Log In

« LA » chronique du weekend (82)

Benoit Hamon, vous savez le gauchiste qui s’occupe de la consommation dans le gouvernement de Culbuto 1er dirigé par son chambellan Ayrault qui n’en est pas un, héros, eh bien le Hamon était l’invité de Ruquier sur France 2 hier soir. Il était apathique, mou, ne répondait aux questions qu’avec peu d’énergie lorsqu’il répondait. Ce ministre est en voie d’extinction, il va falloir déclencher le plan Orsec… Pour notre roi, ce serait plutôt sauver Willy… Encore que la beauté de Willy le rend utile à notre plaisir…

 

jean-jacques-bourdin.jpg

 

C’est triste à voir un ministre en voie de décomposition, mollasson, sans audace et sans courage, il s’est laissé promener par les Cerbères du présentateur, les successeurs d’autres chiens de garde mais complètement masculins ceux-là, mais, en sus, il y avait Jean-Jacques Bourdin… Là on rigole un peu moins, c’est du lourd le Bourdin. Parmi tous les journalistes et présentateurs stars de nos chaînes de télé, ce journaliste est un original, il est plus rigoureux et moins cire-bottes que ses confrères tenant boutiques dans les contre-allées des pouvoirs qui se suivent et se ressemblent. Sa témérité a été génératrice de bonnes idées comme, du temps où il œuvrait à RTL, « la question piège ». Il a banané tous le ban et l’arrière-ban de la politique quand il faisait ses sessions, rendues célèbres chez les politiciens comme étant le monstre du Loch Ness des radios matinales, on ne le voit pas venir mais on sait qu’il est là et que sa question va nous mettre dans l’embarras. Ils le craignaient ce moment et tombaient malgré leurs efforts de préparation dans le piège habilement tendu. Sarkozy, Morano, Royale, Hollande, et tant d’autres, tous se sont faits rouler dans la farine de ce boulanger d’opérette aux heures de grande écoute à l’aube de nos journées de labeur. Il avoua hier soir, qu’il avait cessé cette partie de son émission car ce n’était plus que la partie de celle-ci dont les gens se souvenaient et parlaient, il faisait le buzz comme ils disent sur le piège et le reste de l’interview passait à la trappe. Il est regrettable de voir aujourd’hui la totale absence d’imagination de nos journalistes, ils sont consternants de banalité et de faiblesse, plus intéressés qu’ils sont par les avantages obtenus à ne rien bousculer, plutôt qu’à prouver leurs qualités et leur courage professionnels en s’opposant à leurs visiteurs et en réalisant une véritable intervention. Le consensus a encore frappé, pas le consensus atteint par un dialogue franc et direct mais le consensus qui résulte de la lâcheté des gens qui s’aplatissent devant ceux qui les nourrissent ou les couvrent de prébendes.

 

Par ailleurs, il y avait des invités qui ont participé au film « le crocodile de Botswanga ». S’il est vrai que cette comédie est une suite ininterrompue de clichés sur l’Afrique, la nôtre celle que nous avons fabriquée en qualité de colonisateur, sur les milieux d’affaire qui touchent au football et plus si affinité, elle semble être vraiment drôle. Mais, comme d’habitude les Cerbères mirent le débat sur le lieu devenu commun, Dieudonné avec ses outrances racistes à faire blêmir les antisémites primaires de l’UMP qui aimeraient pouvoir le dire mais n’en ont pas le courage et préfère laisser la Marine et le FN sur ce terrain miné. Qu’est-ce que cela venait faire là-dedans ? Nul ne le sait, mais c’est un propos à la mode que de taper comme des sourds sur ce comique qui ne l’est plus. Les deux acteurs s’en sont bien sortis et ceci d’autant mieux qu’ils sont aussi d’origine camerounaise et qu’en France les amalgames sont vite faits. C’est terrible de voir des journalistes lutter pour la censure, pour l’interdiction de penser différemment, j’en ai honte pour eux. Même si je ne partage pas les points de vue de Dieudonné, il a le droit d’être antisémite, c’est son problème, il vit avec et puis c’est tout. Quand va-t-on arrêter de nous bassiner avec ces histoires qui, de plus, lui font une publicité gratuite énorme. J’attire votre attention sur un fait dont personne ne parle. Tous les spectacles de cet olibrius sont complets, à chaque fois. Croyez-vous que les gens qui achètent ces places, fort cher pour ce que c’est, ne sont pas déjà des convaincus des théories raciales du clown sur scène ? Il prêche à des convaincus, sinon, les gens n’iraient pas, alors où est le problème ? Ces personnes sont déjà dans la mouvance de la pensée xénophobe et ils ne vont que rire de ce que l’un d’entre eux montre de leurs propres opinions de façon humoristique. Alors, journalistes et commentateurs, essayez de devenir intelligent à défaut de l’être, et passez à autre chose, sinon, il vous reste à présenter des émissions de téléréalité.

 

Je dis souvent que nous avons les gouvernants que nous méritons, et c’est vrai. Il en est tristement de même pour la presse, elle est le reflet de notre résignation.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com