Log In

La gauche, la droite… Les 2 poubelles de la politique !

Dans la stricte suite des deux articles précédents, il me semblait intéressant de traiter de l’avenir de nos partis politiques. Leur dénomination propre ainsi que leur classification dans l’univers de la gauche ou de la droite, déterminent vers quelle tendance économique ils sont supposés pencher. Nous constatons quotidiennement que ces façades ne sont finalement que des outils marketing pour convaincre les gogos que nous sommes, tous, à des degrés divers. Convaincre de quoi ? Là est la question…

 

castab-clivage_gauche-droite_mini.jpg

 

Je vais certainement vous paraître excessif, mais vous y êtes habitués, en disant, affirmant et confirmant que je ne crois pas un traître mot sortant de la bouche de nos hommes politiques, pas un seul. Quels que soient leur obédience, leur âge et ancienneté dans leur mouvement, leur intelligence, leur caractère, rien ne semble vrai dans le moindre de leurs propos. Même s’ils vous parlent du temps qu’il fait, méfiez-vous, leur usage savant de la langue leur fait en discuter en y incluant des artifices qui ne servent qu’à la manipulation. J’exagère pour vous faire sourire mais ne croyez pas que cette exagération soit si importante, point du tout, elle peut faire sourire mais ne riez pas, cela est très sérieux. Notre langue a cela de merveilleux qu’il suffit de changer l’emplacement d’une ponctuation, de choisir un synonyme plus ou moins usité au lieu de mots usés et ressassés voire galvaudés, de torturer des phrases dans leur longueur, dans l’emmêlement des propositions circonstancielles et des multiples figures de style ou de rhétorique, pour devenir une baguette magique qui transformera un petit texte anodin en une idée géniale et vice versa. L’usage de notre langue est réellement, à ce titre, magique. Comme je vous l’ai déjà expliqué, c’est le manque de vocabulaire qui pousse nos jeunes banlieusards à s’exprimer avec leurs mains, avec des objets qui montrent leur colère ou leur exaspération. Faute de moyens de s’exprimer ils en sont réduits à démontrer les émotions qu’ils n’arrivent pas à expliquer. Nos hommes politiques, contrairement à ces jeunes abandonnés de notre société, savent utiliser tout le beau vocabulaire qui a été investi par le système dans leurs misérables cranes où les motivations reposent toutes sur l’ambition personnelle et le culte du meilleur. Mais, petit problème, tous ces beaux jeunes aux cerveaux lobotomisés ont les mêmes souhaits, les mêmes objectifs, ceux-ci sont tous dirigés vers l’élimination des concurrents et la première place du podium. Ces cultes insensés du soi avant les autres est contraire à l’éthique et même à l’instinct de survie qui devrait tous nous animer.

 

Comment voulez-vous accorder confiance à ces gens qui n’ont qu’eux à la bouche et dans leurs intentions ? Alors, quand ils cherchent à nous convaincre de l’intérêt que nous avons à les croire et donc à suivre leurs préceptes et conseils, il faut se souvenir de leurs véritables et profondes volontés, leur réussite passera toujours avant les nôtres, là est la raison de leur échec à long terme. Ils nous utilisent, ils se jouent de nous, nous placent sur leurs échiquiers de professionnels de la compétition pour pouvoir nous mouvoir en fonction de leurs seuls intérêts et toujours à court terme. Ce qui semble une énigme pour tous les partis politiques comme pour tout le milieu associatif en général, est la décroissance de leurs effectifs, la perte de l’assiduité des membres et leur démotivation qui, à l’inverse, est croissante. C’est aussi la désaffection des élections et l’abstention sans cesse importante et croissante qui caractérisent la vie politique de notre démocratie exténuée, presque mourante. Comment voulez-vous motiver, intéresser, attirer les gens que vous méprisez par ailleurs ? Comment espérer, après avoir été pris à maintes reprises en flagrant délit de mensonge, inciter ces citoyens désabusés, même après leurs lobotomies automatiques entreprises par les écoles, les collèges, les lycées, les universités et, pour finir, toutes les institutions qui sont censées leur donner LA connaissance supérieure qui fera d’eux les élites de la Nation.

 

Droite_et_gauche-6aa3c.jpg

 

Ne croyez pas un mot de ce qu’ils vous disent, ne croyez pas un mot de ce que je vous dis, cherchez par vous-même, mieux vaut peu d’information crédible et intéressante pour vous, qu’une quantité gargantuesque de messages de toutes parts qui n’ont aucun autre but que celui de vous noyer et de vous cacher l’important dans le futile, le vital dans l’inutile. Je ne vote plus depuis 2002 comme vous le savez déjà peut-être, je ne voterai plus jusqu’à ce que les gens qui souhaitent nous représenter me prouveront qu’ils méritent un tant soit peu ma confiance. Rien n’est plus manichéen que la confiance. Quand vous doutez, ne serait-ce qu’un peu, un tout petit peu, le doute, si infime soit-il, n’autorisera jamais la confiance. Une confiance à 90 % ne peut exister, on a confiance ou pas, pas d’intermédiaire et c’est tant mieux.

 

Encore une fois, ce ne sont pas ni l’argent, ni le pouvoir, ni quoi que ce soit, qui avilissent l’homme. C’est l’homme qui utilise ces outils et c’est aussi lui qui les pervertit par leur mauvais usage. On ne peut que se reprocher d’avoir le monde que nous avons, puisque c’est nous qui l’avons fait ou, pire encore, qui l’avons accepté tel qu’on a bien voulu nous le donner. Honte à nous.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com