Log In

La péridurale de la… France !

Après les crises successives de 2007, 2008 et celle qui traine jusqu’à ce jour, quels sont les types de scénarii possibles dans le devenir de notre petit monde ? Peut-on imaginer des solutions « qui marchent » et pas pour quelques jours, semaines ou années, des solutions qui durent et nous protègent de nous-mêmes…

peridurale2.jpgTout d’abord il n’y a pas plusieurs crises mais une seule, qui est apparue au moins dès 2000 avec l’éclatement de la bulle des « .com » et depuis on n’a fait que continuer à tricher pour fabriquer une croissance reposant sur un enrichissement fallacieux. Cette sournoise façon de s’enrichir sans produire et sans rien d’autre que des ordinateurs et du papier, la spéculation étant le moyen le moins fiable pour créer des richesses, pourquoi les gouvernements de notre petite planète se sont-ils entêtés à la faire se développer à un tel niveau ? Parce que c’était la solution qui leur permettait de se financer sur les marchés avec une facilité écœurante.
François Hollande, en déclarant la guerre aux marchés, est dans la ligne la plus propre à nous ramener à un comportement plus éthique que ceux que nous connaissons depuis 1989, date du lancement de la période ultra libérale qui a déstabilisé l’économie mondiale.
Suite à son « show » du Bourget, la droite, soutien du petit de l’Elysée, parait anesthésiée tant elle a été surprise de l’éloquence et de la production intensive d’idées émises par le candidat socialiste. Aux journaux télévisés les tenants de la spéculation ont bien fait jouer les violons des banquiers et des économistes fidèles à leurs maîtres, mais sans énergie. Même Xavier Bertrand, un autre joufflu de la politique sarkozienne, hier matin était atone, sans autre réponse que « comment finance-t-il ? », « ce n’est pas clair », ceci est un signe de désarroi chez les spéculateurs de la politique qui avaient parié sur la bêtise des électeurs et l’absence de compétiteurs crédibles. Le compétiteur crédible est peut-être arrivé mais malheureusement il n’est pas à la hauteur du travail à accomplir, il n’est pas assez désireux de créer « un nouveau monde ». Il faut plus de courage et pas des professionnels de la politique, comme ceux qui l’entourent, il faut une audace et il faut avoir une vision, aucun politique n’est équipé de ce matériel sans lequel rien ne sera durable. Qu’il soit sur la bonne voie, notre Hollande, est certain mais les moyens et les troupes qui le suivront ne sont pas assez importants. Le monde politique n’est pas habitué à travailler vraiment, c’est à dire réfléchir, se remettre en question, mettre cent fois l’ouvrage sur le métier ; la facilité et l’éloignement de la réalité quotidienne des Français, dont ils sont les victimes, à droite comme à gauche, ne les rendent pas disponibles à la création du nouveau monde dont nous avons besoin.

L’accouchement, l’avènement de ce monde différent ne sera pas simple, mais est-ce une raison pour ne pas le tenter ? Nous devons trouver la péridurale qui nous évitera les souffrances inutiles, tout en sachant qu’on ne fait jamais d’omelettes sans casser les œufs. Nous allons souffrir mais cela va nous réapprendre la solidarité, le partage, pas celui autoritaire du collectivisme stérile, mais celui de la fraternité entre les Hommes. Oui, je sais, je suis un idéaliste naïf mais si on y réfléchit bien, nous n’avons pas le choix. Dans notre monde où les matières premières, l’espace vital, sont limités et où les pollutions, les ordures et déchets de toutes sortes sont illimités, comment peut-on imaginer une croissance économique qui satisfera tout le monde sur le long terme. Nous pouvons, comme nous l’avons fait jusqu’à présent, croire que ces problèmes se règleront demain avec nos enfants et qu’ils auront assez de compétences et de volonté pour trouver les solutions aux problèmes que nous leur avons causés. Mais croyez-vous vraiment que cela est « juste », n’est-ce pas la trahison la plus flagrante et la plus abominable que nous puissions commettre vis-à-vis des générations qui viennent ? Notre égoïsme est diablement démesuré et nous voile la honte, qui repose sur nos épaules, par le doux rituel de la consommation débridée.

Alors oui, François Hollande a raison, soit par opportunisme politique, soit par conviction, de commencer ce combat mais il n’est pas armé, il est même dénudé contre toutes ces hordes de consommateurs insatisfaits qui réclament encore plus, toujours plus, et, sans arrêt.

Mais ce combat doit commencer, il faut trouver la solution sinon, la seule qui s’imposera d’elle-même, sera un conflit généralisé qui relancera les affaires en détruisant une partie du monde. On le voit, gentiment, Israël a l’arme atomique, l’Iran veut l’avoir aussi. L’occident qui, pour des raisons historiques et religieuses, défend bec et ongle le premier contre le second, souhaite trouver les raisons qui justifieront le début du massacre, de la destruction. Si vous analysez bien ce qui se passe au Proche et Moyen Orient, vous vous rendrez compte de l’étendue et de la profondeur des dégâts. Je ne crois pas au hasard, et donc, pour moi, ce n’est pas un hasard que le « printemps arabe » ait pu naître. Je pense que cela est organisé et depuis longtemps. Je vis en Egypte et je sais depuis déjà un temps certain que seul un régime autoritaire pouvait empêcher l’Islam de s’infiltrer dans la gestion et la politique du pays. Il en est de même dans tous les pays à majorité islamique. Non pas que l’Islam souhaite cette participation à la politique mais il faut savoir que la vie d’un musulman est organisée du lever au coucher par les préceptes du Coran et les paroles du Prophète reprises par ses successeurs et appelées Adisses. Cela sous-entend que les sanctions et les récompenses, de tous les actes commis par un musulman sont répertoriés et connus. Toutes les relations du ménage, des hommes, avec les voisins, les envahisseurs sont traitées et trouvent des réponses concrètes à donner à chacun. Le Christianisme repose sur une philosophie abstraite, l’Islam sur un code précis et concret qui donne des réponses à toutes les questions. Pourquoi vous dis-je cela ? Parce que les démarches concrètes de l’Islam lui permettent de gouverner les hommes alors que le Christianisme absolument pas. Il n’est donc pas étonnant que des religieux puissent croire et penser que la religion peut prendre le pas sur la démocratie, et, ceci d’autant plus que la démocratie se montre souvent sous un jour mitigé, teinté de corruption, d’absence de morale et d’excès parfois pernicieux.

En aidant les révolutions arabes et en trahissant les régimes autoritaires précédemment soutenus, la volonté était, et est encore, d’offrir à l’Islam l’expansion qu’il attend depuis fort longtemps. Les musulmans vont prendre ce magnifique cadeau et génèreront par la même occasion les raisons de la nouvelle et dernière croisade, celle voulue par Bush et tous les américains, républicains ou démocrates. Cela résoudra un certain nombre de problèmes, la démographie galopante des régions concernées, la croissance, générée par la guerre et ses efforts industriels puis par la reconstruction, sans oublier l’accaparement des matières premières des pays concernés qui seront prélevées à bon compte.

Hollande ne le sait pas mais il va participer à changer ce futur affreux que je viens de décrire, si il en a le courage. Mais, son attitude trop conservatrice pour un renouveau à créer ne fera que nous montrer le début du chemin si long à parcourir. Il n’est qu’une péridurale qui dissimule la douleur mais n’en retire pas les causes.

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com