Log In

« LA » chronique du weekend (84)

Alors pendant que pépère va tripoter les vaches après les starlettes, que l’Ukraine se débarrasse de son président au grand dam de Poutine et pour la plus grande satisfaction de l’OTAN, que tout le beau linge du G20 se rassemble toujours plus d’un libéralisme échevelé sous la tutelle de son président temporaire australien, que les municipales se préparent dans la plus grande certitude d’une déculottée pour le PS et un nombre de triangulaires à faire frémir le FN, pendant tout ça, Taubira étend ses oreilles jusqu’à nos conversations téléphoniques…

 

g20.gif

 

A ce propos, la guéguerre que se livrent la Chancellerie et l’Intérieur donne lieu parfois à des surprises. On découvre, alors que la sinistre de la justice tance vertement Valls pour avoir écouter et géo-localiser des individus mêlés à des affaires les mettant en porte-à-faux judiciairement parlant, que cette dame se met à nous écouter par l’entremise d’une société privée. Rien d’étonnant à cela jusqu’à maintenant. Là où le bat blesse est que la société privée en question est une multinationale, dénommée Thalès, que tout le monde connait, qui détient dans ses murs les outils et les écoutes qui en résultent dans es propres locaux… Comment peut-on laisser des informations de cette importance entre les mains de marchands qui ne fréquentent que très rarement des Temples. Cela signifie en clair que toutes nos affaires pourront être écoutées, enregistrées et donc potentiellement utilisées par des faiseurs de profits. Vous rendez-vous compte de la banque de données que cela représente, qui va surveiller Thalès, qui maîtrisera la gestion de toutes ces informations et sommes-nous certains que Thalès ne les utilisera pas pour son propre compte. Je ne me contenterai pas de la promesse d’une Taubira ou d’un président de multinationale, fut-elle française, pour être rassuré. Je sais que gouverner c’est prévoir et que prévoir c’est s’informer, ce que fera Thalès pas seulement pour le ministère qui lui a confié cette tâche mais aussi pour elle. Nous pouvons critiquer, et c’est fort critiquable, la NSA pour ses grandes ouïes, mais alors pourquoi faire pareil. Nous entamons encore un peu plus nos libertés individuelles et nous remettons la liberté ridicule qui nous est laissée entre les mains de vulgaires prédateurs de notre société à laquelle nous retirons la qualification de démocratique chaque jour un peu plus. Peut-être qu’un jour Taubira pourra répondre à cette question mais je ne le crois pas… Enfin, nous avons le gouvernement que nous méritons.

 

Quant au G20 qui persiste à demander à tous plus d’ouverture et plus d’échanges, il parait étonnant que personne ne s’oppose à ce point de vue, pour le moins correct, dans le monde de l’American Way of Death. Je trouve absolument incroyable que le monde n’entende plus parler de rien d’autre que de la nécessité de relancer la croissance, de continuer à produire toujours plus, alors que les intempéries, qui sont assez clairement liées au dérèglement climatique, vont de plus belle aux USA comme ailleurs. Nous n’avons pas connu encore d’hiver et d’autres se retrouvent congelés, les rues chinoises sont parcourues par des voitures obligées d’allumer leurs feux en plein jour tellement le brouillard de pollution est dense, le cancer ne s’est jamais aussi bien porté comme d’autres maladies encore plus insidieuses, mais nous voulons continuer dans ce sens, accélérer le retour au toujours plus. Personne ne dit mot de tout cela et le principe de précaution ne s’applique pas là où il serait le plus nécessaire.

 

Pour l’Ukraine, je ne crois pas qu’il faille se réjouir trop vite du départ de son président, je ne crois pas non plus que c’est un hasard que tout cela se soit passé juste avant la fin des jeux olympiques où Poutine a mis toute son attention. De là à dire que l’accélération des évènements ukrainiens soit liée à l’absence sur le terrain d’un de ses principaux protagonistes, je parle du Russe Poutine, et que les députés du parlement ukrainien ont pris une décision qu’ils auraient dû prendre soit avant soit après, il n’y a qu’un pas. Les Etas Unis veulent encercler la Russie et ont fait entrer dans l’OTAN des anciens partenaires de ce pays qui avaient juré de ne jamais le faire à leur ancien grand frère russe. L’Ukraine va entrer elle-aussi dans l’OTAN et la Russie va se retrouver encore plus isolée, ce que ne souhaitait évidemment pas Poutine. Celui-ci se retrouve avec un OTAN, dont on avait, à la suite de la disparition du mur de Berlin, dit qu’elle disparaitrait, à ses frontières alors même que le pacte de Varsovie a cessé d’exister depuis belle lurette. Pourquoi avoir conservé cette organisation prédatrice alors que notre ennemi réduisait à néant l’élément qui lui faisait contrepoids ? Tout simplement parce que les USA, comme tout empire proche de son déclin, essaie de sauver ce qui peut encore l’être de sa puissance. Mais cela ne trompe que ceux qui regardent les télés nationales et lisent les journaux propagandistes du « bien penser », de Libération au Figaro en passant par Le Monde. Ce n’est pas la démocratie qui va se faire jour en Ukraine, c’est la reddition devant la puissance du Dieu dollar.

 

Pour les municipales… je ne change pas mon mot d’ordre… Voter con et vous sûrs de gagner !

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

  1. michel-la-six Répondre

    Je Vous rejoins tout-à-fait. (Ukraine…de violence.).La Partition me paraît être la moins dangereuse solution, au moins pour les Européens…et les Ukrainiens, qui, même ceux «de l’Ouest», ne
    «demandent» l’entrée dans l’U-E -QUE- si le(s) chèque est satisfaisant. Cette hâte fébrile dans la « génération spontanée » de Personnages et d’Institutions aussi radicalement opposées à une
    Histoire pourtant révélatrice n’augure rien de bon. Mais on se doit l’espoir, malgré tout.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com