Log In

La lutte contre… ou pour le Jihad ?

Notre sinistre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, encore un qui n’a jamais travaillé, mis à part des débuts à la Banque Populaire, il n’a fait que se trainer d’un ministère à un autre, déguisé en secrétaire de tas ou de sinistre comme actuellement, ce pauvre hère ose présenter un plan pour éviter à nos jeunes d’aller au Jihad, de s’enrôler dans des armées de « terroristes » qui ne visent qu’une seule chose à l’entendre, nuire à la démocratie et s’emparer du pouvoir pour en faire une dictature religieuse… Est-ce bien aux djihadistes que ce monsieur s’attaque ? Là est la question…

 

bernard-cazeneuve.jpg

 

Tout d’abord, et sans vouloir me répéter, le terrorisme est un outil que les grandes nations industrialisées et riches ont créé pour maintenir leurs peuples dans un état permanent de peur. Nos pays donc, et surtout les USA avec leurs CIA, NSA et autres jouets guerriers, ont financé, armé et entrainé ces gens qui ne savent même pas pourquoi ils se battent réellement, tellement ils sont eux-mêmes manipulés. Mais il est plus facile de donner envie de s’entretuer à des misérables qui voient dans ce moyen la survie de leurs familles, et un enrichissement qui leur fait oublier ou passer au second plan le risque de mourir. Allez convaincre un riche européen de partir en guerre contre tel ou tel pour quelques centaines de dollars et il va mourir… mais de rire. Alors, quand Cazeneuve, et la bande de menteurs qui nous gouvernent, nous disent attention au terrorisme, ils ne font que nous mettre en évidence le fait qu’ils ne maîtrisent même plus l’outil qu’ils ont fabriqué, ce qui est grave, très grave… si c’était vrai, mais ça ne l’est pas. Ils continuent de financer, d’armer, d’entraîner ces pauvres décérébrés dont on a mis les âmes à vendre pour quelques dollars au profit des leurs de leurs enfants, de leurs parents. Ils ne sont pas décérébrés parce qu’ils acceptent de faire ce qu’on leur demande de réaliser contre monnaie sonnante et trébuchante, non. Ils sont décérébrés parce qu’ils ne réfléchissent pas et qu’ils se laissent manipulés pour résoudre des problèmes immédiats et à courte vue. Ils résolvent de cette manière la survie immédiate des leurs mais pas celle dans le long terme, comme d’habitude. Pour éviter cela, ils ne devraient pas entrer dans le cercle vicieux et infernal de la « mercenarisation » des hommes mais essayer, tenter autre chose. Mais si nos hommes des tas créent le terrorisme, pour nous effrayer, pourquoi se donnent-ils tant de mal pour faire mine d’y remédier ? Tout simplement pour mieux nous contrôler, pour nous retirer, lentement mais sûrement les libertés que nos aïeux se sont donnés tellement de mal à nous léguer. Cazeneuve et son gang, dirigé par Culbuto 1er, gros roi de la cour des miracles française, ne souhaite que nous fliquer, nous regarder, nous surveiller, pour finalement et là est le but ultime nous déresponsabiliser, nous déshumaniser. Penser est le propre de l’homme, parait-il, mais les dictateurs déguisés en démocrates ne le supportent pas, ils n’ont de cesse que de nous voir vaquer d’un centre commercial à un autre pour consommer et relancer une croissance morte et enterrée. Or, pour devenir ces êtres sans vie réelle autre que la consommation, il est utile, voire obligatoire de nous lobotomiser et c’est ce qu’ils font. Ils nous anesthésient par les doses homéopathiques, mais continues, de prise en charge de nos personnes et de procédés d’évitement de réflexion autonome qu’il pourrait nous rester… Cela est la vraie finalité du terrorisme, la perte de la pensée indépendante et libre…

 

Maintenant il y a aussi un autre problème qui est la conséquence de l’inconséquence de nos goujats de gouvernants. Le monde matérialiste que leur économie de marché a généré n’a plus aucune spiritualité, la seule religion autorisée et favorisée par tous les pouvoirs est le culte du progrès. Or, l’être humain n’est pas qu’une machine à consommer et peut-être est-ce là la source de tant de stress, de tant d’insatisfaction de nos contemporains. Si nous lui retirons sa spiritualité nous lui enlevons son humanité. Ceci est d’autant plus vrai qu’en tuant la réflexion personnelle et libre, la première conséquence est la perte de cette spiritualité qui vous induit de doutes et vous fait vous poser des questions. Nos jeunes connaissent ce manque de spiritualité, même s’ils ne savent pas ce que c’est et que la culture et l’instruction divulguée par des gouvernements, qui se suivent et se ressemblent, ne veulent leur expliquer ni leur donner les moyens de le comprendre. L’idéal collectiviste est mort avec la chute du mur de Berlin, il était le dernier bastion de la spiritualité qui sous-tendait les travaux de Marx et de ses amis. C’est à partir de la perte de ce dernier idéal, même s’il était utopique, que les esprits se sont retrouvés face à un monde qui ne leur proposait rien d’autre que la lutte pour l’argent qui servait à consommer toujours plus. Qu’y a-t-il de différent entre un homme qui lutte pour prendre les clients de ses compétiteurs afin de gagner sa vie en ruinant les espoirs de ceux qui auront perdu l’objet de son combat, les clients en question. La seule différence est que le perdant n’en meurt pas… ou pas tout de suite… et qu’il lui reste à faire la même chose à d’autres compétiteurs. Cette lutte, sans autre but que l’accumulation de pouvoir d’achat, n’est pas une lutte qui vous engage spirituellement et elle ne suffit donc pas à vous satisfaire. C’est une des raisons de notre insatisfaction persistante. Nos jeunes qui se laissent séduire par le Jihad ne recherchent qu’une seule chose, des vraies raisons de vivre. Ce ne sont pas, comme le disent les Cazeneuve et compagnie, des écervelés, des imbéciles que l’Internet a réussi à convaincre et à changer en de dangereux terroristes, non, absolument pas. Ils recherchent un idéal auquel donner leurs vies, jeunes et sans expérience, ils recherchent un autre but que la lutte pour consommer plus et plus encore. Ils ne le savent pas, puisque nous les avions lobotomisés par le peu d’école qu’ils ont subie, et que nous les empêchons depuis leur plus tendre enfance de réfléchir par eux-mêmes. Cependant leur aspiration à un idéal, à quelque chose de grand, les fait instinctivement se diriger vers le peu de solutions qui s’offrent à eux pour développer l’aventure de leur vie qui leur donne un but qui les valorise au lieu de les rendre à un esclavage dont leurs ancêtres sont sortis par la force et la volonté.

 

Alors bien entendu, ce n’est pas bien de rentrer dans le jeu de nos gouvernants vicieux, de s’enrôler dans des histoires perdues d’avance et d’y risquer sa vie, mais est-il si agréable de vivre longtemps si la vie qui nous est réservée n’est faite que de compromissions et sans sens aucun ? La méthode de Cazeneuve et des siens ne vise qu’à nous rendre encore plus bêtes et annihiler le peu de nos compétences intellectuelles encore existantes.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com