Log In

La Démocratie ? A quand sa fin ?

Quand le monde tourne à l’envers, les repères coutumiers des individus qui la peuplent ne peuvent plus servir de base à une analyse d’une situation qui, pour ne pas être nouvelle n’en est pas moins une surprise. La connaissance de notre propre histoire étant maintenant reléguée aux mémoires des historiens professionnels, il apparait difficile, après le triste constat de notre ignorance, de vouloir juger de l’état de la société que nous pérennisons, en toute liberté, c’est-à-dire sans reprendre à notre compte les pensées et réflexions de gens qui ont d’autres intérêts que les nôtres à protéger.

 

Alan-Rusbridger.jpg

 

Quand en Angleterre, on demande au rédacteur en chef du « The Guardian », journal qui reprit environ 1 % des informations communiquées par Edouard Snowden, c’est dire si le pire est encore à venir, quand la justice anglaise disais-je questionne Alan Rusbridger sous la forme « Aimez-vous votre pays ? », n’y a-t-il pas quelque chose de pourri dans ce royaume ? Comment peut-on douter du patriotisme de quelqu’un parce que cette personne a crié la vérité sur le traitement qui est réservé à ses compatriotes par une bande voyous obéissant à une oligarchie politico financière ? Sa réponse fut aussi simple et limpide que les faits l’exigeaient, il attesta que la démocratie et la liberté de la presse de son pays étaient justement les preuves de son amour pour lui. Comme il est simple de décrédibiliser une personnalité avec des questions aussi perverses que déplacées. Sous couvert de la sécurité nationale, les Anglais amis et complices de Cameron, le VRP des Américains en Europe, veulent faire taire ceux qui les empêchent de nous priver des libertés fondamentales dont la (pseudo)démocratie nous a parés. Le Washington Post et le New York Times ont eu les mêmes comportements que le journal anglais et, malgré les pressions en tout genre dont ils furent tous trois victimes, ont décidé de continuer à dire à leurs lecteurs les vérités des faits commis par leurs gouvernements respectifs. La police a même forcé ce même rédacteur en chef à détruire deux disques durs contenant des informations jugées par le gouvernement britannique comme touchant à la sureté nationale. Les Anglais auraient dû descendre dans la rue pour appuyer les décisions difficiles mais justes de leur journal, mais les réactions, tout de même vives de la population, n’ont pas été à la hauteur des enjeux de cette dramatique mise en scène.

 

Partout dans le monde règnent des peurs, celle du terrorisme, celle de la faillite de nos états, celle de notre manque de compétitivité, celle des étrangers, etc. Nous nous retrouvons devant une situation que nous avons déjà connue, sous d’autres formes peut-être mais tellement proches qu’il ne nous est pas possible de feindre de ne pas la reconnaître. Les gouvernements sont faits d’hommes et de femmes qui tiennent leurs rôles en professionnels et en tant que tels ils défendent les intérêts de leur milieu. Peu leur importe des conséquences pour leurs peuples respectifs, ils ont, malgré des politiques différentes et des points de vue parfois opposés en apparence, des comportements identiques. Le but est de nous retirer le pouvoir de décider, de choisir ceux qui devront nous diriger. Ces gens ne veulent pas rendre ni partager un pouvoir que leur avons prêté et qu’ils n’entendent pas nous restituer. Il en va de même en France où la gauche, même celle de Mélenchon, comme la droite, mènent exactement les mêmes politiques auxquelles ne sont additionnées que quelques touches impressionnistes pour faire mine d’être différentes. Nous sommes en situation prérévolutionnaire, le passage de la période que nous traversons, qui n’est que le révélateur d’une évolution et du retour d’une éthique naturelle qui n’aurait jamais dû nous quitter, sera très compliqué si nous n’en prenons pas la direction. Ceux qui nous guident aujourd’hui ne peuvent plus revenir en arrière, ils sont allés trop loin dans la démonstration de  leur inutilité et dans la défense unique et totale de leurs propres avantages. Il est temps pour nous de reprendre le contrôle de nos vies et de protéger l’avenir de nos enfants auxquels ces nuls ne peuvent penser puisqu’ils ne vivent pas sur la même planète que nous.

 

Je sais ce que vous pensez, vous avez peur de l’inconnu, vous avez peur de perdre le peu que vous avez, vous avez peur de risquer vos vies ou pire encore celles de votre progéniture, vous avez peur de ne jamais retrouver une situation comme celle que nous avons maintenant, même si elle apparait comme insatisfaisante à plus d’un titre, vous avez peur de lâcher la proie pour l’ombre, vous avez peur de mourir… Mais ne dit-on pas que la peur n’évite pas le danger… Si nous ne risquons rien, nous n’aurons rien et c’est exactement ce qui nous attend si nous ne faisons rien, ils prendront une à une chacune de nos libertés, pour nous garantir, à les entendre, contre tout danger, ils attribueront les rôles en fonction de leurs critères et seuls ceux de consommateurs lobotomisés seront distribués aux sans grade que nous sommes majoritairement, les meilleurs rôles seront, eux, accordés au petit groupe de favorisés auquel ils appartiennent et qu’ils caressent de leurs attentions incessantes et égoïstes.

 

Mais entre un futur connu, sans intérêt et un avenir à bâtir, avec les inconvénients que cela représente, je préfère prendre ce risque, et, riche de l’expérience que nous connaissons aujourd’hui, essayer de construire un avenir nouveau à défaut de meilleur mais qui pourra peut-être le devenir si nous lui en donnons la possibilité. N’ayons pas peur de nous sacrifier sur l’autel du bonheur perdu pour tenter désespérément de céder à nos enfants un bonheur à connaître… Ne vaut-il pas mieux mourir dans la lutte pour défendre son humanité que vivre dans la honte de l’avoir abandonnée ?

 

N’ayons crainte de rien, même la mort est comme la vie… un mauvais moment à passer…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com