Log In

La presse française ? Plus nul, tu meurs…

La presse française, copiant systématiquement toutes les sottises faites par ses consœurs d’outre-Atlantique, a établi le classement des politiciens du PS pour 2013. C’est donc 48 journalistes de la presse nationale française, qui ont perdu leur temps à nommer les plus en vue des élus socialistes pour leurs compétences respectives, qui vont de la langue de bois à celle de vipère. C’est vous dire que nos scribouillards n’ont pas grand-chose à faire alors que le monde regorge de fausses nouvelles, de calomnie qu’aucun d’eux ne contrôle ou si peu… Si nous avons les élus que nous méritons, serait-ce aussi vrai pour les faiseurs d’opinion ? Je le crois…

 

Barbier.jpg

 

La rentrée se fait et elle apporte avec elle son lot de « grandes » nouvelles. C’est le cas de l’Express qui nous proposait un article sur le choix des meilleurs socialistes, enfin des meilleurs, disons des moins pires, ceux qui nous font sourire bien que nos sourires s’apparentent vite au rire jaune de ceux qui ne sourient qu’extérieurement. Je vous donne le classement de ces 48 personnalités de la presse qui ne vaut rien, de celle qui emballait les poissons jadis, mais qui ne sert plus qu’aux toilettes au fond du jardin dans les coins les plus reculés de nos campagnes. Je vous donne cette fausse bonne nouvelle juste pour son caractère caricatural, des ploucs qui élisent des crétins ne peut être une information réelle et importante. Cela garnira vos visages encore radieux et bronzés d’un sourire narquois offert par l’imbécilité des électeurs qui ont fait élire les gagnants de ce concours inutile et stupide.

 

Classement :

La langue de bois d’or : Harlem Désir pour la 5e fois consécutive, il sera certainement hors concours bientôt.

Le couac d’or : Arnaud Montebourg.

Le planqué de l’année : Benoit Hamon.

Le melon d’or : Manuel Valls, suivi de près par Arnaud Montebourg (encore).

La langue de vipère : Laurent Fabius arrive exæquo avec Jean-Christophe Cambadélis.

Le lèche-cul d’or : Bruno Le Roux.

Le prix du ministre courageux (qui semble l’être) : Delphine Batho.

Le recalé de l’année : François Rebsamen.

La blagounette hollandaise de l’année : de l’Express, « C’était le 21 juin, au salon du Bourget. Le président donne le bras à Serge Dassault pour monter des marches, à l’entrée d’un stand, et lâche : « C’est l’Etat qui soutient Dassault… comme d’habitude. » »

 

Voilà ce que publie le magazine d’information national, dirigé par le guignol à l’écharpe rouge, Christophe Barbier, rédacteur en chef d’une équipe de bras cassés et bars cassé lui-même. Il est plus fort en marketing et en communication personnels qu’en journalisme, comme nous pouvons le constater hebdomadairement.

 

Qu’un tiers de la planète crève de faim, de soif ou de maladies qui pourraient être rayées de la carte sanitaire du monde avec quelques dizaines de millions de dollars d’investissement intelligent, ça ne les intéresse pas. Que deux tiers de la même planète vivent en dessous du seuil de pauvreté, ça ne les intéresse. Que Fukushima, nos centrales nucléaires, celles de Belgique et des USA fuient comme des passoires, ça ne les intéresse pas. Que des conflits éclatent partout là où il y a de l’argent à prendre, des matières premières à piller, des êtres à réduire à l’esclavage, ça ne les intéresse pas. Que les Etasuniens sèment le bazar partout sur la planète, la même toujours, écoutent tout le monde et font, à l’instar d’Attila, du monde où ils passent un enfer et une dévastation, ça ne les intéresse pas. J’en ai des tonnes à leur service, s’ils manquent de sujets, ces journalistes amateurs, j’en ai quelques-uns en réserve.

 

La rentrée anime les rédactions de ces influences « people » les journalistes en mal de scandale et de petites affaires sans envergure mais avec beaucoup de retentissement dans les têtes des lobotomisés que nous sommes. Vu que le reste ne nous est pas communiqué, il est vrai que c’est compliqué de chercher soi-même son information. Mais même si cela prend du temps, cela en vaut la peine, cela vous rend votre liberté de penser, votre volonté de vous instruire en dehors des sentiers plus que battus des journaleux sans respect d’eux-mêmes.

 

A vous de jouer, soit vous riez des bêtises de ces parasites, soit vous pleurerez des informations réelles et moins trafiquées que vous découvrirez dans vos recherches personnelles qui vous apprendront des milliers de choses intéressantes. Ces larmes sont positives à l’inverse de ces rires nauséabonds.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com