Log In

« LA » chronique du weekend (71)

Les porcs tiquent de tant d’humour…

 

La vie n’est qu’un jeu, disais-je durant ma jeunesse, il est vrai lointaine… C’est cependant vrai sous certains aspects. S’il vous faut une preuve en voici une qui montre bien le côté joueur de nos hommes politiques, depuis l’extrême gauche jusqu’à l’extrême droite. Pour ne pas vous faire croire que je suis un adepte du « tous pourris » gratuit et sans argument, l’exemple qui va suivre va simplement vous montrer, si besoin était, que l’intérêt des citoyens français comme de la France n’ont absolument aucun lien avec les actions que nos voyous commettent à longueur de journées…

 

portique.jpg

 

L’écotaxe, qui nous a permis de voir un gouvernement de droite s’unir avec son opposition de gauche pour la voter en 2009, est un impôt dit écologique. L’unanimité est suffisamment rare depuis l’avènement de la Vème République pour que celle-ci soit notée et reste dans notre mémoire collective comme individuelle. Donc en 2009, tout le monde était d’accord pour taxer en faveur de l’écologie, la loi fut donc votée et fut préparée dans les moments qui suivirent la mise en place des solutions techniques permettant de l’encaisser. Un appel d’offre, certainement bidon comme tous les appels d’offres générés par les amis des multinationales qui se chauffent aux radiateurs de nos assemblées nationale et sénatoriale, qu’ils soient de gauche comme de droite, permit de trouver une compagnie qui devait donc se charger de créer les portiques qui montrent depuis quelques jours leur manque de résistance au feu, proposé par les testeurs de matériels appelés « bonnets rouges ». Le choix de cette société demanderait certainement un examen impartial, fait par une institution objective et sans conflit d’intérêt avec la mission qu’on lui confierait. Il s’avère que le contrat signé avec cette structure qui de plus est étrangère, c’est certainement mieux pour arranger la distribution de pots de vin, est un contrat très spécial. On peut taxer cet accord d’un nom bien connu en droit et qui s’apparente à un « contrat léonin ». Un contrat est dit léonin, ou une clause est dite léonine, lorsqu’il (elle) crée un déséquilibre absolu entre les parties. C’est par exemple le cas lorsque l’une des parties au contrat supporte tous les inconvénients tandis que l’autre a tous les avantages. Ces clauses sont strictement interdites. Et elles sont interdites par la loi et rendent caduques tout contrat ou clause qui serait de ce type.

 

Jusque là, vous pourriez me dire « mas où est le jeu dans cette galère ? » Je vous reconnais bien là, vous êtes encore sous l’emprise de l’accélération et la vitesse qui doivent toujours être liées à toute affaire si on souhaite faire croire qu’elle est d’importance. Prenez votre temps et en particulier celui de la réflexion, décontractez-vous, c’est maintenant que ça devient comique…Depuis son vote en 2009, et pendant que les contrats se signaient entre l’état français et Ecomouv, rien ne se passa jusqu’à… Jusqu’à quand voudriez-vous savoir ? Eh bien jusqu’au 4 mai 2012. A cette date, soit deux jours avant que le nain cède sa place au gros, par le truchement des urnes qui aujourd’hui les vomiraient tous les deux, parut le décret d’application de cette loi qui permit par le contrat qui en découlait de ruiner encore un peu plus notre république bananière. Etait-il si urgent d’appliquer cette loi, ô combien bénéfique pour notre écologie, que le gouvernement de Sarkozy avait fait gentiment dormir durant deux à trois années ? Surement puisque NKM, Pécresse et Fillon signèrent sa demande de parution au journal officiel quelques heures avant la fin de leurs règnes. A partir de la parution du décret d’application, le contrat nous liant avec cette société, créée spécialement pour cette affaire, devenait effectif et donnait lieu à son application immédiate. C’est en cela que nous avons la preuve du goût appuyé de nos gouvernants pour le jeu. Ces personnages, passés aujourd’hui dans l’opposition, faisait un cadeau empoisonné à leurs successeurs tout en tirant certainement des intérêts de l’accord pourri qu’ils avaient « négocié » durant leurs propres mandats. Voyez-vous comme ils sont taquins, comme ils sont plaisantins, de petits enfants de maternelle n’auraient sans doute pas fait mieux.

 

Que les Français et tous les habitants de notre beau pays aient à payer entre 800 millions et 1 milliard d’euros de pénalité, plus les coûts des portiques à rembourser, n’ont pas empêché ces gais lurons de tendre ce piège à leurs voyous d’en face, ceux du PS qui ont pris leur suite aux responsabilités. Le problème est que beaucoup de leurs actions, pour ne pas dire toutes, sont comme celle-ci, elles contiennent des tiroirs qui, chacun, contient un pandore qui jaillira le jour où le crétin qui suit l’ouvrira, quelle drôlerie, quel humour.

 

Voilà, mes chers lecteurs, comment nous découvrons une nouvelle facette de nos hommes politiques. Leurs facéties, leurs petits traquenards entre « amis », leurs jeux imbéciles sont d’autant plus drôles que ce ne sont pas ceux qui les font qui en paient les conséquences. Ne trouvez-vous pas cela hilarant ?

 

Moi pas, mais chacun fait comme il l’entend, ne sommes-nous pas en démocratie ?

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com