseoir sur le trottoir d’à côté, juste vous asseoir et ensemble réfléchir à une autre manière d’envisager votre avenir, loin des compétitions fratricides et stériles… Imaginez de nouvelles solutions, loin des idées sans intérêt d’une gauche qui n’en est pas une et d’une droite qui ne pense qu’à vous réduire à des êtres créateurs de profits pour vos patrons avec des salaires qui se réduisent comme peau de chagrin.

 

Imaginez un monde qui vous satisfera mieux que celui qu’on vous laisse, vous n’avez rien à perdre, vous avez tout à gagner… En particulier votre liberté !

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com