Log In

La francon… phonie ?

Culbuto 1er est rentré de son périple africain avec sa besace toute remplie de souvenirs colorés, d’actions d’éclat, d’actions ternes et, pour finir, d’actions nulles. Est-ce que la francophonie est l’ambassadrice de la France dans le monde sous-développé ou est-elle au contraire une base partenariale entre des nations qui utilisent la même langues ?

 

lemondefrancophone-copie-1.jpg

 

Il est certain que tout bon socialiste se veut internationaliste ou alors je n’y comprends plus rien. D’ailleurs, la mère des enfants de Culbuto 1er n’est-elle pas la représentante du socialisme français dans les instances de l’Internationale Socialiste ? Cela a failli créer un différend de plus, dans l’entrée principale du palais de l’ONU à New York, avec sa remplaçante dans les bras de l’autre pays du fromage, Hollande en personne. La Royale, je ne parle pas de la Marine Française mais de la présidente de région ex compagne de Flamby, représente donc le socialisme à la française parmi tous les socialistes du monde connu. A ce titre, elle est chargée de montrer que le socialisme de chez nous est « vachement bien », très très top super, hyper cool et antidémocratique uniquement quand il s’agit d’en nommer le secrétaire général ou les instances dirigeantes. En revanche, Culbuto fait de la publicité pour la France dans tous les autres domaines où elle excelle et j’en cite un en particulier, qui je crois est le seul où elle est vraiment la meilleure, la langue française. C’est fou comme les Français sont bons en langue française, étonnant n’est-ce pas ? Surtout quand on entend parler les jeunes des banlieues, parfois même lorsqu’on entend leurs professeurs qui se la jouent copains-copains avec leurs élèves. Donc, Hollande vante les mérites de la francophonie et, plus particulièrement, lorsque sa fête est organisée en Afrique dans un pays francophone comme l’est la République Démocratique du Congo.

 

Cependant, après avoir posé la question aux quelques citoyens congolais qui n’avaient pas été éjectés du périmètre sacré où devaient se promener nos édiles et autres élus à de hautes fonctions imméritées, l’aspect démocratique de cette république bananière est très flou, voire inexistant… A l’instar de nombreux autres états africains, placés sous la férule de leurs corrupteurs à qui ils sont dévoués corps et âme (s’ils en ont une), le président Kabila s’est arrogé tous les pouvoirs et entend bien les conserver au profit de ses grandes poches personnelles, familiales et amicales. Bien entendu, les bailleurs de fonds que nous sommes s’en offusquent officiellement de la main droite tout en remplissant les sébiles de la main gauche, pour pouvoir continuer à vendre nos produits manufacturés tout en pillant les matières premières à bon compte.

 

Que s’est-il passé lors de la visite de Culbuto 1er à Kabila ? Eh bien le résumé est très éloquent, Hollande est arrivé avec 42 minutes de retard à l’ouverture des débats, il a serré négligemment la main du président en une seconde, celle de la première dame congolaise de la même façon en une seconde aussi, et, pour finir, il serra longuement la main de Diouf, onusien réputé, non seulement il la serra amis il la prit entre ses deux mains, signe de la plus haute respectabilité pour le récipiendaire. Ensuite, une fois entrés dans la salle, les présidents congolais et français on put voir le différentiel entre les maigres applaudissements reçus par Hollande et les véritables ovations que reçut Kabila, ovation qui se termina debout au grand dam de Culbuto qui fût le dernier à se lever. Après avoir humilié son hôte avant l’entrée, Hollande fut humilié à son tour par l’arrivée de Kabila dans la salle… Un partout, la balle au centre… Toutes les personnalités qui firent des discours, sans exception, commencèrent leur bavardage insipide par des remerciements à leur hôte, le président Kabila, sauf Hollande qui fît l’impasse sur celui-ci. Non content de cela, notre président fît tout ce qu’il pût pour bien montrer à Kabila qu’il n’écoutait pas son discours et ne l’applaudit pas à la fin de celui-ci.

Le match se termina donc par la victoire de Hollande sur Kabila par le score stupide de deux insultes contre une seule.

 

Alors pourquoi vous raconté-je ce triste incident, digne des diplomaties corrompues africaine et française. Tout simplement parce que les pays, comme les gens, sont jugés par la qualité de leurs ennemis. Plus votre ennemi est puissant plus vous l’êtes vous-même. Alors ne trouvez-vous pas facile et lâche de s’acharner sur le président fantoche et dictateur Kabila ? Oui, c’est facile d’insulter quelqu’un qui n’a aucune surface, aucun soutien puissant, qui n’est qu’une marionnette mise en place par celui ou ceux qui l’ont précédé et qui s’en moquent maintenant. Oui, c’est facile de frapper un homme à terre, de tirer sur une ambulance. Si nos ennemis sont comme la RDC, inutile de vous dire que nous ne faisons peur à personne…

 

Au contraire du Congo de Kabila, le Qatar a eu le droit d’être membre à part entière de la communauté francophone, sans passer par la période probatoire habituelle du statut d’observateur. A sa demande, ce petit état bourré de gaz et de pétrole, a pu prendre un siège qu’il ne mérite absolument pas. Personne ne parle le Français dans cet émirat, plus connu pour les financements occultes qu’il commet au profit des assassins et terroristes en Lybie, en Syrie, au nord Mali et partout où ses intérêts religieux, économiques et politiques le poussent. Mais le prince voulait faire partie de ce club de gens biens, il s’achète à bon compte une bonne conduite. Le prix, c’est simple, regardez vers les 50 millions d’euros donnés pour nos banlieues, les investissements dans les entreprises françaises, les clubs sportifs. Et oui, nous avons besoin de l’argent de ce prince dictateur et sanguinaire, qui applique la charia aux autres mais qui se saoule et se roule dans le stupre, qui a réprimé la contestation dans son pays avec la plus extrême violence.

 

Eh bien vous voyez, il aurait été plus courageux de s’opposer à ce prince et son minable apparat que de jouer les matamores contre une baudruche comme Kabila…

Mais ne savons-nous pas, depuis très longtemps, que nos hommes politiques ne brillent pas par leur courage, mais plutôt par les fastes et les ors dont ils se parent.

Jetons-les à la poubelle, seul endroit qu’ils méritent d’habiter…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com