Log In

« LA » chronique du weekend (60)

La communication est un art, la preuve ? Regardez tous les gens qui se disent en être des ténors, ils sont riches comme des stars, leur langage est incompréhensible tellement il est empreint de cette hauteur que se donnent les pseudos spécialistes et de cette condescendance vis-à-vis des humbles mortels à qui ils s’adressent, nous en l’occurrence. Sans compter que certains d’entre eux ont deux Rolex, une à chaque poignet, pour prouver qu’à 50 ans ils ont mieux que réussi…

 

communication.jpg

 

La définition de la communication est claire chez Wikipédia : « La communication est l’action de communiquer, d’établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu’un. Elle peut aussi désigner l’ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d’un message auprès d’une audience plus ou moins vaste et hétérogène ou l’action pour quelqu’un ou une organisation d’informer et de promouvoir son activité auprès d’autrui, d’entretenir son image, par tout procédé médiatique. » S’il est vrai que sa clarté est totale, elle n’en est pas moins incomplète. Dans cette définition, faite par je ne sais qui pour vendre je ne sais quoi, il manque l’essentiel, comme souvent dans les résultats produits par Internet, il faut compléter un résultat par d’autres pour arriver à avoir l’intégralité de l’information. Nous trouvons tout sur Internet mais il ne faut pas se contenter de la première source, il faut y ajouter d’autres sources, si possible contradictoires et tout vérifier soigneusement. Ce qui signifie au bout du compte que l’Internet nous garantit de bons résultats qu’à la condition expresse que nous fouillions le sujet de nos recherches de façon approfondie et perfectionniste, contrairement à ce que la masse de ses utilisateurs en font. Je disais donc qu’il manquait l’essentiel, et oui à quoi sert de communiquer si nous ne sommes pas assurés de la bonne arrivée du message chez celui à qui il était destiné mais et surtout de sa compréhension par le destinataire, car, à quoi servirait d’envoyer un message quelconque si son récipiendaire ne le comprend pas. Le fondement de la communication est bien une mise en relation entre deux ou plusieurs entités mais une mise en relation bien comprise par le (ou les) émetteur(s) comme le (ou les) récepteur(s). Sans cette compréhension le message n’a qu’une existence relative puisque son contenu n’a pas été compris par celui qu’il devait informer. Non seulement il doit être compris mais cette compréhension doit en être vérifiée pour ne pas générer de malentendu ou de quiproquo. C’est ce que font les publicitaires lorsqu’ils commencent une campagne, après quelques diffusions de leurs publicités, ils font des sondages pour en évaluer la compréhension via le passage à l’acte des cibles visées, pareil en politique ou en… amour. En fait, il faut tout vérifier, une véritable petite vie de contrôleur. Mais sans ce contrôle, vous ne pouvez jamais être sûr d’avoir été compris et cela peut parfois poser problème.

 

Là encore il faut faire primer la qualité à la quantité de messages envoyés. Mieux vaut peu mais compris que beaucoup qui ne servent à rien, non ? L’assurance de la compréhension est pour l’envoyeur la garantie de qualité de son message, sans celle-ci, il aurait mieux fait de ne rien faire car si l’information a été mal appréhendée, elle peut avoir des conséquences désastreuses. Comme à l’accoutumée dans notre société de consommation déraisonnable, la quantité prend le pas sur la qualité et, par exemple, nous préférons manger souvent du saumon élevé en bassin, gorgé de farines animales et d’antibiotiques, plutôt que d’en déguster du sauvage avec mesure et richesse de goût. Revenons à notre communication, nous en sommes saturés, en quantité pas en qualité bien évidemment. Hier soir, au 20 heures de France 2, des tonnes de mots pour ne parler que de la pluie et des orages, des accidents de train en Espagne et d’autres billevesées du type de la médaille d’or en natation au 4 fois 100 mètres masculin dont bon nombre d’entre nous se seraient bien passés en échange de quelques propos sur l’Egypte, la Tunisie et pourquoi pas, soyons fous, la France et sa fin de récession, arrivée sinon très proche, vue par la lorgnette de notre bon roi Culbuto 1er, qui devrait consulter un ophtalmologue rapidement. Trop d’information tue l’information, il en est vrai de tous les excès, trop d’impôt tue l’impôt, etc… Il en est vrai de la communication de masse comme celle, plus limitée, entre personnes au nombre plus limité. Remarquez qu’il faut au moins être deux pour communiquer, lorsque nous communiquons seul, cela s’appelle penser, mais là aussi il faut bien tout contrôler, des fois que vous soyez Dr Jekyll et Mr. Hyde. Lorsque deux amoureux transis se disent des mots tendres le risque de détérioration de leur relation est nul ou presque. En revanche, si le débat se lance sur des sujets où des oppositions sont possibles, il vaut mieux être certain d’être compris sinon… nous divorcerions encore plus souvent. Dans la communication il faut donc un émetteur, un récepteur, un message et sa compréhension par les deux. Mais il manque encore quelque chose, car sans l’acceptation de l’information il ne peut y avoir passage à la compréhension. Si par notre caractère, nos préjugés et nos idées reçues, nous n’écoutons que les propos qui nous plaisent, en coupant le lien entre l’émetteur et nous, il n’y aura pas communication, il y aura deux monologues mais pas de communication. Cela se passe en amour souvent mais cela se vérifie aussi en politique où les débateurs sont là pour délivrer un message sans écouter celui de leurs contradicteurs.

 

Nos politiciens ont, en ce qui les concerne, une opinion très pointue de la communication. Ils partent du principe que dans « communiquer » la partie la plus importante de ce mot est « niquer », raison pour laquelle, ils ne se privent de nous le faire aussi longtemps que nous le supporterons. Avis aux amateurs…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com