Log In

« LA » chronique du weekend (89)

Lorsque je vivais en Égypte, j’avais pris l’habitude de voir bloquer la ville du Caire, capitale du pays, excusez du peu, lors de déplacements de son président de l’époque, Moubarak ou de sa chère Suzanne, première dame. Comme je l’avais constaté lors de mes différents voyages, dans des pays sous-développés africains et mis sous la coupe réglée de dictateurs imposés par la France ou quelque autre puissance occidentale, le déplacement de ces « Napoléon » de pacotille imposait à chacun des habitants des capitales concernées une immobilisation forcée…

 

Chine.jpg

 

Force est de constater que la France, haut lieu des doigts de l’homme, oups… des droits de l’homme, s’est mise au niveau de ces pseudo républiques qui sont vraiment bananières. Nous valons ces gens dont nous nous moquons. Nos édiles et autres élus de tous bords, qui se croient au-dessus des gens qui les chargent de responsabilités qu’ils ne prennent pas et n’assument jamais comme il le leur est demandé, sont nimbés de cette aura qui fait d’eux, croient-ils, des personnes supérieures à nous. Quand je pense que nos rois pouvaient être approchés, au point pour certains comme Henri IV de se faire assassiner au couteau en pleine rue, et que je vois ces gugusses se promener à 150 km/h en ville et circonvenir le métro, les autoroutes et tout ce qui bouge autour de l’endroit qu’ils occupent, je me dis qu’ils doivent en avoir gros sur la conscience pour craindre à ce point la mort. Comment un représentant du peuple peut-il lui nuire à ce point, l’empêcher de travailler, arrêter toute circulation au point de noyer dans le trafic des ambulances et des gens qui doivent prendre un moyen de transport pour rejoindre leurs familles ou aller produire comme la croissance les y invite et les y oblige sur ordre du très haut président de la France corrompue. Honte à nous qui respectons cela et qui ne réagissons pas, nous sommes les pleutres de la république et nos gouvernants sont les traîtres les plus abjectes qui nous soient donnés de connaître. Non, je ne les respecte plus, il ne sont pas plus humains que les vautours qu’ils remplacent, ils ne sont que des vampires assoiffés de notre sang, des hyènes affamées de notre chair, ils ne vivent pas sur la même planète que nous et se croient détenir la Vérité, celle qui leur convient et les garde à l’abri de nos problèmes. Honte à eux, honte à nous, je pleure sur les Français, sur le lâche que je suis.

 

Tout cela pour quoi je vous prie, pour un type qui est aussi un dictateur mais qui, lui, est riche de notre sueur, de notre travail, de notre avidité de consommation à bas prix. Ce président chinois, qui n’a pas hésité, durant des années, des décennies, à mettre des enfants au travail, à payer les employés de son pays au-dessous du seuil de pauvreté, pour mieux asservir l’occident qui se moquait de son pays. Notre Culbuto 1er qui se targue d’avoir fait signé de mirifiques contrats à ce Chinois qui met à genoux les pays industrialisés, n’est rien d’autre qu’un mauvais représentant de commerce, et je prie tous les représentants de me pardonner de mettre ce vendeur à la sauvette parmi leurs rangs. Est-ce encore le fait du hasard, alors que les dates des élections sont fixées depuis très longtemps, que le roi chinois rende visite au roi joufflu et annonce faire ses emplettes dans le giron de son hôte ? Je ne crois pas au hasard et encore moins lorsqu’il s’agit de nos amicaux vautours… Croit-il vraiment que les électeurs vont changer de mode de pensée juste parce qu’il a vendu, enfin pas tout à fait encore, quelques Airbus et quelques gadgets dont il a le secret avec ses amis des multinationales qui le nourrissent. Je ne rêve que d’une chose, que les Français sentent combien ce type se moque d’eux et qu’ils inversent la courbe, non pas du chômage qu’il a été incapable de modifier, mais celle de la décroissance des votants. Aujourd’hui la chute est douce, le nombre des suffrages exprimés diminue chaque fois un peu plus, moi, je l’espère voir se doubler, se tripler, juste comme ça, pour voir ce que cela produirait sur ces têtes bien pleines mais ces cœurs secs en forme de portefeuilles. Quand le prédécesseur du dictateur chinois, autre dictateur bien entendu, laissait mourir des étudiants sur la place Tien An Men, je n’ai pas entendu les bruits d’invasion pour raison humanitaire de la Chine, les rodomontades, polies et courtoises faites par les ventripotents présidents et politiciens européens et américains à l’égard des autorités chinoises, avaient été aussi limitées que le pouvoir d’achat d’un smicard, c’est dire. Cela me rappelle les visites de la tente de Khadafi dans les jardins de notre roi nain et protégé par les sicaires payés par nos impôts, celle de Bachar El Assaad un certain 14 juillet avec la même équipe, chaque président a les dictateurs qu’il mérite, non ? A chaque fois, ces visites protocolaires étaient justifiées par des affaires, des contrats, des gros sous à leur prendre… Quand allons-nous envahir la Chine pour y prendre ce que nous volons en Libye, et ailleurs ?

 

Tu trembles, carcasse, aurait dit Turenne…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com